Newsletter ActuaBD

Putain de guerre ! T2 – Par Tardi & Verney – Casterman

  • Suite et fin de l’évocation chronologique de la Première Guerre Mondiale par Jacques Tardi et Jean-Pierre Verney. Les albums {Putain de Guerre !} comprennent une fiction à la première personne dessinée par Tardi et une large partie documentaire composée des recherches historiques de Verney.

En choisissant de cadrer ses images dans un panoramique quasi immuable, Jacques Tardi focalise l’attention du lecteur sur le récitatif de son personnage narrateur. Ce parti pris de découpage est une des grandes qualités de ces albums. Terrifiant récit de l’horreur des tranchées, Putain de Guerre ! raconte le conflit à hauteur d’homme, dans les yeux d’un poilu. Les années défilent, l’histoire est brossée de 1914 à 1919, et les extraits de discours qui rythment le récit résonnent de plus en plus cyniquement… « L’expérience a fait ses preuves, la victoire est certaine, je vous en donne l’assurance, l’ennemi l’apprendra à ses dépens. » (15 décembre 1916, Généralissime Nivelle).

Putain de guerre ! T2 – Par Tardi & Verney – Casterman
L’édition comprenant le DVD documentaire "Sur les champs de l’horreur" bénéficie d’une couverture alternative
© Tardi - Verney - Casterman

En 1919, on vide les tranchées, on distribue des médailles, et la couleur revient dans les pages. En fermant l’album, on frémit, car à nouveau, Tardi a réussi à mettre un visage sur l’innommable. Putain de Guerre ! réussit à rendre un visage humain aux gueules cassées. La volonté pédagogique manifeste des textes de Verney se voit prolongée dans un DVD documentaire (« Tardi & Verney sur les champs de l’horreur » réalisé par Thomas Boujut) disponible avec certaines éditions du diptyque. Les professeurs d’Histoire y trouveront un outil extraordinaire pour leur enseignement. En tout cas, ces deux albums sont essentiels.

(par Morgan Di Salvia)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
6 Messages :
  • J’ai un scoop ! ! Le prochain album de Tardi sera consacré à la "grande guerre"... il paraît que cette époque l’intéresse (il tiendrait ça de son grand-père), et ça le passionne tellement qu’il pourrait bien y consacrer plusieurs albums ! Pas trop quand même, j’espère, parce qu’à force, ça ferait un peu radottage...

    Répondre à ce message

    • Répondu par serpicoo le 9 février 2010 à  16:28 :

      oui, c est vrai...

      mais je pense à toutes les nouvelles generations, qui elles, se plongeront peut être pour le premiere fois dans cette salle guerre.

      et pour ça , merci Tardi.

      Pour la mémoire.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Sergio Salma le 9 février 2010 à  21:03 :

        Non c’est faux. Tardi ne radote pas. Radoter c’est répéter toujours la même phrase. Or ici dans ces Putain de guerre , il aborde son sujet d’une nouvelle manière, graphiquement, émotionellement. On est dans une autre atmosphère et son traitement est justement un apport supplémentaire . Bien sûr il est obsédé, il tourne autour du sujet ; ça le hante mais ça le motive aussi. Quel soin dans le moindre détail, quelle formidable énergie justement dans l’approche réinventée.

        Tardi a choisi ce sujet pour en retirer à chaque fois une note , une vision.
        Très graphique dans le trou d’obus et nettement plus dialogué dans Putain de guerre. Il n’a pas fait que ça non plus, comptez le nombre de ses albums et vous verrez. Le sujet préféré de Tardi c’est la France , la France sous toutes ses coutures. Du pavé de Paris photographié à toutes les époques, il retire un jus romanesque sans pareil. Il s’aventure aussi ailleurs , d’un New York cafardeux aux murs improbables et fantastiques de Ici même.

        Quant un auteur de cette envergure remet plusieurs fois le même sujet sur sa table, il faut se passionner à observer ses digressions, ses recherches. Pourquoi fait-il ça ? Jusqu’où ira-t-il ? Après 50 livres, qu’est-ce qui pousse un auteur à prendre les crayons, écrire, raconter ?

        Est-ce que Franquin en dessinant le 700è gag de Gaston se répétait ?
        Watterson en dessinant quotidiennement son strip et hebdomadairement sa page radotait-il ?
        Ne parlons pas de Schultz qui pendant 50 ans à mis en scène 4 gamins et un chien+ une niche. Radotage ? Que nenni. Justement une grande intelligence, une vision toujours renouvelée des mêmes éléments. Parce qu’il y a des millions de choses à dire et à exprimer sur cette guerre mais aussi sur toutes les guerres et toutes les paix.

        Ceux qui considèrent que Tardi se répète n’aiment pas qu’un auteur aie son obsession. Et n’aimant pas ça ils lui interdisent inconsciemment d’être ce qu’il est. Une mini-censure et une tentative de mise au pas.

        Votre attaque est déplacée parce que vous outrepassez vos droits de lecteur. Vous vous moquez d’un artiste en pleine possession de ses moyens et qui depuis 30 ans fait chaque année le meilleur album de l’année. En faisant de l’humour, sans le vouloir, vous avez envie de lui indiquer la voie (à suivre) pour qu’enfin le lecteur gâté que vous êtes puisse être satisfait. Vous pensez sans doute que l’auteur est au service de vos attentes, qu’il est votre domestique , fournisseur de plaisirs divers. Non, vous êtes juste dans la masse, témoin de ce qui se passe. Et rien d’autre. Votre seule sanction possible : ne pas acheter le livre.

        Vous désirez que l’auteur de petits mickeys ne répète pas à l’infini son univers. Vous désirez en faire un écrivain qui lui change de sujet à chaque livre( enfin, pas toujours, regardez Simenon un autre radoteur).

        Goscinny avec ses cinquante Lucky Luke, Charlier avec ses Blueberry en pagaille et tant d’autres ont dessiné un nombre bien plus conséquent de pages sur un seul et même sujet . Tardi lui revient périodiquement sur ce thème qui le passionne .Vous êtes devenu un lecteur difficile( envie de décrocher ?) mais vous n’avez pas vraiment compris pourquoi les auteurs (se) racontent.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Oncle Francois le 9 février 2010 à  23:00 :

          Bien d’accord avec monsieur Salma pour cette fois. Et j’ai vraiment lu l’album de la première à la dernière page. Il s’agit d’une oeuvre très documentée et très bien construite, d’une forte portée émotive et à vocation quasi-universelle. En se penchant à nouveau sur 1914-1948, il me semble que Tardi s’attache à démontrer l’absurdité et le gâchis de toutes les guerres. Ce livre devrait être inscrit au programme des cours d’Histoire de première ou de terminale, je me demande simplement pourquoi ce livre (ou le précedent) n’ont pas été nominés à Angougou. Tardi est il trop brillant ou déjà trop primé ? Merci de m’éviter les discours à la noix du genre "Tardi est un auteur trop brillant pour accepter les accessits" !!

          Répondre à ce message

        • Répondu par PPV le 10 février 2010 à  08:07 :

          en tant qu’inconditionnel de Tardi, je suis tout à fait d’accord avec vous. J’invite les lecteurs à découvrir "Le Cri du Peuple", ce n’est pas une obsession de l’auteur, mais la Commune vue côté cour (donc, la vision socialiste des choses) est bien en ligne avec l’engagement politique de cet immense auteur.

          Répondre à ce message

        • Répondu par Pierre le 11 février 2010 à  16:52 :

          Lecteur de Tardi depuis le Brindavoine de Pilote, j’aurais eu plusieurs choses à dire sur votre intervention, mais j’avoue qu’une phrase comme "Ceux qui considèrent que Tardi se répète n’aiment pas qu’un auteur aie son obsession. Et n’aimant pas ça ils lui interdisent inconsciemment d’être ce qu’il est. Une mini-censure et une tentative de mise au pas" me glace littéralement et m’ôte toute envie de débattre.
          Je réalise un peu tard où j’ai mis les pieds...... excusez-moi pour le dérangement...

          Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD