Période Rouge, l’album n°2 : le travail de mémoire continue !

7 novembre 2009 0 Actualité par Patrice Gentilhomme
  • Le second album de PR , la revue numérique consacrée à l'histoire des éditions Vaillant vient de paraître et enrichit encore le travail entrepris par Richard Médioni.

On a déjà attiré votre attention sur ce formidable travail entrepris depuis près de deux ans par l’équipe de Période rouge.

L’ancien rédacteur en chef de Pif gadget, auteur d’un ouvrage de référence sur le sujet (Pif gadget, la véritable histoire publié en 2003 ) a entrepris à travers sa lettre mensuelle éditée sous format pdf de raconter l’histoire tumultueuse et mouvementée des éditions Vaillant et de ses principaux acteurs.

Chaque numéro de Période Rouge (allusion au contexte idéologique de la publication et à la maquette du fameux Pif Gadget !) est consacré à une enquête, un auteur ou une série vedette et s’avère une véritable mine d’informations (souvent inédites) et de souvenirs truculents, drôles ou émouvants.

Période Rouge, l'album n°2 : le travail de mémoire continue !

De par son itinéraire personnel, on se doute bien que Richard Médioni a eu accès à beaucoup d’archives et de sources particulières pour mener à bien une entreprise aussi érudite et complète en se gardant bien de ne pas trop se prendre au sérieux. Il s’agit bien en effet de revenir sur tout un pan de l’histoire de la BD contemporaine que nous propose l’ancien rédac’ chef de Pif et sa poignée de collaborateurs. Une histoire mal connue, souvent ignorée ou occultée par l’historiographie officielle et d’une bonne fraction du grand public.

Dans la préface de ce second album l’auteur aborde la question sans faux semblant : Pourquoi un vivier d’auteurs aussi importants et aussi talentueux est-il toujours resté non pas confidentiel, mais si peu ou si mal valorisé ?
Pour Richard Médioni “la proximité “ de Pif et du Parti Communiste, dans le contexte d’une Guerre froide particulièrement vive dans l’Europe d’après-Guerre (et ce, jusqu’au début des années 1980 !) n’est sans doute pas étrangère à cette exclusion.

Placid et Muzo, héros emblématiques des années Pif !

À la suite de ce trop long compagnonnage avec les publications financées par le PCF, une bonne part du travail de défrichage mené par les directeurs de Vaillant puis de Pif fut peu reconnu pour ne pas dire victime d’une franche hostilité. Médioni avance avec honnêteté d’autres raisons à cette absence des éditions Vaillant de la scène bédé-médiatique : Pour des raisons économiques mais sans doute aussi idéologiques, les maisons d’édition du PCF n’ont guère fait d’efforts pour contribuer à cette reconnaissance. Aujourd’hui encore son travail reste assez confidentiel dans la presse de gauche ce qui montre que "tout n’est sans doute pas réglé" de ce point de vue.

Ne gâchons pas notre plaisir et goûtons l’indépendance, l’érudition et l’humour d’une aventure éditoriale atypique et... un brin nostalgique évidemment !

Dès leur création les éditions Vaillant constituèrent un incroyable vivier de jeunes talents et un tremplin à de nombreux auteurs de renom ; Gillon, Gotlib, Chéret, Cézard, Mandryka,Tabary, Poïvet, Godard et Hugo Pratt et bien d’autres se firent d’abord connaître dans l’hebdomadaire. Grâce aux formidables travauxPériode Rouge ce travail de mémoire est reconnu et aujourd’hui publié “à l’ancienne“, sous forme d’un gros album de près de 300 pages imprimées avec qualité sous une reliure toilée, à ranger dans votre bibliothèque dans le rayon “Histoire(s) de la BD“ !

Ce second volume rassemble une centaine d’articles et près de 900 documents dans lesquels on trouve aussi bien la genèse des Pionniers de l’Espérance du tandem Lecureux et Poïvet (quelle élégance de trait !), que l’impeccable Docteur Justice du regretté Marcello ou les débuts du premier boy-scout de l’histoire, : Rahan d’André Chéret.
Les incroyables Pifises (les plus de quarante ans s’en souviennent encore !), les chroniques d’Albert Ducrocq (journaliste scientifique "vedette" de l’époque) ou la saga de Placid et Muzo… Rien n’est laissé de côté dans ce survol éditorial de plus de soixante ans de bande dessinée.

Rien, pas même les sujets qui fâchent (ou qui jadis ont fâché) comme ces dessinateurs oubliés des Pays de l’Est dont les productions et l’odyssée inconfortable nous est révélé dans ces pages. Ou encore ce sinistre dessinateur collabo passé sans vergogne de l’antisémitisme vichyssois à la publication militante dans le Vaillant d’après-Guerre.

José Arnal, le dessinateur de Pif .Splendides hommages à d’illustres disparus comme Claude Moliterni (“Notre ami“), Jean Trubert ou encore José Arnal, créateur de Pif, dont les premiers croquis illustrent son quotidien au camp de concentration de Mauthasen en 1945 complètent ce beau volume doté d’un index bien utile !

On l’aura compris ce nouveau recueil de Période Rouge réussit une fois de plus à raccrocher “petites chroniques de la BD“ à la “grande Histoire“. Ce n’est là, pas le moindre mérite de la belle entreprise de Richard Médioni et de ses complices, une initiative qui coïncide avec les quarante de Pif Gadget, né le 24 février 1969.

Le premier numéro, le premier gadget !

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

On pourra rencontrer la fine équipe de Période Rouge de manière moins virtuelle : Les 14 et 15 novembre à la Mairie du 13e. Place d’Italie à Paris au Salon de la BD de collection, et au festival d’Angers les 5 et 6 décembre prochains.

© Editions Vaillant - Période Rouge

Pour commander l’album Période Rouge, Volume 2 (25 € + 5 € de frais d’envoi) contactez

VAILLANT Collector
10, Grande rue
02330 Pargny-La-Dhuys

ou rejoignez les 8000 abonnés à la lettre mensuelle en vous écrivant à
perioderouge@orange.fr

On peut télécharger les anciens numéros sur le site du coffre à bd

|Le site de Période Rouge->www.perioderouge.wordpress.com]