Newsletter ActuaBD

"Portraits de famille" de Paskal Millet : généalogie de l’étrange

  • Une expédition anthropologique qui tourne court, une étrange lignée de créatures pas tout à fait humaines, l'excitation de la découverte au mépris du danger : "Portraits de famille" a de quoi intriguer ses lecteurs. Au travers du compte-rendu d'observation (fictif, on vous rassure) du très sérieux et respectable Professeur Fitzbergger, découvrez la généalogie monstrueuse d'une famille unique en son genre.

Portraits de famille se présente comme la publication des lettres et du dossier d’étude du Professeur Fitzbergger, anthropologue à l’Institut Clinique d’Anthropologie de Philadelphie. D’abord parti en expédition dans le Wyoming pour étudier une tribu indienne, lui et son équipe sont rapidement détournés de leur but premier par la découverte d’une étrange demeure remplie de cadavres ni humains ni animaux. L’équipe entreprend alors d’étudier la bâtisse et ses habitants, en transmettant au fur et à mesure leurs conclusions à l’Institut. Mais le professeur ne se doute pas qu’il vient d’ouvrir une véritable boîte de Pandore...

Sans nous proposer une narration à proprement parler, l’album se pare d’un storytelling des plus captivants. Rythmé par les lettres du professeur, le livre nous plonge petit à petit dans sa démence, en côtoyant des membres toujours plus hideux de la mystérieuse famille. Chaque double page nous propose ainsi une "photo" du spécimen à droite, une fiche d’identité à gauche avec espèce, nom et prénom, taille etc.

"Portraits de famille" de Paskal Millet : généalogie de l'étrange

La démarche rappelle pas mal le Zoologia de Stan Manoukian, bestiaire fantastique plutôt axé zoologie qu’anthropologie. Les deux albums se marient très bien dans une bibliothèque qui prend alors des allures de cabinet de curiosité merveilleux et monstrueux. Le travail éditorial est tout particulièrement soigné : papier de très bonne qualité texturé, jeux de trompe l’œil, fausses tâches d’usure et de café : tout est réuni pour qu’on s’y croie.

Au fil des pages se construit ainsi une lignée de monstres remarquables par leur singularité et leur originalité. Puisant aussi bien dans l’imaginaire Lovecraftien que de Cronenberg, virant tantôt vers le zombie tantôt vers la dysmorphie type Elephant Man, on sent que l’auteur débride son imagination et ne s’interdit aucun délire.

Les plus fins connaisseurs de l’artiste reconnaîtront nombre de ses gimmicks (un badge Anarchy, les vestes en cuir, les coupes rockabilly...), et d’une manière plus générale sa fascination pour le monstrueux pas forcément laid mais toujours surprenant.

Brillant dessinateur, Paskal Millet ne se limite pas à la bande dessinée. Fort d’un univers singulier et très personnel cumulant des inspirations issues du cinéma d’horreur, du psychobilly et des cultures "underground", il s’exprime autant dans des albums de bande dessinée que sur des pochettes d’album ou des étiquettes de bouteilles de champagne.

Parfois militant, souvent bizarre, toujours original, son style emprunte aux dessins encyclopédiques d’époque, à quelques grands noms du comics comme Crumb ou Corben et à l’iconographie punk et rock des origines, qui parlera sans aucun doute aux fans de Mad Sin, des Ramones et du CBGB.

Particulièrement actif sur les réseaux sociaux, on peut le retrouver sur Instagram et Facebook. Portraits de famille est publié par Funny Bird Productions, une structure naissante rattachée à la maison de production cinématographique du même nom.


(par Jaime Bonkowski de Passos)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

"Portraits de famille" par Paskal Millet - Funny Bird - 168 pages - 22€.

Le livre est à commander directement sur le site de l’éditeur, à ce lien.

 
Newsletter ActuaBD