Pour un peu de bonheur, T2 : Aurélien - Par Galandon et A.Dan - Edition Bamboo

12 août 2013 4 Albums par Patrice Gentilhomme
  • Laurent Galandon n'en finit pas d'explorer les parts d’ombres de notre histoire, et tout particulièrement celles du XXème siècle.

Il revient ici sur un des aspects de 1914-1918 souvent méconnus mais dont la BD commence à s’emparer : celui des « gueules cassées », ces soldats brisés (dans tous les sens du terme !) dont le retour à la vie civile s’est souvent avéré difficile et douloureux.

Avec ce nouveau diptyque, le scénariste a choisi de suivre le retour au pays d’un poilu sombre et ténébreux.
Comment faire face à l’incompréhension et la maladresse des autres, de la famille ou des amis ?

Après l’enfer des tranchées, le jeune homme a bien du mal à se reconstruire.

Pour un peu de bonheur, T2 : Aurélien - Par Galandon et A.Dan - Edition Bamboo
Comment vivre « normalement » avec un visage monstrueusement défiguré ?

Si le projet fou de réaliser une « machine volante » l’aide à renouer avec son fils, ses rapports avec Esther, sa femme, demeurent encore difficiles. L’homme garde au fond de lui un secret, un mystère que ce second tome nous dévoile progressivement.

Très vite le récit prend les allures d’un thriller rural : la mort mystérieuse de plusieurs bovins et l’arrivée de Nivoix (un policier lui aussi mutilé) venu tout spécialement de la capitale jette le soupçon sur tout ce qui n’entre pas dans les normes et les habitudes de ce village perdu des Pyrénées. Alors qu’il commence à revivre le héros va être brutalement rattrapé par son passé.
L’enquête ne tarde pas à se superposer aux soupçons qui pèsent sur sa véritable identité. Qui est vraiment Félix ?

le premier tome est paru début 2012

Comme dans ses précédents ouvrages, Laurent Galandon s’attarde sur le parcours d’un personnage simple et modeste en nous dévoilant ses blessures liées à un contexte historique précis.

Un sujet déjà abordé par Ducoudray et Priet-Mahéo dans Gueules d’Amour (la Boîte à Bulles).

Si le récit aborde avec tact l’incapacité des « gueules cassées » à se réinsérer il dépeint aussi avec justesse et sans sensiblerie les difficultés relationnelles et intimes de ces survivants.
A l’aide d’une intrigue policière Laurent Galandon et A.Dan nous donnent une lecture originale de l’époque et des conséquences de « la Grande guerre ».

Ces deux-là n’ont pas peur des sujets difficiles ! Après une collaboration réussie autour des contradictions de la guerre d’Algérie avec Tahya El-Djazaïr (publié chez le même éditeur), ils récidivent avec un récit qui ne cède ni à la facilité ni aux modes du moment.
Le graphisme souple et nerveux de Dan, accompagné d’une mise en couleur efficace, sert avec habileté le propos d’une histoire qui hésite entre épopée romanesque classique (le retour du "héros"), l’enquête policière (la mort autour du village), et l’utopie poétique (le rêve de gosse : voler comme un oiseau). De cette curieuse alchimie les auteurs parviennent à tirer un récit captivant dont la conclusion bien qu’attendue réussit à séduire et émouvoir.

Laurent Galandon confirme son talent et s’affirme encore un peu plus comme une des grandes signatures de la BD historique et un pilier de la collection réaliste de Bamboo, Grand Angle.

Un regroupement des deux tomes est prévu pour 2014.

Annoncée par l’éditeur la publication d’une intégrale est en mesure de relancer ce titre injustement passé inaperçu lors de sa première parution. Une initiative amplement justifiée !

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Illustrations Galandon et A Dan © Bamboo Édition 2013

Commander ce livre chez Amazonou à la FNAC

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • dont la BD commence à s’emparer : celui des « gueules cassées »,

    Commence ????

    En 1997 Tardi sortait Le der des der avec Didier Daeninckx, formidable album dans lequel il est largement question des gueules cassées. Il y a donc 16 ans de ça.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 15 août 2013 à  10:02 :

      Le Der des der n est que l adaptation par Tardi d une serie noire de Daeninckx, parue bien avant. Excusez la syntaxe, je ne tape pas sur azerty

      Répondre à ce message

      • Répondu par Fred le 15 août 2013 à  22:00 :

        Mais je cite Didier Daeninckx, relisez mon commentaire. Néanmoins son roman date de 1985 et ce n’est pas de la BD alors que le bouquin de 1997 avec Tardi, oui. La remarque de l’article est :"dont la BD commence à s’emparer : celui des « gueules cassées »". Tardi l’avait déjà fait, et même déja dans le Secret de la Salamandre en 1981. Rien de nouveau donc.

        Répondre à ce message

  • Oui, vous avez raison Pour un peu de bonheur !
    13 août 2013 12:15, par Oncle Francois

    J’avais lu le premier tome, qui m’avait agréablement surpris par sa maturité. Or, l’album est passé "relativement inaperçu" lors de sa sortie. A se demander ce que font les journalistes professionnels de la BD de leurs journées. Les histoires de Galandon (un des rares nouveaux scénaristes à suivre...) ont quelque chose d’attachant et de touchant. Merci donc de tenter de lui attirer un plus vaste public.

    Répondre à ce message