Quand Tex était dessiné par le fabuleux Guido Buzzelli...

4 octobre 2012 4 commentaires
  • En 1988, pour les quarante ans de son héros, l'éditeur Sergio Bonelli lance la collection des {"Tex Speciale"}. Ce premier album, signé Claudio Nizzi et Guido Buzzelli, sort enfin en français, 24 ans après !

En juin 1988 paraît en Italie le premier numéro de la collection "Tex Speciale" lancée par Sergio Bonelli. Ce dernier, fort du succès populaire depuis de longues années de son célèbre héros, voulait lancer une collection de prestige à parution annuelle avec des dessinateurs de réputation internationale qui proposeraient leur interprétation du personnage. Ainsi, c’est le grand Guido Buzzelli, accompagné au scénario par Claudio Nizzi, qui ouvre le bal !

Il sera suivi par Victor de la Fuente, Jose Ortiz, Magnus, Jordi Bernet, Goran Parlov, Alfonso Font, Ivo Milazzo, Colin Wilson, Manfred Sommer ou encore Joe Kubert. [1]

L’album démarre par une préface de Sergio Bonelli et une présentation de Guido Buzzelli.

Quand Tex était dessiné par le fabuleux Guido Buzzelli...
La Révolte des ratés, un chef d’oeuvre de Buzzelli, malheureusement épuisé en France.

Né à Rome en 1927, Buzzelli débute dans la bande dessinée en 1946 avec une histoire médiévale de huit pages, "Il Monaco Nero" (Le Moine noir), écrite et dessinée par lui pour l’hebdomadaire "Argentovivo !".

Dans les années 1950, il dessine quantité d’histoires de genre dans les petits formats italiens. Pour l’Angleterre, où il s’installe en 1954, il illustre les séries "The Three Bravos", "Robin Hood", "Rodney Flood" et bien d’autres.

Il revient en Italie en 1960 pour se consacrer à la peinture, mais, en 1965-66, il reprend la BD et opère un tournant décisif dans sa carrière avec la création de "La Rivolta dei racchi" ("La Révolte des ratés"). Premier chef d’œuvre, remarqué et traduit en français par Georges Wolinski dans Charlie Mensuel, qui donnera suite à une dizaine d’autres comme "Zil Zelub" (Éditions du Square), "HP" (Les Humanoïdes Associés), "Aunoa" (Les Humanoïdes Associés), "L’Agnone" (Dargaud), "Buzzeliades" (Éditions du Cygne), "Démons" (Éditions du Fromage), "Morgane" (Les Humanoïdes Associés), "Zasafir, la prisonnière" (Albin Michel), ... Outre Charlie Mensuel, il sera publié dans Circus, Pilote, L’écho des savanes, Métal hurlant... La plupart de ces ouvrages sont épuisés en français. À quand une intégrale ?

Buzzelli avait été exposé à Angoulême en 2006 à l’initiative de Wolinski
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

C’est donc auréolé d’une grande reconnaissance intellectuelle (surtout française) que Sergio Bonelli fait appel à lui pour dessiner ce premier numéro de la collection "Tex Speciale". Pour les éditions Bonelli, Guido Buzzelli avait déjà réalisé un album en 1979 : "L’Uomo del Bengala" ("L’Homme du Bengale"), écrit par Gino D’Antonio.

(c) Clair de Lune

Au scénario de "Il Grande !" : Claudio Nizzi, l’un des principaux scénaristes de la série depuis 1983. Bien que plutôt classiques, ses intrigues sur le personnage de Tex sont toujours synonymes de qualité.

Dans ce volume, les bûcherons qui travaillent pour Mister Thompson sont victimes d’incidents criminels qui les obligent à fuir. Mais certains résistent. Pat Mac Ryan est bien décidé à rester pour défendre l’honnête patron et sa fille des pressions de la compagnie rivale des frères Patterson. Le sympathique géant demande l’aide de nos amis Rangers. Tex Willer et Kit Carson s’occupent alors de l’avocat des Thompson, et d’un groupe d’hommes de main. Mais les Rangers se déchaînent vraiment quand les mécréants enlèvent Jane...

Nizzi assure la solidité de l’histoire alors que le dessin de Buzzelli, toujours en mouvement et énergique, pourrait disperser l’attention... La mise en scène "cinématographique" renforçant encore le mouvement.

Le dessin de Guido Buzzelli est superbe comme à son habitude (sans doute plus rapide et moins léché que sur ses productions plus adultes des années 1970-80 citées plus haut), d’une rare expressivité dramatique qui colle parfaitement au scénario présenté ici. Buzzelli excelle également dans les portraits et les jolies filles...

Même si ce n’est peut-être pas son chef d’œuvre, cet album est davantage à rapprocher de son autre western : "Nevada Hill" scénarisé par Jean-Pierre Gourmelen (Dargaud, 1974), "Tex - Il Grande !" est une bonne bande dessinée réalisée par un grand dessinateur malheureusement un peu vite retombé dans l’oubli, semble-t-il, car aujourd’hui seul ce titre de lui est disponible en français... Un dessinateur et un auteur à redécouvrir, donc !

(par François Boudet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Tex - Il Grande ! - Par Nizzi et Buzzelli - Clair de Lune

Commander ce livre chez Amazon
Commander ce livre à la FNAC

[1A propos de la collection Tex Speciale, voir l’article de Jean-Sébastien Chabannes sur ActuaBD : L’essence du Western.

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • Quand Tex était dessiné par le fabuleux Guido Buzzeli...
    4 octobre 2012 11:45, par Evariste Blanchet

    Guido Buzzelli est effectivement un auteur majeur de la bande dessinée.
    Mais il faut croire qu’il n’est pas connu au point que l’on orthographie son nom sans faute (il manque un "l" à son nom dans le titre de l’article, ce qui arrive à peu près une fois sur trois !).

    Son Tex Willer est bien à classer dans la catégorie de Nevada Hill.Mais je ne partage pas l’opinion de F. Boudet sur la qualité du présent livre qui m’apparait assez médiocre, comme l’était d’ailleurs Nevada Hill. Même si on ne pouvait pas s’attendre à une oeuvre aussi forte que La Révolte des Ratés ou L’Agnone, le résultat reste bien décevant, y compris par rapport à d’autres épisodes de Tex.
    A en croire l’éditeur italien, Guido Buzzelli aurait bondi de joie à l’idée de dessiner ce personnage. J’avoue avoir plus qu’un doute quant à l’intérêt (autre que financier) du dessinateur. Je pense également que si ce dernier avait pu trouver des éditeurs pour publier ses oeuvres plus personnelles, son choix aurait été vite fait.

    J’ajoute que L’Agnone qui compte parmi les chefs d’oeuvre de l’auteur est encore disponible, même si le livre est mentionné comme épuisé dans toutes les bases de données professionnelles. Les bons libraires peuvent donc encore le commander auprès du diffuseur Makassar.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Charles-Louis Detournay le 4 octobre 2012 à  11:56 :

      Merci, c’est corrigé.

      Répondre à ce message

    • Répondu par Francois Boudet le 4 octobre 2012 à  13:54 :

      "Guido Buzzelli est effectivement un auteur majeur de la bande dessinée. Mais il faut croire qu’il n’est pas connu au point que l’on orthographie son nom sans faute (il manque un "l" à son nom dans le titre de l’article, ce qui arrive à peu près une fois sur trois !)."
      Pour ma défense, je précise que ce n’est pas moi qui est écrit le titre de l’article... ;-) Et pour ma part, je ne fais pas de faute à son nom, tout comme avec celui de Bill Sienkiewicz (pas évident). ;-) Mais bon...
      Concernant la qualité de l’album, j’ai précisé que ce n’était pas son chef d’oeuvre, mais une bonne bd tout de même... Je n’ai pas dis (car je ne le sais pas) que Guido Buzzelli avait pris son pied en la dessinant ; mais le niveau est tout de même très honnête(voir très bon tout de même), il ne faut pas exagérer... Nous serons d’accord, je pense, pour dire que Guido Buzzelli était un dessinateur hors pair (si tous les dessinateurs pouvaient atteindre ce niveau, n’est-ce pas...). Cordialement.

      Répondre à ce message

  • Quand Tex était dessiné par le fabuleux Guido Buzzelli...
    4 octobre 2012 13:31, par la plume occulte

    Sur les dignes représentants du style latin qui ont posés leur patte dans cette collection de prestige :j’aime beaucoup le dessin "sur le fil" ,tout en spontanéité et,proche du croquis poussé d’Ivo Milazzo.Ce dernier est à classer dans la catégorie des funambule !Superbe.

    Ce style compassé et "vieillot" de Buzzelli a toujours été sa marque de fabrique.Il l’était même à ses débuts.C’est néanmoins aussi superbe.

    On gratifie l’inoxidable Tex de mettre en avant cette trop rare école là.

    Répondre à ce message