Profession : auteur de bande dessinée

  • C'est une perle des années 1980, Les Professionnels de Carlos Gimenez (Fluide Glacial) est une œuvre autobiographique d'avant l'invention du concept "marketing" de l'autobiographie en bande dessinée et surtout une réflexion profonde sur la nature de l'auteur de BD dans un pays où il a toujours été difficile d'en vivre.

De Gimenez, on connaît l’émouvant Paracuellos (Prix du patrimoine à Angoulême 2010), souvenirs d’un môme espagnol dans un orphelinat au temps du Franquisme, puis Barrio, récit d’adolescence dans une société vieillissante et étriquée (publiés par Fluide Glacial).

Restait à raconter l’âge d’homme, l’entrée dans le métier autour d’une passion : le dessin. Et quel dessin ! : un trait propre, expressif , maître du noir et du blanc et qui opère la synthèse entre le style franco-belge pétri de documentation, le trait décoratif que l’on retrouve chez un Esteban Maroto, un sens de la caricature proche de Francisco Ibáñez (Mortadel y Filémon) et un apprêt dans l’encrage, influencé par les maîtres américains (Jack Davis, Milton Caniff,...) qui ne renie pas son cousinage avec le Français Marcel Gotlib.

C’est ce dernier d’ailleurs qui introduit Gimenez en France, dans Fluide Glacial, à partir de 1979. Los Profesionales y paraît trois ans plus tard, en 1982. Sur la couverture de Fluide, Gimenez pose ces questions, marquées par la dérision : "Être auteur de BD, en fait c’est quoi ? C’est inné ? C’est acquis ? C’est être artiste ? Bohême ? Maso ? Ou alors... carrément débile mental ? Et la BD d’abord, c’est imprimé ? Ou c’est fait à la main ?"

Ce n’est pas la première fois qu’un auteur de BD était ainsi montré au public. Hergé, Tezuka ou Wallace Wood faisaient des incursions dans leurs bandes. Ce n’est pas la première fois non plus que l’on montre une rédaction : Gaston Lagaffe s’y employait dans Spirou dès 1957. Mais c’est la première fois que l’on y montrait un studio, un ensemble de gens à la condition précaire menée par une figure centrale dans la bande dessinée espagnole de ces années-là : Josep Toutain (Filstrup dans sa version dessinée), le patron de l’agence catalane de dessins Selecciones Ilustradas (Creaciones Illustradas dans sa version dessinée), un personnage haut en couleur aux grosses lunettes d’écaille et aux verres épais, à la faconde proverbiale.

Profession : auteur de bande dessinée
La bande de dingues de Selecciones Ilustradas. On distingue, de g. à dr. : Guinovart, Blay, Julián, Prunés, José Mª Miralles, Domingo, Karol Blazer, Emilio, Martínez Henares, P. Añaños, Torrents, Pepe González et Fernando Fernández
Photo DR - Selecciones Ilustradas

Dans l’Espagne franquiste, la bande dessinée offrait une sorte d’espace de liberté. Des revues de bande dessinée, d’abord confessionnelles comme En Patufet (créé en 1904), Dominguin (1915), Charlot (1916), puis plus comme TBO (1917) lancent une industrie qui rayonne dans tout le pays et principalement à partir de Barcelone.

De cette première génération est issu Cabrero Arnal, le créateur du personnage de Pif, conçu en exil car la dictature franquiste appauvrit les possibilités de publier dans le marché intérieur et oblige bon nombre d’auteurs espagnols à émigrer, sinon à produire quasi exclusivement pour l’étranger : France, Angleterre, États-Unis, Italie, Argentine...

Selectionnes Illustradas est le produit de cette époque, de la nécessité de se fédérer en studios sous la houlette d’un Lider Maximo qui allait vendre ces pages aux quatre coins du monde. Dans les années 1980, Josep Toutain fonda même une filiale américaine, Catalan Communications, qui publia directement ses auteurs sur le territoire américain.

À l’heure où les créateurs de BD francophones n’ont jamais été aussi nombreux et où certains d’entre eux agissent comme des enfants gâtés, il n’est pas inutile de relire ces pages où des auteurs se battent pour gagner leur quotidien, avec bonne humeur et humilité, et réussissent à faire leur métier avec dignité, et même des chefs d’œuvre.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Lire aussi : Un article sur Selecciones Ilustradas (en Espagnol)

Commander cet album sur Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
9 Messages :
  • Profession : auteur de bande dessinée
    23 février 2012 10:26, par E. Panorthotès

    Avec Hergé (ou à sa place), on pourrait citer Greg, qui n’a pas hésité à se mettre en scène dans certains de ses "Achille Talon", série qui par ailleurs représente aussi bien (ou aussi mal...) une rédaction que Gaston Lagaffe... Par ailleurs, êtes-vous sûr de la graphie Selectionnes avec un t et deux n (et creationes avec un t) ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 23 février 2012 à  10:45 :

      Vous avez tout à fait raison. Pour me faire pardonner, j’ai ajouté une photo et un lien vers un article (en espagnol) sur Selecciones Illustradas.

      Répondre à ce message

  • Profession : auteur de bande dessinée
    23 février 2012 14:56, par LC

    À l’heure où les créateurs de BD francophones n’ont jamais été aussi nombreux et où certains d’entre eux agissent comme des enfants gâtés, il n’est pas inutile de relire ces pages où des auteurs se battent pour gagner leur quotidien, avec bonne humeur et humilité, et réussissent à faire leur métier avec dignité

    Ce commentaire aurait pu passer il y a 15 ans, mais aujourd’hui il n’y a plus tellement d’"enfants gâtés", mais beaucoup d’"auteurs qui se battent pour gagner leur quotidien", et qui ne réussissent pas toujours à faire leur métier avec dignité.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Herve le 23 février 2012 à  16:31 :

      Les auteurs des enfants gâtés ?????? dans le sens d’un fruit gâté, alors !
      Sinon comme dit plus haut ce propos passait il y a 2 décennies, aujourd’hui, c’est survie pour 95% des auteurs !

      Répondre à ce message

  • Profession : auteur de bande dessinée
    23 février 2012 16:54

    « C’est ce dernier d’ailleurs [Gotlib] qui introduit Gimenez en France, dans Fluide Glacial, à partir de 1979. »

    Rappelons que Carlos Gimenez dessinait Dani Futuro et Ray 25 dans le journal Tintin au début des années 1970, sur des scénarios de Victor Mora.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 23 février 2012 à  19:41 :

      Et surtout les magnifiques "koolau le lépreux" et "les bourreaux" aux Editions du fromage

      Répondre à ce message

  • Profession : auteur de bande dessinée
    23 février 2012 22:26

    Belle époque que celle où auteur de bande dessinée était une profession.

    Répondre à ce message

  • Profession : auteur de bande dessinée
    24 février 2012 08:54, par Fred Poullet

    C’est "drôle", on a vraiment l’impression que les commentateurs d’ActuaBD, détestent les auteurs de bande dessinée, voir la bande dessinée elle-même. Du moins celle et ceux qui ne sont pas du passé.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 24 février 2012 à  21:13 :

      C’est "drôle", on a vraiment l’impression que les commentateurs des forums d’actuabd détestent les auteurs de la BD du XXème siècle. Pourtant, dieu sait si c’est elle (et ses excellents auteurs !!) qui ont permis la reconnaissance du genre !!

      Répondre à ce message