Quand la bande dessinée reconquiert la presse

10 juillet 2015 14
  • La bande dessinée est née dans la presse, mais la plupart des grands journaux qui ont fait la réputation du 9e art franco-belge ont disparu. De même, les grands Syndicates d'antan, les King Features Syndicates et autres Opera Mundi se sont réduits à la portion congrue. Un méritoire effort des éditeurs de bande dessinée en direction de la presse se remarque ces dernières années. Une reconquête?
Quand la bande dessinée reconquiert la presse
"Dad" de Nob paraît dans Aujourd’hui en France/Le Parisien, Le Journal de Mickey, Le Monde des Ados, et dans Télé 7 Jours.
(c) Dupuis

On se souvient des années 1970, avec ces journaux de bande dessinée tout puissants qui tiraient jusqu’à 300’000 exemplaires par semaine : Mickey, Spirou, Tintin, Pilote...

Puis leur présence a décliné. Dans les hebdomadaires, seuls le groom et la souris sont encore là, mais leurs tirages n’ont rien à voir avec ceux d’antan. Astérix était passé de Pilote au quotidien Le Monde ou à VSD en raison d’une périodicité inadaptée, mais surtout pour capter une audience à la hauteur de ses scores en librairie.

Pourtant, depuis quelques années, la BD reconquiert les kiosques. Les super-héros américains tiennent fermement leur segment de niche, grâce notamment à Panini, animé à chaque saison par un blockbuster au cinéma. Les produits "hors-presse" accompagnant les quotidiens, que ce soit avec Le Figaro, Le Monde ou Le Soir en Belgique, sont souvent consacrés aux classiques de la BD : Tintin, Gaston, Blake et Mortimer,... Les hors-séries fleurissent autour d’Astérix, Tintin, récemment Franquin pour Lire, Blake & Mortimer pour Beaux-Arts, bientôt Astérix pour Lire, Corto Maltese et XIII pour L’Express.

Chaque été, les éditeurs mènent bataille pour placer leurs nouveautés en prépublication. Il faut dire que cela correspond à une période de disette rédactionnelle et que les journaux s’emploient à remplir leurs pages de choses plus distrayantes et plus attirantes pour conserver de bons chiffres de vente pendant l’été. Pour les éditeurs, cela sert de teasing aux nouveautés de la fin de l’année...

"Pico Bogue" d’Alexis Dormal & Dominique Roques dans Ouest-France, le plus grand quotidien français avec 800 ;000 ex. par jour.
(c) Dargaud

Si l’on s’intéresse au groupe de tête des éditeurs français de BD : Media-Participations (Dargaud, Dupuis, Le Lombard), Delcourt (Delcourt, Soleil) et Glénat (Glénat, Vents d’Ouest), celui qui domine de la tête et des épaules est sans conteste Mediatoon, la filiale qui s’occupe des replacements pour Media-Participations. Il faut dire qu’ils ont un catalogue exceptionnel et qu’ils labourent le secteur depuis un bon moment grâce à une équipe dynamique.

"Les Minions", stars des écrans cet été dans dans Télé Star et dans Le Journal des Ados.
(c) Le Lombard

À leur tableau de chasse cette année : Michel Vaillant des studios Graton dont le tome 4 de la nouvelle série paraît dans L’Equipe magazine au rythme de deux planches/jour pendant 26 jours, Dad de Nob qui paraît dans Aujourd’hui en France/Le Parisien, Le Journal de Mickey, Le Monde des Ados, et dans Télé 7 Jours, IR$ de Vrancken & Desberg dans Les Échos, La Planète des Sages de Jul dans L’Express, Pico Bogue d’Alexis Dormal & Dominique Roques dans Ouest-France, Le Chat du Rabbin de Joann Sfar dans Le Soir de Bruxelles, Les Beaux Etés de Lafebre & Zidrou dans La Dernière Heure et dans L’Immanquable, La Marsupilami et Le Petit Spirou dans Vers l’Avenir, Tyler Cross de Nury & Brüno dans Les Inrocks.

Le noir "Tyler Cross" dans les très hype Inrocks.
(c) Dargaud
Le phénomène de chez Delcourt dans Aujourd’hui en France / Le Parisien et dans Phosphore.
(c) Delcourt

XIII Mystery de Matz & Rossi dans VSD, J’aime une Harley de Margerin dans Moto Magazine, Kid Lucky de Achdé dans Télé Revue, Les Minions dans Télé Star et dans Le Journal des Ados, Les Lapins Crétins de Thitaume & Romain Pujol ou encore De Gaulle à la plage de Ferri dans Télé Poche, Sam de Marazano & Chang dans Okapi,...

Le Groupe Delcourt / Soleil s’est concentré sur un partenariat avec Aujourd’hui en France / Le Parisien qui publie la nouveauté d’Alfred sur Étienne Daho, L’Homme qui chante, Tu mourras moins bête 4 de Marion Montaigne (également présente dans Phosphore chez Bayard), Chicagoland de Sacha Georg & Fabrice Colin.

Du côté Soleil, Un Village français 2 de Vladimir Aleksic & Jean-Charles Gaudin, Le Cheval d’orgueil de Marc Lizano d’après Pierre-Jakez Hélias, PSG All-stars 1 de Victor Drujiniu & Mathieu Mariolle.

Le groupe Glénat/Vents d’Ouest qui mise évidemment sur sa grosse nouveauté de la rentrée, l’ineffable Titeuf de Zep présent dans Le Journal de Mickey, Télé Loisirs, Nice Matin, Le Progrès de Lyon et La Tribune de Genève.

Le best-seller de Glénat, "Titeuf", étrenne son âge bête dans Le Journal de Mickey, Télé Loisirs, Nice Matin, Le Progrès de Lyon et La Tribune de Genève
(c) Glénat

L’excellente série Les Quatre de Baker Street scénarisée par Jean-Blaise Djian & Olivier Legrand, et dessinée par David Etien, de même que Game Over de Midam, sont dans Le Monde des Ados, Valhalla de Nicolas Pothier & Marc Lechuga, L’Abbaye de Clairvaux dans L’Est Eclair, La Cuisine de Mamette de Nob dans Nice Matin, Le Déclic de Manara dans The Good Life et enfin Tom dans I Love English.

L’air de rien, cela fait une audience entre 7 et huit millions d’exemplaires et qui touche un public qui ne fréquente plus forcément les librairies. Dans le contexte d’une baisse d’audience de la presse en raison de l’encombrement des kiosques : surproduction, là aussi, mais aussi en raison de la diffusion de l’information sur Internet et sur les médias sociaux, la bande dessinée est peut-être pour celle-ci le moyen de mieux résister au déclin, voire même d’augmenter les ventes. C’est tout ce que l’on leur souhaite !

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
14 Messages :
  • Quand la bande dessinée reconquiert la presse
    10 juillet 2015 16:23, par Axel Borg

    Vous oubliez l’excellente adaptation "de la terre à la lune" de Pierre Guilmard d’après Jules Verne et Pif de Corteggiani dans l’huma dimanche , mais lui, ça fait déjà quelques années ...

    Répondre à ce message

    • Répondu le 11 juillet 2015 à  11:57 :

      Pif de Corteggiani dans l’huma dimanche

      Pas seulement le dimanche : il est dans l’Huma quotidien.

      Répondre à ce message

  • le constat restant qu’il semble s’agir avant tout de pré-publications, avant une sortie rapide en albums.
    pas de politique de création.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Xav le 11 juillet 2015 à  14:04 :

      Citez moi de la création spécifique de bd pour la presse généraliste, moi je n’en ai pas vu depuis 50 ans, il y a toujours l’album en ligne de mire.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 11 juillet 2015 à  19:00 :

        je n’ai jamais prétendu qu’il y en avait eu récemment.
        cordialement.

        Répondre à ce message

      • Répondu le 11 juillet 2015 à  23:11 :

        50 ans ? Facile et tout de suite : "13 Rue de l’Espoir". Mais vous êtes trop jeune pour connaître...

        Répondre à ce message

        • Répondu par Davidoff le 12 juillet 2015 à  17:24 :

          "13 Rue de l’Espoir" a débuté en 1959 dans France-Soir (il y a donc 56 ans) et il y a eu deux albums publiés aux Humanoïdes Associés. Votre exemple ne fonctionne pas. Il y a eu des tas de BD faites juste pour des journaux et sans albums à la suite dans Pif Gadget et encore aujourd’hui dans les publications de chez Bayard presse. Des grands noms actuels dessinent des pages d’adaptations de romans célèbres dans "Je bouquine".

          Répondre à ce message

          • Répondu le 12 juillet 2015 à  19:10 :

            Encore vous ? Décidément vous semblez vous amuser à interpréter les messages tout de travers...

            Répondre à ce message

          • Répondu le 13 juillet 2015 à  00:20 :

            Vous êtes stupide ou vous en faites exprès ? "13 Rue de l’Espoir" aux Humanos étaient 2 recueils, pas des albums. Et oui, grosse différence ! Et quand j’écris 50 ans c’est pour répondre au message d’avant- pas besoin de me balancer votre science copié-collé/Wikipédia.

            Répondre à ce message

            • Répondu le 13 juillet 2015 à  19:20 :

              "13 Rue de l’Espoir" aux Humanos étaient 2 recueils, pas des albums. Et oui, grosse différence !

              Rhoooo ! La mauvaise foi !

              Répondre à ce message

              • Répondu le 15 juillet 2015 à  21:12 :

                Exercice de vacances : Mettez 2 recueils " !3 Rue de l’Espoir" adjoints à 2 albums (de 48 à 350 pages). Mesurez la distance qui sépare la fin d’un ouvrage à un autre sur un axe vertical dans chacune des catégories. Exercice n°2 : sur la somme des distances alors acquises, définissez en termes clairs les termes "recueils" et "albums"- premièrement dans un contexte historique, puis dans un systême socio-économique, puisque je suis "le lourd". Allez mon garçon, un peu de courage !

                Répondre à ce message

      • Répondu le 13 juillet 2015 à  17:37 :

        On peut aussi vous citer la série Rona, de Malo Louarn, publiée par Ouest-France dans les années 80, avant d’envisager (avec difficulté) une publication en album aux éditions du même nom.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 14 juillet 2015 à  16:59 :

          Il y a aussi le Chat de Gelluck, publié d’abord dans le Soir bien avant d’être publié par Casterman (qui avait d’ailleurs refusé dans un premier temps, estimant que le Chat était typiquement fait pour la presse et non pour l’objet livre).

          Répondre à ce message

        • Répondu par JF le 16 juillet 2015 à  20:49 :

          Rona ce sont des recueils, pas des albums, grosse différence ! Et les bouquins sont arrivés vite après la publication dans le journal, il y en a des nouveaux parus aux éditions P’tit Louis, non prépubliés ceux-là.

          http://www.editionsptitlouis.fr/publications/bd-ado-adulte/aventures-rona

          Répondre à ce message