Prix Saint-Michel 2019 : Tebo, Christophe Simon, Alex-Imé et Vincent Perriot ferment le bal

13 octobre 2019 2 commentaires
  • Quatrième et dernière partie de nos mini-interviews prises sur le vif juste après la remise des Prix Saint-Michel 2019 : on en apprend plus sur les sentiments ressentis par les lauréats, plus contrastés !

La jeune autrice Alex-Imé a reçu ce vendredi le Prix Saint-Michel "Avenir" 2019 récompensant un premier (ou un second) album. En l’occurrence, Le Dernier Refuge (Ed. Glénat) représente bien le premier album d’Alex-Imé. Elle avait été déjà lauréate du concours de la BD d’Amiens en 2007 et avait entretemps participé à plusieurs albums collectifs.

Prix Saint-Michel 2019 : Tebo, Christophe Simon, Alex-Imé et Vincent Perriot ferment le balTrès touchée par la remise de ce prix, la jeune autrice a néanmoins accepté de répondre à quelque questions.

Vous êtes primée pour votre premier album solo, est-ce exaltant ou cela représente-t-il plutôt une marche à franchir pour la suite de vos projets ?

Alex-Imé : Je ressens surtout le syndrome de l’imposteur avec ce prix « Avenir », car il y a de magnifiques albums qui ont été publiés cette année par beaucoup de très jeunes auteurs talentueux. Depuis que j’ai reçu un message m’annonçant que j’avais remporté ce prix Saint-Michel, j’ai le sentiment que le jury s’est trompé. (rires) Encore maintenant, je n’ai toujours pas réalisé ce qu’il m’arrive. Ils vont se rendre compte que ce n’est pas moi qui devait être mise à l’honneur, ce qui est un sentiment assez ennuyeux en définitive. D’un autre côté, la dénomination de la récompense est assez forte ; ce prix « Avenir » peut signifier : « On vous attend au tournant ».

Il faut plutôt le prendre comme une marque de confiance, et l’envie que vous continuiez sur votre lancée..

Alex-Imé : C’est gentil… Cela met tout de même une petite pression, même si je me dis toujours que ce n’est pas vraiment à moi qu’ils voulaient le remettre. Mais je fais faire mon maximum pour m’en montrer digne !

Alex-Imé
Photo : Charles-Louis Detournay.

Prix Saint-Michel du Meilleur Scénario : Vincent Perriot pour Negalyod (Casterman)

© Casterman

Vincent Perriot : À la remise du prix, j’ai plutôt eu tendance à bafouiller. À part, « Je suis super content, merci », je ne vois pas vraiment ce que j’aurais pu dire. C’est à la fois très gratifiant, et d’un autre côté, cela reste assez abstrait. Car, même je reconnais toute sa légitimité au jury composé de libraires, d’éditeurs et de passionnés, le fait que cela provienne d’une assemblée lui confère une dimension assez abstraite, car je ne sais pas ce que chacun a pensé de l’album. Je suis surtout très intéressé et content lorsqu’une personne en particulier me dit ce qu’il a ressenti à la lecture de Negalyod, car son avis est à la fois unique et impliqué, personnel. Bien sûr, tout cela ne retire rien au fait que je suis très content d’avoir reçu ce prix, surtout que j’ai eu droit à une vraie réflexion de la part de Cédric, le responsable marketing et communication de Slumberland BD World, qui m’a remis ce prix en m’expliquant avec sincérité ce qui l’avait touché dans l’album. Juste que j’aime entendre ce que chaque lecteur en pense indépendamment.

Vincent Perriot
Photo : JJ Procureur.
Jean Van Hamme
Photo : Charles-Louis Detournay.

Prix Saint-Michel du meilleur album : Christophe Simon et Jean Van Hamme pour Kivu (Le Lombard).

© Le Lombard

Christophe Simon : C’est la seconde fois que je suis honoré d’un prix Saint-Michel, car j’avais reçu le prix de la presse il y a trois ans pour Corentin, Les Trois perles de Sa-Skya. Ce qui m’avait touché, car le Prix Saint-Michel est la seule récompense qu’avait également reçue Paul Cuvelier en son temps, un lien donc renforcé avec le fait que j’étais déjà honoré pour la reprise de sa série-phare.
Dans ce cas-ci, Kivu a effectivement été récompensé par le prix du meilleur album. Et au-delà de la reconnaissance de notre travail, Jean [Van Hamme] et moi pensons que c’est surtout la cause défendue dans l’album qui est reconnue, preuve que cette thématique a su toucher le public.
C’est vrai que j’ai adopté sur Kivu un style graphique un peu différent de mes précédents récits. J’ai juste suivi le conseil de Jean qui m’a dit : « - Tu as fait du Jacques Martin pendant des années, tu as repris "Corentin" dans le style de Cuvelier, il est maintenant temps que tu fasses du "Christophe Simon". » Par la suite, je vais donc continuer à évoluer pour voir jusqu’où cela va me mener.

Christophe Simon
Photo : JJ Procureur.

Prix Saint-Michel « Jeunesse : Tebo pour Raowl T1 (Dupuis)

Tebo : Je connais les Prix Saint-Michel depuis mes 14 ans, lorsque j’ai reçu les Thorgal pour mon anniversaire, et que j’ai repéré au dos des albums que le tome 2 avait reçu le prix Saint-Michel du dessin, et le tome 5 le Grand Prix Saint-Michel. Pour l’adolescent que j’étais, cela a forgé une aura mythique autour de ces prix. Ce qui donne au prix que j’ai reçu aujourd’hui une signification particulière qui me tient fort à cœur. À côté de cela, je suis aussi content de recevoir un prix pour un premier tome, car cela salue l’éditeur qui a voulu me suivre dans cette aventure, et renforce la confiance établie entre nous. Merci Dupuis ! D’ailleurs, je vais leur demander si je peux faire figurer le Prix Saint-Michel au dos du second tome de Raowl, en clin d’œil à Thorgal !

Tebo
Photo : JJ Procureur.
Tradition oblige, chaque lauréat est invité à réaliser un petit dessin sur un panneau commun.
Voici celui de la promotion 2019 après la cérémonie de remise des prix.
Photo : Charles-Louis Detournay.
La photo de famille des Prix Saint-Michel 2019
De g. à d. : Eric Coune, Président de l’asbl 9ème Art, Vincent Perriot, Ptiluc, Bernard Swysen, Alex-Imé, Tebo, François Boucq, Cindy (Org.), Jean Van Hamme, Christophe Simon, Laurent Astier et Rodolphe d’Udekem (Org.)
Photo : Yves Declercq.

Propos recueillis par Charles-Louis Detournay.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
2 Messages :