"Planètes 3" de Makoto Yumikura - Génération comics,

5 novembre 2003 0 commentaire
  • 2077 : La conquête spatiale a repris. Elle est devenue quasi-banale, même si le métier de cosmonaute est toujours un rêve pour les enfants de la Terre. Une «{ étoffe des héros }» surprenante et touchante.

« [Là haut], il n’y a plus de différence entre nuit et jour, haut et bas, droite et gauche, nord et sud, chat et humain ... ». Dans la bouche de Ai, ces paroles semblent bien résumer ce tome assez étrange.

Le chat, animal mystérieux et indomptable qui accompagne Diane dans son périple céleste, se réincarnera plusieurs fois dans ce livre. Il sera le compagnon des questions de chacun dans cet album très introspectif. À tel point qu’on se demande s’il n’est pas le reflet de nos interrogations sur l’Espace. C’est la vision d’un chat mortellement estropié qui va brusquement troubler Hachimaki, alors qu’il est à deux doigts de réaliser son rêve : faire partie de l’équipage du Von Braun, le premier vaisseau habité à partir pour Jupiter. Une immense promotion après avoir été éboueur en scaphandre, voltigeant en orbite basse pour récupérer les débris d’un siècle de conquête spatiale.

Son humeur va basculer dans un désespoir tel que même la bibliothèque secrète de son père ou la mise à nu de Sally ne provoquera aucune montée hormonale. Vraiment inquiétant pour la suite de la mission...

Mise au Point de Laplace

Un album très mélancolique, touchant : le Grand Vide met l’Homme face à lui-même. Cette série hard science imagine le quotidien des cosmonautes du siècle prochain : des fourmis fragiles dans un vide sidéral froid, noir et hostile. Mais ce tome introduit d’inattendues fables philosophiques, éclairant les motivations des personnages. Leurs états d’âmes sont des moments rares où l’exploit technologique retrouve une échelle humaine : celle de la vanité.

La recherche documentaire de l’auteur est époustouflante, les détails graphiques des moindres engins, scaphandres, outils donnent un aspect ultra-réaliste assez marquant. Mais on sent un hommage appuyé aux pionniers des débuts. Notamment les soviétiques, abondamment cités. D’ailleurs la bande-annonce de la future série télé est intégralement titrée en russe !

(par Xavier Mouton-Dubosc)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

PS1 : J’ai pris le terme soviétique tout simplement par honneur aux pionniers. Astronautes, spationautes, taïkonautes, ... Puisqu’il fallait créer un terme pour chaque nationalité...

PS2 : Je vous recommande chaudement l’écoute de l’album «  Private Press  » de DJ Shadow pendant la lecture...

  Un commentaire ?