Playback – par Shimaji – Editions H

5 juin 2010 0 commentaire
  • Le deuxième {boys love} publié par les éditions H dans leur collection Double H : quatre histoires d’approche amoureuse touchantes.

Les neuf histoires courtes réunies dans ce volume forment en réalité quatre histoires d’amour : celle de Takechi et Akimasa, collègues de bureau pas vraiment gays au départ ; celle de Tetsu, instituteur en maternelle, et Hirohito, grand frère d’un de ses élèves ; celle de Kanji et Asahi, qui se sont aimés au lycée et se retrouvent dix ans plus tard ; et celle de Yoshi et son grand frère Hisaya.

Des histoires ancrées dans le quotidien et le réel : celui de la fin de l’enfance, du monde du travail, des regrets et des espoirs cachés ; un monde, surtout, dans lequel deux jeunes hommes attirés l’un par l’autre se retrouvent face à un sacré problème… C’est la grande qualité de ces histoires : les personnages y sont confrontés à des obstacles, concrets ou « moraux », que l’auteur manie avec dextérité et qui rendent l’intrigue accrocheuse et vibrante ; le motif de l’approche amoureuse difficile est d’ailleurs systématique dans ce recueil.

Playback – par Shimaji – Editions H
Playback, par Shimaji
(c) Editions H

Pourtant, tout cela reste assez éthéré : les sentiments des personnages (tous jeunes et beaux comme il se doit) sont purs, francs, toujours partagés, et l’emportent systématiquement à la fin ; malgré tous les obstacles, ces personnages sautent le pas, au fond, assez facilement… On peut donc douter que l’on soit si loin du yaoi classique destiné aux jeunes filles, comme l’affirme l’éditeur. Mais pour qui aime les intrigues sentimentales, celles-ci sont de grande qualité : elles rendent palpable cette impression qu’ont les amoureux d’être seuls au monde. A noter aussi que l’un des quatre couples mis en scène est formé par deux frères : l’auteur propose là une jolie étude de l’attachement fraternel, sans véritable ambiguïté, mais également touchante.

(par Arnaud Claes (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?