Pilote « Spécial Noël »

30 novembre 2004 0 commentaire
  • Disparu dans l'hécatombe qui, dans les années 80, emporta la plupart des revues de bande dessinée, Pilote avait fait une brève réapparition il y a un an. Vu le succès de l'opération, l'éditeur récidive avec un copieux numéro plein à craquer de gloires du crayon, de la plume... mais aussi du clavier.

Car le « Journal qui s’amuse à revenir » (pour les ignares ou pour ceux qui n’étaient pas nés lors de la publication du dernier numéro du mensuel, c’est un clin d’œil au slogan de l’époque, « Le journal qui s’amuse à réfléchir »), devenu donc annuel, a ouvert ses plumes à la bande dessinée mais aussi aux novellistes. On a ainsi la chance d’y relire un épisode du « Petit Nicolas » écrit par René Goscinny, extrait du recueil d’inédits paru récemment,, une nouvelle de Marie-Ange Guillaume (collaboratrice de longue date à Pilote et auteur d’une biographie de Goscinny), et d’autres de Patrick Cauvin (lui aussi vieux pote du magazine), Tonino Benacquista, Pierre Christin, Anne Goscinny, Louis Rétif, etc. Une belle brochette de doués du clavier, qui rappelle que Pilote fut un vrai magazine vivant, non un simple catalogue de bandes dessinées à paraître en beaux albums en vente chez votre libraire s’il est bon.

On n’échappe bien sûr pas à quelques échantillons de ce type dans cette épaisse revue, mais entourées d’une telle variété de récits complets que cela ne se remarque pas. Le menu est impressionnant et les surprises nombreuses. La moindre n’est pas l’auteur qui sert de mise en bouche pour ce plantureux repas : Binet, avec une hilarante apparition de son célèbre couple Bidochon. Suivent diverses histoires de Noël signées Florence Cestac, Barral et Veys (avec un pastiche de Blake et Mortimer potachesque, donc chaque case est un délice), Krassinsky, Berlion,Sapin, Gerra et Achdé (avec les Dalton)... et quelques récits sans rapport avec le thème du numéro.

La rédaction annonce même en couverture la participation de Jacques Chirac ! Oui, mais contre son (plein ?) gré, car il est simplement présent sous la forme d’une caricature de Mulatier. Très réussie, il est vrai...

(par Patrick Albray)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Ce journal peut être commandé sur Internet sur le site Presse de France

  Un commentaire ?