Newsletter ActuaBD

Pie VII : Résister à Napoléon - Par Philippe Thirault et Thomas Verguet - Glénat

  • Déjà le septième album au sein de cette collection d' "Un pape dans l'Histoire". Une thématique parfaitement mise en valeur par cet opus, qui confronte le parcours de Pie VII à celui de Napoléon, le pape pieux ayant été l'un des plus farouches opposants pacifiques de l'empereur. Une passionnante évocation historique !

Né en 1742, et donc vingt-sept ans plus âgé que Napoléon, Pie VII a commencé sa carrière ecclésiastique en tant que simple moine bénédictin, puis grimpe les échelons à force d’érudition et d’exemplarité et finit par être intronisé en 1800 à la suite d’un long et délicat conclave organisé à Venise. Il prend le nom de Pie VII en l’honneur du pontificat de son prédécesseur et protecteur Pie VI, ce dernier ayant succombé presque en martyr, suite à son emprisonnement sous le Directoire à la demande de Napoléon.

Malgré tout, les relations entre Pie VII et l’empereur ne débutent pas si mal que cela. Napoléon souhaite restaurer le catholicisme comme religion officielle de la France, et en échange, le Pie VII le couronne empereur à Paris en 1804. Mais à partir de cet événement, la relation entre les deux hommes se désagrège : Napoléon refuse de se soumettre à l’Église et désire entre autres nommer lui-même les évêques de son empire, ce que Pie VII n’acceptera jamais. Il ira même jusqu’à l’excommunier au moment où Napoléon fait hisser le drapeau français sur le Vatican. L’obstination du Pape à son encontre enrage l’Empereur qui l’emprisonne à partir de 1809. C’est le début d’un long bras de fer entre les deux hommes…

Pie VII : Résister à Napoléon - Par Philippe Thirault et Thomas Verguet - Glénat

Célébrant à sa manière le bicentenaire de la mort de Napoléon, cette évocation de la vie de Pie VII se révèle une passionnante représentation historique à plus d’un titre. Tout d’abord car elle se construit véritablement autour de l’opposition entre ce pape pieux et intègre, à un Napoléon qui veut diriger l’Europe et imposer dès lors sa mainmise sur le clergé. Puis parce qu’elle évoque un véritable tournant historique, tant pour le Vatican que pour le clergé français, ces deux visages ayant été durablement façonnés par l’opposition entre les deux leaders, chacun à sa manière.

Le scénario de Philippe Thirault est très intelligemment construit. Évitant astucieusement l’aspect chronologique qui aurait pu être trop ronronnant, le récit débute avec les dernières heures de l’empereur, qui rapporte ainsi son bras de fer avec le pape. Un récit parfois un peu trop intelligent… Certains dialogues nécessitent une ou deux relectures pour bien en comprendre le sens, soit parce que le scénariste a souhaité coller le plus possible à une véritable locution, ou parce qu’il utilise un vocable utilisé spécialement par le Saint-Siège et qui pourra parfois paraître plus hermétique aux profanes. Ces quelques incompréhensions sont parfois amplifiées par un lettrage moins précis en terme de ponctuation, comme ces points que l’on ne distinguent pas toujours du premier coup d’œil.

L’évocation "subtile" de la première rencontre entre les deux hommes, démonstration de la volonté de Napoléon de vouloir imposer son dictat sur le pape.

Certains éléments sont aussi évoqués plus subtilement, comme le fait que Napoléon rencontre pour la première fois Pie VII en pleine forêt, comme s’il s’agissait d’un hasard, alors que c’est bien lui qui le convoque. Le lecteur devra donc prendre le temps de s’investir dans cette lecture, mais en sera récompensé en retour, par l’intérêt dégagé par l’ouvrage.

Un intérêt représenté bien entendu par le dessin de Thomas Verguet. Il joue avec des gros plans très expressifs, qui rendent parfaitement l’aspect dramatique de la confrontation. Ceux-ci alternent avec de grandes constructions en double-pages, ou des bâtiments qui parachèvent le caractère historique revêtu par l’ensemble du récit. On regrette pourtant que le pape semble si jeune lorsqu’il entame son opposition à Napoléon, alors qu’il a déjà une soixante d’années. Sans doute l’éclat de son aura intérieure.

Comme pour le reste de la collection, un intéressant dossier permet également de mieux comprendre quelques éléments volontairement laissés dans l’ombre du récit, comme la présence du pape au Sacre, mais effacé par le peintre David dans la célèbre peinture que l’on connaît. Une belle façon de comprendre que tout le pontificat de Pie VII s’est focalisé autour de la politique. Presque un paradoxe pour un pape si pieux, mais dont la foi lui a sans doute permis de tenir tête à l’ogre corse.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Pie VII : Résister à Napoléon. Par Philippe Thirault (scénario) et Thomas Verguet (dessin). Éditeur : Glénat. Collection : Un Pape dans l’Histoire. Sortie le 18 août 2021. 24 x 32 cm. 56 pages couleur. 15,50 €.

Sur le même sujet, lire :
- Saint Pierre – Une menace Pour l’Empire romain : lire la chronique et écouter l’interview de Marc Jailloux
- Un Pape dans l’Histoire (Glénat) : une collection plus dogmatique qu’historique de l’histoire de la papauté
- une interview écrite de Marc Jailloux : « "Les Helvètes" est le premier album d’Alix d’après un synopsis de Jacques Martin »
- "Saint Pierre", réalisé par Pat Perna & Marc Jailloux reçoit le prix Gabriel 2020 de la BD chrétienne

 
Newsletter ActuaBD