Portes ouvertes au Studio Ghibli, avec Toshio Suzuki

15 décembre 2011 3
  • Le producteur Toshio Suzuki, co-fondateur du Studio Ghibli, une référence du cinéma d'animation japonais, livre ses souvenirs dans un petit bouquin passionnant.
Portes ouvertes au Studio Ghibli, avec Toshio Suzuki
Toshio Suzuki
© Kana

Il y a deux grands pôles d’attraction dans le monde du cinéma d’animation, l’un aux États-Unis, dans le giron de Disney Pixar, l’autre au Japon au sein du Studio Ghibli, les deux entreprises se taillant la part du lion dans le domaine de la création de films d’animation. Étant donné les qualités des productions Ghibli, c’est avec un grande curiosité que l’on attendait le petit livre que vient de publier en français le producteur Toshio Suzuki, un homme qui se targue d’avoir toujours fait "ce qu’il aimait comme il aimait".

De sa première rencontre avec Hayao Miyazaki à la fin des années 1970 pour la préparation de ce qui allait devenir "Le Château de Cagliostro" jusqu’au succès récent de "Ponyo sur la falaise", Toshio Suzuki retrace avec une plume non dénuée d’humour, la grande aventure créative de Ghibli. En sept chapitres, le producteur détaille les étapes de la réalisation d’un film, appliquant à chacune d’entre elle sa philosophie de travail. Philosophie que l’on pourrait qualifier de "rigueur souriante".

"Mon voisin Totoro", une des nombreuses merveilles du Studio Ghibli

Après des débuts dans la presse, Suzuki se voit confier les rênes d’un magazine luxueux "Animage" où il cumulera les fonctions de journaliste et d’éditeur. Rédacteur pugnace au toupet frisant parfois l’impertinence, le jeune homme va gagner l’estime d’une génération montante de dessinateurs, parmi lesquels Hayao Miyazaki. Cette amitié va se concrétiser avec la fondation du Studio Ghibli en 1985. Pourquoi Ghibli ? C’est le nom du vent chaud qui souffle dans le désert du Sahara ; Miyazaki avait lu ce mot sur les flancs d’un avion [1]. Il était persuadé que l’image était parfaite pour illustrer l’ambition de renouveau qui animait le studio.

Si l’amusement des équipes semble être un étendard, le livre rappelle que l’on a affaire à une équipe de bosseurs acharnés. Avec en tête Miyazaki, qui n’hésite pas - un exemple parmi tant d’autres - à se lancer dans la réalisation de la saga manga de Nausicäa dans le seul but de convaincre les producteurs d’en faire un long-métrage. Cette volonté farouche et cette exigence dans le travail va permettre au studio nippon de faire des bonds de géants dans la technique de réalisation. Notamment dans l’ amélioration des mouvements de caméra, où Ghibli supplante techniquement le rival Disney au tournant des années 1980.

L’histoire de Ghibli est également une histoire de fortes personnalités où les coups de sangs furent nombreux. Au gré de la mémoire du narrateur, certains détails de l’histoire passent à la trappe. Mais dans ce livre, tour ou tour très pointu ou très léger, on apprend énormément sur les rouages de la fabrication d’un film. Dès lors, "Dans le Studio Ghibli - Travailler en s’amusant" n’est pas un ouvrage à ne réserver qu’aux inconditionnels, mais aussi aux lecteurs curieux de connaître un peu mieux les recettes du cinéma. Il constitue en tout cas un vade mecum très complet de ce métier.

(par Morgan Di Salvia)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

"Dans le Studio Ghibli - Travailler en s’amusant" - Par Toshio Suzuki - Kana

Commander ce livre sur Amazon ou à la FNAC

[1Le réalisateur est un passionné d’aviation, comme on a pu le constater dans son film Porco Rosso en 1992.

 
Participez à la discussion
3 Messages :