Princesse Princesse - Par Katie O’Neill - Bliss Comics

22 septembre 2020 0 commentaire
  • Et si on revisitait les contes – ou presque – en permettant aux princesses d’être les preux chevaliers ? Katie O’Neil s’empare des clichés des contes de fées pour valoriser la force des femmes dans un monde patriarcal démodé.

Emprisonnée dans sa tour, la princesse Sadie déjoue chaque tentative de secours venant de princes charmants, jusqu’au jour où Amira, une princesse, vienne la délivrer. Ce qui aurait pu passer pour un remake de Raiponce s’avère plus étendu, présentant des adversaires bien différents de ceux rencontrés par la belle aux longs cheveux.

Dans cet ouvrage, Katie O’Neill, dont les titres La Baie de l’Aquicorne et Le Festival du dragon-thé sont bientôt à paraître, dépeint la force tant physique que de caractère des femmes qui, bien que princesses de leur état, sont tout aussi aptes qu’un homme, sinon plus, dans bien des domaines.

C’est ainsi que la jeune Sadie, dévalorisée par sa sœur, la reine et sorcière du royaume, va affronter un ogre terrifiant. Amira, déterminée à devenir l’égale d’un chevalier, parcourt le monde. Le style graphique de l’autrice propose un univers presque japonisant, avec un trait plutôt attractif pour les plus jeunes, tout en touchant un public plus ciblé, parmi les adolescents LGBTQ+.

Cette œuvre au ton enfantin, gentil et mignon touche un thème bien d’actualité. Il s’agit non seulement de valoriser les capacités des femmes, mais également de prôner la tolérance et la libération sexuelle par le biais de l’attirance réciproque entre Amira et Sadie. Sans oublier l’estime de soi nécessaire pour affronter le monde et ses adversités.

Princesse Princesse - Par Katie O'Neill - Bliss Comics
©Katie O’Neill / Bliss Comics

(par Marc Vandermeer)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Princesse Princesse - Par Katie O’Neill. Éditeur : Bliss Comics. Traduction : Célia Joseph. 56 pages. Sortie : le 3 juillet 2020. Prix : 15 euros.

- Lire la chronique Les Français discrets mais présents aux Eisner Awards 2019

  Un commentaire ?