Pôl Scorteccia (directeur éditorial du Lombard) : « Editer, c’est explorer ! »

31 janvier 2010 10 commentaires
  • En juin 2008, {{Pôl Scorteccia}} succéda à {{Yves Sente}} au poste de directeur éditorial du Lombard. Il avait déjà apporté un vent de nouveauté en convaincant {{Coyote}}, l’auteur de {Litteul Kevin} et {des Voisins du 109} de rejoindre l’éditeur de bruxellois. Pour le Lombard, 2010 sera axé sur le renouveau, avec l’arrivée de {Kramix}, un bimensuel d’humour, et la publication de nombreuses séries. Pôl Scorteccia fait le point, avec nous, sur les nombreux projets de la maison d’édition de l’avenue Paul-Henri Spaak.
Pôl Scorteccia (directeur éditorial du Lombard) : « Editer, c'est explorer ! »
En Mars paraîtra le dernier Ric Hochet achevé de Tibet & Duchâteau.

Tibet était l’un des plus fidèles auteurs du Lombard. Il a créé Chick Bill en 1952 pour le magazine Tintin. Quel souvenir gardez-vous de lui ? Avez-vous une anecdote à nous raconter à son sujet ?

Je n’ai hélas pas d’anecdote particulière. J’ai rencontré Tibet sur le tard. C’était bien sûr un des piliers du Lombard, mais c’était surtout un homme très agréable. A chaque fois qu’il venait dans nos bureaux, il avait le sourire et un petit mot gentil pour tout le monde. Il discutait aussi bien avec la réceptionniste, qu’avec les assistantes éditoriales, ou François Pernot, le directeur général. Il n’y avait pas de barrière pour lui : Tibet aimait les gens, tout simplement !

Deux albums étaient planifiés, un Chick Bill en janvier et un Ric Hochet en mars …

Ce n’était pas tout ! Nous avions prévu, avec André-Paul Duchâteau et Tibet, d’axer l’année 2010 sur Ric Hochet. En mars, trois albums sortiront : le 77e Ric Hochet, une intégrale de la même série, mais aussi un roman inédit qu’à écrit André-Paul Dûchateau. En fin d’année, Ric Hochet revenait avec le 78e tome et un album un peu spécial concocté par David Vandermeulen(les Enquêtes du Commissaire Crémèr) : Ric Remix ! Il s’agit d’un montage qui avait beaucoup fait rire les auteurs. Et puis, nous avions décidé de publier un ouvrage rassemblant les caricatures faites par Tibet, La Tibetière. On ne changera pas le planning éditorial, sauf malheureusement pour la parution du 78e album de Ric Hochet que Tibet n’avait pas terminé, mais que l’on éditera tel quel.
Nous devions nous réunir avec André-Paul et Tibet pour discuter de l’accompagnement de cette année Ric Hochet et de la forme du livre La Tibetière. Nous devions récolter les souvenirs de Tibet sur les caricatures qu’il a réalisé au fil du temps. Hélas, nous n’en avons pas eu le temps. Mais nous tenons absolument à sortir ce livre.
Le décès de Tibet est une perte immense pour la maison, pour tous les auteurs et le personnel du Lombard. Quand on a appris la nouvelle, c’était comme si le ciel nous tombait sur la tête. Il avait participé à tous les grands événements de ces dernières années : les 60 ans du Lombard, l’inauguration de la restauration de l’enseigne Tintin, etc.

Extrait du T1 des "Carnets de Darwin"
(c) Ocana, Runberg & Le Lombard

Coyote m’a confié qu’il apportait une dose de rock & roll au Lombard. Mais j’ai l’impression que depuis que vous êtes éditeur, puis directeur éditorial, l’image du Lombard a été dynamitée.

Dynamitée ? Je ne crois pas. L’image du Lombard avait déjà évolué avec Yves Sente. Lorsque je suis arrivé au Lombard, j’ai souhaité que l’on réfléchisse prioritairement aux formats des livres et à leurs maquettes. Chaque livre doit avoir un format adapté, même si nous n’allons pas les multiplier. Tout en n’étant pas dans la même démarche que Futuropolis ou l’Association, il était triste de refuser des superbes projets pour ces raisons. Le premier livre un peu spécial (au point de vue du format et de la maquette) que nous avons sorti était l’intégrale Kinky & Cosy. Nous réfléchissons également beaucoup à la forme des intégrales, comme par exemple celle de Vlad.

Nietzsche, raconté par Onfray & Le Roy

Même si le Lombard avait auparavant une collection décalée, « Troisième Degré », vous aviez l’image d’être un éditeur traditionnel. Après Coyote, d’autres auteurs de Fluide Glacial vous ont rejoint : Julien/CDM, Mo/CDM ou Relom.

L’arrêt des collections nous a permis d’ouvrir beaucoup plus le catalogue. Et maintenant, nous pouvons accompagner les livres titre par titre. Yves Sente avait créé certaines collections. A l’époque, c’était un choix judicieux et important. Les lecteurs devaient prendre conscience que le lombard était capable de publier d’excellents thrillers, des one-shots, ou des séries à « l’humour plus adulte ». Le catalogue était structuré, mais aujourd’hui, il nous fallait casser certains morceaux de cette structure pour faire face au marché actuel. Ainsi Troisième Degré et Polyptique ont disparu. Mais Troisième Vague et Signé demeurent. Aujourd’hui, on peut même éditer des œuvres plus graphiques. Nous travaillerons chaque livre, en réfléchissant avec l’auteur, à sa meilleure forme.
Pour moi, c’est cela le véritable esprit du Lombard. Le journal de Tintin a toujours publié des histoires un peu étonnantes, parfois en marge par rapport à l’époque. C’était un hebdomadaire très éclectique : avec de l’humour, de la science-fiction, de l’aventure… Aujourd’hui, nous réalisons le journal Tintin que l’on aimerait lire, sauf qu’il n’y plus de support ! Nous sommes un éditeur généraliste, qui ne veut rien s’interdire.

Tom & Wuilliam, de L. Lefeuvre
(à paraître en mars)

Vous avez conservé la maquette de Polyptique jusqu’au dernier tome de chacune des histoires…

Cela aurait stupide de changer ! Il faut respecter les lecteurs, et pour eux, c’est important que les albums aient la même maquette. On parle de séries à cycle court, pas de longues séries qui s’étalent sur une voire plusieurs décennies, et dont la maquette souffre généralement du temps qui passe. Nous avons refondu presque tous les titres de la collection Signé. La maquette est différente, et le livre est plus grand. Les chiffres de vente pour certains titres sont extraordinaires par rapport au turnover que l’on avait précédemment. Par exemple, à la Recherche de Peter Pan de Cosey se vendait bon an mal an à 700 exemplaires. Nous avons publié une intégrale, contenant un dossier. On en a vendu 12.000 exemplaires ! Ce nouveau format a permis aux lecteurs d’avoir une autre approche de lecture pour cette histoire magnifique. Nous avons publié des intégrales qui ont très bien marché, comme celles de Michel Vaillant (de Jean Graton) ou de Luc Orient (de Greg & Paape). Les gens redécouvrent une œuvre, car si les chiffres dépassent les 4.000 exemplaires, c’est que l’intégrale atteint d’autres personnes que les plus nostalgiques. Et puis, ces séries existent, il n’y a pas de raison qu’elles meurent en n’étant plus rééditées. C’est notre patrimoine et il se doit d’être maintenu !

Extrait de Reconquêtes - (c) François Miville-Deschênes, Sylvain Runberg & Le Lombard

Un livre consacré à Nietzche, par Michel Onfray et Maximilien Le Roy ferra plus de 120 pages !

Oui. Nous ne nous interdisons plus d’être limités à un nombre de page. À condition que le contenu du livre le justifie, bien entendu. Publier un livre de cette pagination dont le récit pourrait tenir à 60 planches, cela n’aurait aucun intérêt. Pourquoi un récit comme Nietzche n’aurait-il pas sa place au Lombard ? Nous nous adressons à la fois aux lecteurs de bandes dessinées jeunesses comme à ceux des romans graphiques. Etre éditeur, c’est explorer. D’essayer de voir ce qui pourrait être intéressant pour les lecteurs. Il faut donc se remettre régulièrement en question. Certaines séries se sont arrêtées dernièrement, d’autres vont démarrer. Avec quelques belles arrivées en perspective.

Kramix
Le journal qui a deux rédacteurs en chef : Pôl Scorteccia et Jean-Luc Cornette.

Vous publiez également un nouveau bimensuel, avec actuellement rien que de l’inédit !

Oui. Kramix. Un nom bien belge, puisque nous avons emprunté le nom au cramique : Un pain aux raisins secs et au sucre. Bref, un petit mélange. C’était amusant de partir d’une pâtisserie pour en faire un laboratoire où l’on trouverait différents ingrédients.

Qu’est-ce qui le distinguera du journal précédent, le Strip ?

Kramix est différent du Strip, sans l’être réellement. Nous retrouverons dans les prochains numéros de Kramix des auteurs qui ont été publié dans le Strip : Coyote (sans qui rien n’aurait été possible…), Clarke, Relom, Mo/cdm, Julien /cdm, etc. Le premier numéro a été réalisé uniquement par des femmes. Il y a effectivement de plus en plus d’auteures de bandes dessinées. Personne n’avait jamais demandé à des auteures humoristiques de réaliser l’entièreté d’un journal de bande dessinée ! Nous voulions les mettre en avant.
Nous sommes aussi très attentifs à ce qui se passe sur les blogs. Kramix contient des mélanges qui peuvent paraître bizarres, mais qui finalement ont toujours eu lieu dans les magazines historiques, avec des styles classiques voire parfois résolument modernes et des innovations graphiques. Le mélange est intéressant.

Le format du journal est différent. Le Strip ressemblait à un quotidien, tandis que Kramix ressemble plus à un hebdo…

Le Strip se vendait bien. Mais ses pages étaient immenses. Ce qui était parfois un avantage ou un inconvénient pour la lisibilité. En fait, cela dépendait du graphisme des auteurs. Nous avons donc décidé de changer de format et d’augmenter la pagination pour passer à 52 pages, tout en doublant le prix. Celui-ci est encore raisonnable. Kramix coûte 2 €. Beaucoup d’histoires seront totalement inédites. Des auteurs n’y réaliseront que quelques pages. D’autres seront regroupées dans des albums…

"Bretzelle et Baba" de Lucile Gomez
Extrait du n°1 de "Kramis". (c) . Gomez, Le Lombard

Ce journal n’est-il pas une manière d’approcher de nouveaux auteurs ? Vous n’allez pas faire fortune en publiant ce magazine …

Je ne pense pas, mais on ne sait jamais… (Rires). Le tout est d’arriver à un équilibre financier dans un premier temps pour que le journal perdure. Ce journal est un espace de création pour les jeunes auteurs, comme pour les auteurs confirmés qui aiment aussi voir paraître leurs histoires dans ce format. La publication dans un magazine manque aujourd’hui cruellement à la bande dessinée. C’est dramatique d’avoir perdu presque tous les supports journaux qui publiaient des BD. Cela permettait aux auteurs de tester un style, des personnages, de prendre conscience plus facilement et plus rapidement des améliorations qui devaient être réalisées. Aujourd’hui, on demande aux auteurs d’être professionnels d’entrée de jeu ! La presse permettait aux auteurs encore malhabiles de s’entraîner, de dessiner. Beaucoup d’auteurs qui ont été édités dans la presse ne seraient pas ce qu’ils sont aujourd’hui s’ils n’avaient pas pu faire leurs premières armes dans Tintin, Spirou ou Pilote.

Alpha - Premières Armes
(à paraître en mars)

Kramix a été créé pour faire découvrir des auteurs, dont des inconnus comme par exemple Lucile Gomez qui signe Bretzelle et Baba.

L’un des événements du printemps sera la sortie d’une déviation de la série Alpha…Vous accumulez les spin-off décidément !

Oui et non. Eric Loutte et Herzet reviendront sur la jeunesse d’Alpha et sur sa formation militaire dans Alpha Premières Armes. Il y a plusieurs types de spin-off : , ici la jeunesse d’un personnage, mais cela peut également être une série parallèle, comme IR$ All Watcher qui sera clôturée en sept tomes.
On retrouvera également un personnage de la série Thorgal dans une série parallèle, à savoir Kriss de Valnor. Giulio De Vita et Yves Sente sortiront le premier album de ses aventures à la fin de l’année, en même temps qu’un nouveau Thorgal. Ce projet est né suite à l’envie des auteurs historiques de la série de voir leurs personnages vivre et évoluer parallèlement à la série-mère.

Il y a néanmoins différents projets autour de Thorgal, mettant en valeur différents personnages de la série. Jean Van Hamme vient de nous citer : Louve, Kriss de Valnor, Galathorn et Pied d’Arbre. Van Hamme aimerait également créer un univers pour les plus jeunes : un monde peuplé de nains comme Djhazi, dans lequel Thorgal viendrait faire des incursions…

Extrait du T1 de "Kriss de Valnor"
(c) De Vita, Sente & Le Lombard.

Je confirme, mais je ne dois plus rien vous dire (Rires). Il y aura également une série parallèle autour de Jolan. Nous réfléchissons actuellement à cela, et il est encore un peu tôt pour vous en parler concrètement, d’autant plus que des auteurs font encore des essais. Il y aura également le projet d’une Encyclopédie des mondes de Thorgal, qui sera écrite par Jean Van Hamme et illustré notamment par Rosinski.

Quels seront les grands événements de l’année 2010 au Lombard ?

Un nouvel album de Bernard Prince signé par Hermann et Yves H. Magnifique ! Puis, La Horde des Vivants, le premier tome d’une nouvelle série intitulée Reconquêtes réalisée par François Miville-Deschênes et Sylvain Runberg. Les planches, en couleurs directes, sont extraordinaires. La collection Signé accueillera aussi d’autres nouveautés : Le Chat qui courait sur les toits (de René Hausman & Michel Rodrigue), Tom et William (de Laurent Lefeuvre), Rue des Chiens Marins (de Michel Constant), 20 ans de Guerre de Benoît Blary et Hervé Loiselet et un album de Fred Salsedo et Olivier Jouvray intitulé « Nous ne serons jamais des héros ».
Jean Dufaux et Yacine Elghorri signeront une nouvelle série intitulée Medina. Ces dernières années, ce dessinateur avait signé quatre albums chez Carabas. Daniel Ceppi publiera une nouvelle aventure de Stéphane Clement, toujours sur fond de conflits géopolitiques.
Et bien entendu, nous continuerons à publier des séries jeunesse, comme par exemple Cédille (de Cantin et Cécile), Le Maître des Ogres (de Rodrigue et Cucca) , les Légendes de Parva Terra (de Arnaiz), Ernest & Rebecca (de Bianco & Dalena), Sybil et la Fée Cartable (de Rodrigue & Dalena), etc…
Nous essayons aussi de ne pas augmenter notre production. Elle avoisine les cent titres par an. Certaines séries disparaissent car elles n’ont pas trouvées leur public, d’autres apparaissent…

20 ans de Guerre
(c) Benoît Blary, Hervé Loiselet & Le Lombard

Pourquoi vous maintenir à cent titres ?

Par conviction éditoriale ! Il nous serait très difficile de suivre correctement tous les albums au-delà de 100 titres par an ! Nous voulons apporter un véritable suivi, du synopsis à l’impression, du marketing au commercial, en passant par la presse …
Essayer de faire peu, mais bien.

Illustration pour Reconquêtes -
(c) François Miville-Deschênes, Sylvain Runberg & Le Lombard

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Photo © Nicolas Anspach

 
Participez à la discussion
10 Messages :
  • Kramix sera bimestriel et non bimensuel. Je trouve que le lancement d’un nouveau support presse entièrement BD devrait être claironné un peu plus fort.
    C’est un événement il me semble.

    Répondre à ce message

    • Répondu par joel le 31 janvier 2010 à  19:53 :

      je pense surtout que le lombard devrait re-lancer un hebdo, maintenant ils ont matière à le "remplir" et cela ferait concurrence a spirou ! ce qui n’est pas un mal cela permet de se tirer la bourre et d’innover...

      Répondre à ce message

  • D’abord, un Ric Hochet de 27 pages...(le tome 78) je ne l’achèterai pas, c’est déjà assez onéreux pour un album complet quand on a du mal à boucler ses fins de mois, ensuite je trouve qu’il est temps de remanier un peu le site du Lombard. Pour moi, toujours le parent pauvre de Média-participations. J’ai parfois l’impression qu’on publie là ce qu’on ne veut pas chez Dargaud ou Dupuis...Malgré les excellents Thorgal, L’élève Ducobu, Léonard, Robin Dubois, Bernard Prince ou Les schtroumpfs. Quant à Kramix, il n’est pas suffisamment mis en évidence sur le site et risque de passer à la trappe comme le précédent magazine "Strip".

    Et Julie, Claire et Cécile...Excellente bd qu’on oublie parfois j’ai l’impression...

    Répondre à ce message

    • Répondu par Sébastien le 31 janvier 2010 à  21:39 :

      J’oubliais le petit indien Yakari parmi les incontournables de chez Lombard. Bien sûr qu’il y a encore d’autres BD de qualité mais quand Parker&Badger que j’adore, quittent Dupuis, c’est pour aller où, je vous le demande ? Chez Dargaud pardi ! A quand Lucky Luke chez le lombard ? Oui j’exagère ma critique mais comme d’habitude, c’est pour essayer de mieux faire avancer le Schm...le Smilili...le schmilblik ;-)

      Répondre à ce message

      • Répondu le 1er février 2010 à  20:32 :

        Parmi les séries de qualité, citons également "Jonathan" de Cosey et aussi Cubitus !

        Répondre à ce message

  • Pol Scorteccia mentionne dans son entretien qu’il faut faire vivre le patrimoine du Lombard. Alors, dans ce cas-la, pourquoi avoir interrompu la collection Millesimes Lombard avec la reedition de Go West lorsque des dizaines de recits issus des pages de Tintin attendent une reedition ou meme une premiere edition ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par juju1 le 7 février 2010 à  10:41 :

      D’ailleurs on attend toujours une intégrale de Chlorophylle de Macherot ! Lors de son décès on en parlait mais depuis plus rien !

      Répondre à ce message

      • Répondu par Nicolas Anspach le 7 février 2010 à  12:49 :

        D’après mes informations, c’est au planning du Lombard pour 2011. Dans une forme différente qu’une intégrale.

        Répondre à ce message

  • Y a-t-il un webmaster sur le site www.lombard.com ?
    2 avril 2010 23:40, par sebastien

    Soit ma connexion haut débit ne fonctionne pas correctement ou les Editions du lombard se fichent de nous ! Pas moyens d’accéder aux nouveautés ou alors après un certain délai... Voyez la différence avec le merveilleux site des éditions Dargaud...

    Répondre à ce message

    • Répondu par Coraline le 6 juin 2011 à  11:47 :

      Etrange Etrange chez moi tout fonctionne, ne serait-ce pas un soucis de cache du navigateur ?

      Répondre à ce message