Pin-Up - T9 : Venin - Par Yann & Berthet - Dargaud

5 décembre 2005 0 commentaire
  • {Venin}, le neuvième tome de la série {Pin-Up}, fait figure d'album de transition. Nous y retrouvons Dottie à Hawaï. Elle avait quitté Las Vegas dans la précipitation, suite à une méchante affaire, pour rejoindre cette île.

La belle s’est reconvertie en chasseuse de serpents aquatiques. Elle plonge dans les profondeurs pour attraper des « yellow-bellied », et en extrait leur venin. Un laboratoire utilise cette « potion » pour dégager une toxine qui se révèle être efficace dans le traitement du cancer. Malheureusement, Dottie n’est pas seule à exercer ce métier et a une concurrente particulièrement perfide. L’ami de cette dernière, un Kanak rebelle, est recherché. Il se cache dans le bateau de Dottie alors que celle-ci prend le large. Qui le soupçonnerait de se dissimuler dans le bateau de l’ennemie de sa maîtresse ?
Pendant ce temps, une tueuse, engagée par l’ancien employeur de Dottie, débarque sur l’île pour l’éliminer. Un tatoueur va la mettre sur la piste de son gibier...

Le scénariste Yann est particulièrement à son aise en écrivant les aventures de Pin-Up. Lire la plupart des dialogues ou des textes narratifs constitue un réel plaisir. Yann y fait preuve de beaucoup d’ironie. Rien n’est gratuit dans ces échanges : ces textes permettent de mieux décrire les tensions et l’état d’esprit des personnages.
Les auteurs nous plongent dans l’ambiance dès la première planche, à travers une scène étrange où l’on distingue le corps de Dottie, allongée et semi-consciente. Elle vient apparemment de tuer une femme. Des « yellow-bellied » serpentent sur notre chasseuse de serpent. La tension est palpable, à chaque instant, grâce à la mise en page aussi audacieuse que sombre de Berthet.

Après avoir réalisé deux albums de Yoni, les auteurs vont s’accorder une nouvelle pause pour nous conter la jeunesse de Poison Ivy. Peut-être reprendront-ils ensuite le personnage de Dottie là où ils l’ont laissé, sur l’île paradisiaque de Hawaï ?

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?