Pour son opus 1000, Charlie Hebdo ne fait pas son numéro

21 août 2011 9 commentaires
  • Là où d'autres fourmillent d'idées originales, de bonus en pagaille et boostent leur pagination, l'hebdo satirique se contente de marquer le coup... Manque de moyens ou poil dans la main ?

C’était annoncé, c’était attendu. Un titre pareil, né sur les braises de l’après Mai 68, pétri d’esprit de provocation, miraculeusement surgi des décombres en 1992... Forcément donc, ce numéro 1000 créerait l’événement.

Eh bien non. Outre une couverture qui lance un clin d’œil plutôt lourdaud au passé, pas l’ombre d’une surprise à l’intérieur. Les rubriques habituelles n’ont pas bougé : "les unes auxquelles vous avez échappé" en dernière page, la rubrique de Patrick Pelloux, le coup de gueule de Bernard Maris, les instantanés voyeurs de Sattouf, la demi-page de Wolinski. Tout au plus peut-on noter une présence accrue de Cabu, conscience suprême.

En cherchant bien, on a quand même droit en pages centrales à quelques unes historiques, depuis la reprise des années 90 à aujourd’hui. Assaisonné d’un édito assez riquiqui de Charb’.

Cet anniversaire décevant et morose pose question : pourquoi donc si peu d’éclat ? Charlie n’aurait-il plus les moyens d’offrir plus de pages à cette occasion ? L’équipe a-t-elle manqué d’imagination ? À moins que les journalistes et dessinateurs n’aient pas réussi à accorder leurs violons... Tout ces constats rendent ce millième épisode tristounet. Et laissent des interrogations coincées dans les rotatives...

Pour son opus 1000, Charlie Hebdo ne fait pas son numéro
Les 1000 unes de Charlie Hebdo, à paraître le 15 septembre 2011

On peut rappeler que Charlie Hebdo est né des traces d’Hara Kiri en 1970, avec déjà une liberté de ton inédite et une équipe de choc réunie par Cavanna. En 1981 la première page de son histoire est tournée : fin de la parution, avec en toile de fond la candidature de Coluche à l’élection présidentielle.

Le retour de 1992 arrivera, également derrière un autre titre, La Grosse Bertha, sous l’impulsion de Philippe Val. Une période stable jusqu’à aujourd’hui, malgré les remous suscités par le limogeage de Siné en 2008 et le départ de Philippe Val l’année suivante. Sa ligne politique édulcorée et ses prises de position publiques avaient beaucoup déplu.

Depuis le leadership assuré par Charb et Riss, la dose de provocations et d’engagement a sensiblement augmenté.

Ce numéro 1000 semble vouloir faire l’impasse sur un certain passé mais pas l’imposant ouvrage qui sort en septembre, recueil de 330 pages des « 1000 Unes de Charlie Hebdo » qui ont jalonné son histoire depuis 1992. Une histoire qui se retrouve sur les cimaises du Musée Raymond Lafage à Lisle-sur-Tarn qui sera ponctuée d’évènements durant tout le mois de septembre.

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Musée Raymond Lafage, 10 rue Victor Maziès, 81310 Lisle-sur-Tarn. Ouvert tous les jours de 10h00 à 12h00 et de 15h00 à 18h00, sauf le mardi. Tél. : 05 63 40 45 45.

Commander cet ouvrage sur Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
9 Messages :
  • Outre une couverture qui lance un clin d’œil plutôt lourdaud au passé

    Logique, c’est un journal de vieux, fait par des vieux, pour des vieux, avec un vieil esprit. Ils sont restés coincés dans le vingtième siècle, dérivant à droite avec Val l’ami de Sarkozy, alors évidemment Charlie Hebdo ne signifie plus grand-chose.

    Répondre à ce message

    • Répondu par lebon le 21 août 2011 à  11:08 :

      Vous vouliez du prévisible quoi, un bon numéro 1000 bien "marketé", bien rassurant. Laissez Charlie tranquille, c’est toutes les semaines un journal épatant, une plage de liberté sans pub et sans casses-couilles moralisateurs.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 21 août 2011 à  12:52 :

        Charlie me gonfle depuis un moment, mais je comprend très bien qu’ils ne veuillent pas tomber dans l’autocélébration. La démarche du journal c’est de faire une satire de l’actualité, pas de se regarder le nombril...

        Répondre à ce message

    • Répondu par mmarvinbear le 21 août 2011 à  11:21 :

      On sent que Siné a encore son fan-club...

      Mais bon, comment se porte le journal de jeunes, fait par un jeune (de plus de 80 ans je crois), pour des jeunes, avec un jeune esprit ?

      Siné-hebdo s’est pris le XXIè siècle en pleine face, non ? Dérivant à l’extrême-gauche sans Val, qui fait un plutôt bon travail à France Inter.

      On peut ne pas être d’accord avec tout ce que fait CH, il faut quand même admettre qu’ils font du bon travail malgré leurs moyens réduits.

      Tapie qui joue " Prends l’oseille et tire-toi (version Belge) ! ", c’est quand même eux qui l’ont sorti.

      Sans parler de leur engagement envers les sans-papiers, dont ils dénoncent chaque semaine les cas de violations de droits les plus flagrants.

      A part des dessins de bites et de culs, j’avais pas trouvé grand chose de comparable dans les rares numéros de SH que j’avais pris.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 21 août 2011 à  12:55 :

        L’intervenant auquel vous répondez n’a aucunement fait référence à Siné, dites... Vous extrapolez en affirmant qu’il roule pour lui, et c’est un peu mince de baser toute votre argumentation là-dessus. On peut ne pas apprécier Charlie, Val (qui n’est plus impliqué dans le journal) sans pour autant être béatement en admiration devant Siné...

        Répondre à ce message

      • Répondu par LC le 21 août 2011 à  21:35 :

        N’mporte quoi marvinbear, Sinéhebdo aussi était un journal de vieux, fait par des vieux, pour des vieux, avec un vieil esprit. Ils sont aussi restés coincés dans le vingtième siècle mais toujours de gauche et anar eux.

        Répondre à ce message

      • Répondu le 21 août 2011 à  23:08 :

        Siné-hebdo s’est pris le XXIè siècle en pleine face, non ? Dérivant à l’extrême-gauche sans Val

        Ha, donc le 21ème siècle c’est pas l’extrême gauche ! Comme vous avez raison, il suffit de voir les mouvements d’Indignés, la situation boursière etc... Mais c’est hors sujet.

        Siné n’a pas dérivé puisqu’il a toujours été proche de ces idées-là - quoique plutôt anar si l’on veut nuancer, mais ça reste dans le même coin. Dérivant sans Val ?!?? Selon vous Val servait de garde-fou à un Siné incapable de se contrôler ? C’est mal connaitre Siné (un esprit indépendant, voire une tête de mule) et un curieux point de vue sur la relation responsable éditorial / dessinateur. De la façon dont je comprends votre propos (rectifiez-moi si j’ai tort) les dessinateurs seraient de grands enfants nécessitant d’être encadrés par leur éditeur, sévère mais juste (il a fait des études lui). Quelle belle vision paternaliste du monde ! Je comprend que vous considériez l’extrême gauche comme une dérive et qu’elle vous effraie. Cependant, je veux bien reconnaitre que Val a fait une bonne chose sur France Inter : il n’a pas encore viré Daniel Mermet (qu’il en meure d’envie ou non)

        Répondre à ce message

  • Pour son opus 1000, Charlie Hebdo ne fait pas son numéro
    21 août 2011 13:49, par François Camille

    En tout cas, il a l’air de bien se vendre...
    D’après le facebook du journal, le numéro serait quasiment épuisé.

    Répondre à ce message

  • "bonus en pagaille" et "booster notre pagination" ne fait pas vraiment partie de notre vocabulaire marketing...
    C’est toujours un peu étonnant de voir les journalistes se jeter sur des pseudo événements (ouh, des chiffres rooooonds !) et ignorer les numéros spéciaux qu’on a fait pour les manifs anti-darcos, ou pour l’élection d’Obama...
    Allez, ne soyez pas décus, on va se rattrapper avec un beau bouquin en septembre ! 320 pages de supplément, c’est du boulot, je vous jure,
    signé, le poil dans la main de Charlie :)

    Répondre à ce message