Prix Asie de la Critique ACBD 2020 : édition maintenue et rétrospective sur le prix

25 mai 2020 0 commentaire
  • Le Prix Asie de l’ACBD (Association des Critiques et des Journalistes de bande dessinée) aura bien lieu en 2020, en dépit du report de l’événement qui accueille traditionnellement sa remise : Japan Expo. L’occasion de revenir sur ce prix, son palmarès et ses nominations des 13 éditions passées, en attendant la prochaine.

La question s’est posée au sein du Comité de sélection du Prix Asie de l’ACBD. Pas longtemps, mais quand même. Fallait-il maintenir le prix ? Sous sa forme normale ? Selon les modalités habituelles ? Le confinement et ses conséquences, à savoir l’arrêt de l’activité pour les éditeurs et libraires, ainsi que le report de Japan Expo, tout cela est venu naturellement questionner, un temps, l’organisation du prix [1].

Mais finalement, celui-ci aura bien lieu, selon le calendrier habituel. Et cette édition aux modalités particulière constitue l’occasion de revenir sur le palmarès de ce prix et des nominations qui en ont façonné l’identité. Amateurs de chiffres, bienvenue !

Commençons d’abord par la liste des lauréats de ce prix depuis sa création en 2007, à savoir 13 titres, et par-delà ces titres, leurs éditeurs.

Le Palmarès du Prix
Année Titre Éditeur
2007 Gen d’Hiroshima Vertige Graphic
2008 Le Voyageur du Sud Flblb
2009 Undercurrent Kana
2010 Pluto Kana
2011 Elmer Çà et là
2012 Une vie dans les marges Cornélius
2013 Opus IMHO
2014 Wet Moon Casterman Sakka
2015 Poison City Ki-oon
2016 Chiisakobe Le Lézard Noir
2017 La Cantine de Minuit Le Lézard Noir
2018 Sous un ciel nouveau Ki-oon
2019 Les Montagnes hallucinées Ki-oon

La première donnée que l’on peut extraire de ce palmarès concerne la concentration de la majorité des prix sur trois éditeurs : Kana, Ki-oon et Le Lézard Noir, les deux derniers ayant remporté cinq des dernières récompenses. Soit un « gros » éditeur, un éditeur plus jeune et dédié à la BD d’Asie qui s’impose depuis plusieurs années et un éditeur indépendant plus modeste mais habitué au distinctions du milieu comme en témoigne sa présence régulière à Angoulême.

Les autres prix reviennent à d’autres « petits » éditeurs indépendants, hormis le label Sakka de Casterman. On observe que les autres mastodontes du marché du manga que sont Glénat, Pika ou Delcourt (qui comprend Tonkam) n’accèdent pas au Prix malgré une production importante et diversifiée. Pas non plus de représentation d’éditeurs spécialisés au catalogue un peu « niche » comme Ototo ou Akata (dans des registres très divers).

Prix Asie de la Critique ACBD 2020 : édition maintenue et rétrospective sur le prix
Le Prix Asie ACBD 2019

Une donne qui change avec les nominations. il s’agit des cinq titres choisis par le Comité de sélection du Prix parmi lesquels l’ensemble des membres de l’ACBD sont appelés à élire chacun leur favori. Dans cette liste, ces éditeurs à qui le prix se refuse trouvent davantage de représentation.

Palmarès des nominations
Éditeur Nombre de nominations
Kana 12
Ki-oon 6
Casterman 5
Glénat 5
Delcourt 4
Le Lézard Noir 4
Akata 3
IMHO 3
Komikku 3
Pika 3
Vertige Graphic 2
Milan-Kanko 2
Kazé (Asuka) 2
Fei 2
Flblb 1
Doki-Doki 1
Çà et là 1
Isan Manga 1
Urban Comics 1
Ototo 1
Kurokawa 1
Paquet 1
Cornélius 1

Les vainqueurs Kana et Ki-oon s’y trouvent naturellement largement représentés, avec une présence massive de Kana (deux fois plus que Ki-oon, deuxième). Mais Glénat, Delcourt, Pika ou Casterman se retrouvent davantage mentionnés, tout comme Akata ou Komikku.

Enfin, pour être tout à fait complet, présentons les données de la dernière catégorie de mentions que propose le Prix Asie de l’ACBD : les titres hors compétition. Il s’agit de coups de cœur des membres du Comité de sélection, souvent des titres longtemps en discussion pour être parmi les cinq finalistes de l’année. Le nombre de titres proposé varie selon les éditions du Prix mais s’est stabilisé autour de 10 titres puis 15 titres à partir de 2014.

Hors Compétition
Éditeur Nombre de nominations
Kana 24
Ki-oon 21
Glénat 15
Delcourt / Tonkam 11
Akata 9
Le Lézard Noir 8
Casterman 7
Pika 6
Kazé 6
Doki-Doki 4
Tonkam 4
Cornélius 3
Kurokawa 3
Xiao Pan 3
Ototo 3
IMHO 3
Fei 3
Vega 3
Paquet 2
Picquier 2
Steinkis 2
La Cerise 2
Çà et là 2
Paquet 2
Vertige Graphic 1
Komikku 1
Ankama 1
Dargaud 1
Sarbacane 1
nobi nobi ! 1
Futuropolis 1
Isan Manga 1
Atrabile 1
Gallimard 1
12 bis 1
Misma 1
Rue de l’Échiquier 1
Diable Vauvert - Six pieds sous terre 1

Là encore, Kana et Ki-oon dominent, mais cette fois talonnés par Glénat, Delcourt/Tonkam, Akata, Le Lézard Noir, Casterman, Pika et Kazé. Le Hors Compétition permet également de mettre en lumière la kyrielle d’éditeurs manga qui forme le très vaste éventail des acteurs de ce marché.

Alors comment définir le Prix Asie de la Critique ACBD à partir de ces données chiffrées ? Ou pour le dire autrement : comment établir un discours qualitatif à partir d’éléments essentiellement quantitatifs ? Il faudrait, pour être précis, s’appuyer en plus sur d’autres marqueurs, notamment les labels, genres, formats et auteurs des titres, au-delà des éditeurs uniquement.

La dimension auctoriale semble prépondérante pour l’obtention du Prix. Cela n’a rien d’étonnant puisqu’il s’agit d’un prix de la Critique remis par un panel de journalistes spécialisés en bande dessinée. À l’inverse, les genres les plus populaires du marché, comme le shonen ou le shojo, apparaissent très peu, à tous les niveaux (prix, nominations et hors compétition). De même, dans une moindre mesure toutefois, pour les titres niches, qui arrivent néanmoins à trouver une visibilité, auprès du comité de sélection.

La sélection du Prix Asie ACBD 2019

La brièveté aussi semble de mise : one-shot ou série courtes en deux ou trois volumes. Les grandes séries, ou séries débutant sans offrir de visibilité sur leur fin, séduisent régulièrement les membres du Comité de sélection mais peinent à trouver validation auprès de l’ensemble du panel de votants.

Enfin, la tendance lourde des dernières années met clairement Ki-oon et le Lézard noir en avant. Avec des retours ponctuels des gros éditeurs dans les nominations, qui se partagent les place restantes. Et l’entrée en jeu de nouveaux outsiders comme Akata (régulièrement dans les nominations ces dernières années) ou Vega dont la présence dans le hors compétition fut nette l’an dernier.

La sélection 2020 confirmera-t-elle ces éléments ? Réponse dans quelques jours.

(par Aurélien Pigeat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

[1Précision qui a son importance : l’auteur de cet article coordonne ledit prix depuis trois ans.

  Un commentaire ?