Quand Dino Battaglia enluminait Rabelais...

30 mai 2014 0 commentaire
  • Quand un du monument du dessin décide d’illustrer un monument de la littérature, difficile de rester de marbre. Quand 30 ans après sa première parution italienne, un éditeur décide de sortir une intégrale en français, impossible de ne pas s’y arrêter.

Avec Gargantua et Pantagruel, Battaglia s’attaque à une œuvre immense forte de cinq volumes, et à la complexité d’adaptation du verbe débordant de l’écrivain.

En décidant pour la version française non pas de partir de la traduction de l’adaptation mais des textes d’origine, Michel Jans réalise un travail d’éditeur de premier ordre. S’il aurait été très décevant de se contenter d’une double traduction d’un auteur ayant écrit en français, le travail que cela représente est à l’image de l’œuvre… : gargantuesque !

Grandgousier
était le plus joyeux compère
de son temps
et le plus franc buveur
qui fût au monde.
Lorsqu’il eut atteint l’âge d’homme,
Il épousa Gargamelle,
Fille du roi des Parpaillots
Belle fille et de bonne trogne.
Ils firent souvent ensemble
La bête à deux dos,
Se frottant joyeusement le lard,
Si bien qu’elle devint grosse
D’un beau fils
Qu’elle porta
Jusqu’au onzième mois

Ainsi commence la « Vie très horrifique du grand Gargantua, père de Pantagruel »

Elle fut proposée pour la première fois en 1979 à la très catholique revue italienne Il Giornalino par Dino Battaglia (1923-1983), un auteur alors au sommet de son art. Artiste raffiné et fin lettré, il est déjà connu pour ses adaptations de grands classiques de la littérature (Lovecraft, Maupassant, Melville, Poe, Stevenson, etc.)

Quand Dino Battaglia enluminait Rabelais...

Il en résulte une œuvre riche, complexe, splendide, tout en sfumati, en effets vaporeux, la caractéristique graphique de Battaglia. Attention, : la combinaison des débordements narratifs et lexicaux de Rabelais ne sont pas toujours simple d’abord. La lecture d’une telle œuvre peut être parfois ardue, complexe, tant le langage de Rabelais et le traitement graphique de Battaglia sont luxuriants.

Comme toujours dans l’édition de ces albums que nous qualifierons d’exigeante, Mosquito agrémente son édition d’une préface bienvenue qui donne un éclairage passionnant sur l’œuvre. Elle est ici signée Denis Baril, de l’Université Stendhal-Grenoble III.

(par Gallien Chanalet-Quercy)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Gargantua et Pantagruel – Par Dino Battaglia et François Rabelais - Mosquito Éditions

Commander ce livre chez Amazon
Commander ce livre à la FNAC

  Un commentaire ?