Plus de 500 personnalités de l’édition et de la bande dessinée signent une pétition pour « faire barrage au Rassemblement National »

Par Didier Pasamonik - L’Agence BD 17 juin 2024 
Après les sportifs, des personnalités de l’édition se mobilisent contre le RN. Parmi eux, des auteurs comme Madeleine Riffaud ("Madeleine résistante"), Catherine Meurisse, Elene Usdin ou Jul, des éditeurs comme Charlotte Gallimard (Casterman), Jean-Luc Fromental (Denoël Graphic), Moïse Kissous (Steinkis) et Serge Ewenczyk (Ed. Ca & Là), des libraires comme Jean-Pierre Nakache (librairies Bulles en tête), une ancienne ministre de la culture Françoise Nyssen et éditrice… Tous se mobilisent pour faire barrage au Rassemblement National.

« Nous défendons la nuance face à l’outrance, ce qui rassemble plutôt que ce qui divise, ce qui ouvre l’avenir plutôt que ce qui l’obscurcit… » dit le communiqué signé déjà par plus de 500 personnalités.

« Le 30 juin et le 7 juillet, nous appelons à voter et à faire barrage au Rassemblement National. » concluent-ils.

À la suite de la dissolution décidée par le Président de la République, M. Emmanuel Macron, l’émoi est grand en France. En cause, la possibilité pour le Rassemblement National d’obtenir la majorité dans la prochaine assemblée et l’arrivée pour la première fois en France (en dehors de l’Occupation) d’un gouvernement d’extrême droite au pouvoir.

Le ressentiment est tel en France qu’une large frange d’électeurs choisirait le RN « parce que l’on ne l’a jamais essayé ». On peut toujours mettre sa main sur une plaque chauffante « pour essayer, parce qu’on ne l’a jamais fait ». Il n’empêche que ça brûle…

L’enjeu est d’obtenir un taux de participation de plus de 60% pour empêcher les extrêmes de confisquer le scrutin.

Vu l’importance de certains de ces signataires, la pétition devrait avoir un certain poids.


LA PETITION DES ACTEURS DU LIVRE

Les actrices et acteurs du monde du Livre se mobilisent

La lecture, en donnant à découvrir une infinité de récits, de parcours, de pensées, nous ouvre à des imaginaires multiples et alternatifs. Elle est une expérience à la fois intime et collective. Douce et puissante.
Entrer dans une histoire, un témoignage, un essai, c’est s’immerger dans la vision d’un autre, c’est approfondir la sienne, c’est entamer un dialogue d’une infinie richesse. Le livre, la lecture participent à rendre chacune et chacun attentif, respectueux, vigilant. La lecture offre à penser le monde, à le saisir dans toute sa complexité, à le questionner et à le rêver. Et parfois aussi, à s’insurger.
Dans une société troublée, les livres sont plus que jamais nécessaires. Ils aident l’enfant à grandir, l’adolescent à se construire, l’adulte à se situer et à surmonter les aléas de la vie, à surmonter la peur et l’isolement.
Nous, actrices et acteurs du monde du Livre, sommes porté.es par des valeurs de partage, de transmission, de médiation. Nous voulons pouvoir continuer à proposer des œuvres en toute liberté, en provenance de tous horizons, véhiculant une grande diversité de pensées et de discours. Nous défendons la nuance face à l’outrance, ce qui rassemble plutôt que ce qui divise, ce qui ouvre l’avenir plutôt que ce qui l’obscurcit.
Nous, actrices et acteurs du monde du Livre, appelons toutes celles et ceux qui se reconnaissent dans ces valeurs à se mobiliser et à porter leur voix avec détermination contre l’extrême-droite.
Le 30 juin et le 7 juillet, nous appelons à voter et à faire barrage au Rassemblement National.

Pour signer c’est ici et n’hésitez pas à partager : https://chng.it/FyXyzh7y5P

Premiers signataires :

Jean-Baptiste Andrea (auteur), Yann Arthus-Bertrand (photographe), Anne-Sylvie Bameule (éditions Actes Sud,) Clémentine Beauvais (autrice), Alain Bellier (librairie Lucioles, Vienne), Frédéric Benaglia (directeur artistique, illustrateur), , Emmanuelle Beulque (éditions Sarbacane), Serge Bloch (dessinateur), Thomas Bout (éditions Rue de l’échiquier), Vincent Brunner (journaliste, auteur), Céline Charvet (éditions Casterman jeunesse), Sophie de Closets (éditions Flammarion), Emma Cosso-Merad (autrice), Valérie Cussaguet (éditions Les fourmis rouges), Thomas Dartige (éditions Gallimard jeunesse), Nicolas Deprez (librairie Le Tigre, Strasbourg), Serge Ewenczyk (éditions Çà et là), Alain et Désirée Frappier (graphistes, peintres), Karim Friha (auteur), Jean-Luc Fromental (éditions Denoël Graphic), Charlotte Gallimard (éditions Casterman), Laure Gallimard (éditions Gallimard jeunesse), Laurent Garin (École de la librairie), Nicolas Gary (journaliste), Julie Gautier (éditions Actes Sud), Sophie Giraud (éditions helium), Christophe Guias (éditions Payot), Jul (auteur, dessinateur), Moïse Kissous (éditions Steinkis), Emmanuelle Klein (attachée de presse), Frédéric Lavabre (éditions Sarbacane), Laure Leroy (éditions Zulma), Louison (autrice), Caroline Meneghetti (École de la librairie), Pauline Mermet (éditrice aux éditions Dargaud), David Meulemans (éditions Aux forges de Vulcain), Catherine Meurisse (autrice, dessinatrice), Sandrine Mini (éditions Syros), Jean-David Morvan (auteur), Jean-Pierre Nakache (librairies Bulles en tête), Francoise Nyssen (ancienne ministre de la Culture), Fred Prilleux (auteur, critique), Madeleine Riffaud (autrice), Insa Sané (auteur), Frédéric Schwamberger (éditions Futuropolis), Alain Serre (éditions Rue du Monde), Amanda Spiegel (librairie Folies d’encre Montreuil), Lili Sztajn (traductrice), Franck Thilliez (auteur), Pascal Thuot (Librairie Millepages, Vincennes), Elene Usdin (autrice, dessinatrice), Séverine Vidal (autrice), Stéphanie Visage (professeure, documentaliste)

(par Didier Pasamonik - L’Agence BD)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN :

France Marché de la BD : Faits & chiffres
 
Participez à la discussion
13 Messages :
  • Mais ça ne marche jamais. Les gens qui votent pour l’extrême-droite ont en assez que les célébrités et les élites économiques, intellectuelles, sportives et surtout culturelles leur disent pour qui ils doivent voter. Ça fait 40 ans qu’on combat ces idées de cette façon-là ou en hurlant au fascisme et ça n’a JAMAIS marché. Ça produit même l’effet inverse.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Bloch le 18 juin à  06:41 :

      Ce qui est assez ironique, vu que ces mêmes gens écoutent volontiers les élites culturelles de certaines chaînes ou radio payées par des milliardaires.
      D’une façon générale les arguments de raison n’ont aucune prise sur les gens qui votent pour l’extrême-droite : ni l’argument historique, ni les débats perdus, ni le bilan législatif du parti, ni les revirements et les trahisons ne les dissuadent.

      Toutes ces manifestations et ces tribunes ont comme principal intérêt de créer du commun entre ceux qui s’opposent à ces idées et de leur permettre de se compter et c’est déjà pas mal. Les écrivains et auteurs savent qu’ils luttent déjà contre ces idées en écrivant et dessinant, ce qui est plus efficace que signer une tribune mais moins que posséder une chaîne de télé !

      Répondre à ce message

      • Répondu par Noel IENTILE le 28 juin à  12:57 :

        Si on veut être honnête, on pourrait le dire de tous les partis ! Toujours noircir ceux qui ne pensent pas comme vous, je ne sais pas comme cela s’appelle !

        Répondre à ce message

    • Répondu le 18 juin à  08:09 :

      En avril 1996 Charlie Hebdo lançait sa pétition pour dissoudre le Front National et recueillait 173 704 signatures (sources Libération). 28 ans plus tard le RN est aux portes du pouvoir. Il serait tellement plus simple que les politiques en place répondent aux attentes des gens sans éviter les sujets clivants. Le RN récolte les fruits de la lâcheté et du politiquement correcte.

      Répondre à ce message

    • Répondu par Gina Vanilla le 18 juin à  17:13 :

      Ben non, désolée, quand vous écrivez "Ça fait 40 ans qu’on combat ces idées de cette façon-là ou en hurlant au fascisme et ça n’a JAMAIS marché. Ça produit même l’effet inverse."
      Il me semble plutôt que cela a marché puisque l’extrême-droite n’est jusqu’ici jamais arrivée au pouvoir.
      Ce genre d’avertissement ou de cri de détresse a le mérite de mobiliser les indécis, les abstentionnistes qui feront peut-être l’effort de se rendre aux urnes.
      Je ne dis que ce que je pense, je ne suis pas politologue ! N’ayant pas envie de rire sur ce sujet grave, je m’abstiendrai de mon habituelle signature "hihihi"

      Répondre à ce message

  • A quel moment ils ne se disent pas que ce genre de truc est contre-productif ? Que les gens en ont plus que marre des leçons de moral de personnes qu’ils estiment être déconnecté de leur réalité ? Que le monde de la culture soit en plus l’un des très rare secteur à bénéficier de la préférence nationale, ce qui permet aux mondes de la culture d’être à l’abri des ravages de la mondialisation, contrairement à des millions de Français qui ont vu leur vie bouleversée, détruite, leur univers et repaires disparaitre avec les usines. Le monde la culture devrait plutôt se poser la question pourquoi toutes les catégories professionnelles votent majoritairement RN, sauf eux. Mais bon, c’est probablement plus simple de signer des pétitions, plutôt que de se poser des questions. La tribune d’Ariane Mnouchkine dans Libération est d’ailleurs bien plus intéressante que ça.

    Si les bédéistes veulent vraiment combattre le RN, on vient d’apprendre au même moment la fermeture de l’usine Saupiquet à Quimper, après 130 ans de présence, avec des centaines d’emploi détruit et ce qui va autour avec, car une usine qui ferme, c’est aussi tout un écosystème autour qui disparait, laissant les gens dans un brouillard complet... pour rester poli. Ce mobilier pour ce genre de combat est bien plus utile pour lutter contre l’extrême-droite, que des signer des pétitions.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 18 juin à  14:03 :

      Cette pétition était prévisible, et ne changera probablement pas d’une seule voix les résultats du scrutin. Cette défense de la liberté d’expression contraste avec le silence du monde de la BD l’année dernière au sujet de l’annulation de l’exposition sur Bastien Vivès prévue au festival d’Angoulême. En dehors de quelques personnalités isolées, comme Bilal ou Catel, il n’y eut alors pas grand-monde pour défendre la liberté de création artistique. Dans la pétition anti-Vivès on relevait les noms de Philippe Poutou et de Sandrine Rousseau, qui ne se présentent pas aujourd’hui aux élections sous la bannière du Rassemblement National... La censure - ou la tentation de la censure - n’est pas intrinsèquement
      liée à un seul parti, ce qui rend le texte de cette pétition, au minimum, naïf...

      Répondre à ce message

      • Répondu par FREMION le 28 juin à  10:27 :

        Je co-signe ce dernier message. Ce silence fut aussi honteux que ceux qui ont signé l’appel un comité de censure dans la BD.

        Répondre à ce message

  • "L’enjeu est d’obtenir un taux de participation de plus de 60% pour empêcher les extrêmes de confisquer le scrutin."
    En gros, c’est un appel à voter Macron, non ?

    Répondre à ce message

    • Répondu le 18 juin à  15:13 :

      Si seulement ! Faut peut-être réviser un peu vos cours de maths du collège.

      Répondre à ce message

  • Pétition inutile. Faire la morale aux autres, se positionner dans le camp du bien en sous-entendant que ceux qui ne sont pas du même avis se trouvent dans le camp du mal... Faire peur aux autres pour influencer leur vote...On est en démocratie, chacun est libre de voter en conscience, mais en contrepartie doit assumer les conséquences de son choix. Voter, c"est un droit ET une responsabilité.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Lol le 18 juin à  21:36 :

      sous-entendant que ceux qui ne sont pas du même avis se trouvent dans le camp du mal...

      Vous devriez réviser votre Histoire, le fascisme a toujours été le camp du mal.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Koala le 22 juin à  06:35 :

        Oui, comme le communisme. L’intérêt guide le monde…

        Répondre à ce message

CONTENUS SPONSORISÉS  
PAR Didier Pasamonik - L’Agence BD  
A LIRE AUSSI  
Actualité  
Derniers commentaires  
Abonnement ne pouvait pas être enregistré. Essayez à nouveau.
Abonnement newsletter confirmé.

Newsletter ActuaBD