"Quand mon âme vagabonde en ces anciens royaumes" : l’heureuse association de la poésie et de l’illustration

20 novembre 2018 4 commentaires
  • Annoncé il y a plus d'un an par Les Éditions de la Cerise, le recueil de poèmes écrits sous la dynastie chinoise des Song et illustrés par Dai Dunbang, dont c'est la première publication hors de Chine, est dorénavant accessible. C'est une excellente nouvelle pour les admirateurs de la culture de l'Empire du milieu et, au-delà, pour tous ceux que touche la beauté de la poésie et du dessin.

Nous vous présentions, en août 2017, la souscription lancée par Les Éditions de la Cerise pour la publication d’un fort volume rassemblant poèmes de la dynastie Song et illustrations de Dai Dunbang (戴敦邦). Les souscripteurs avaient pu recevoir l’ouvrage en fin d’année dernière et quelques librairies bordelaises avaient également pu être servies - Les Éditions de la Cerise étant basées dans la cité girondine [1]. Mais il aura fallu attendre presque un an pour que ce beau livre devienne accessible aisément.

"Quand mon âme vagabonde en ces anciens royaumes" : l'heureuse association de la poésie et de l'illustration
Quand mon âme vagabonde en ces anciens royaumes © Dai Dunbang / Les Éditions de la Cerise 2018

Quand mon âme vagabonde en ces anciens royaumes regroupe une cinquantaine de poèmes datant de la dynastie Song. Chacun de ces poèmes qui sont aussi des chansons pour la plupart, dont l’auteur est nommé et situé chronologiquement, est illustré par Dai Dunbang (né en 1938), à la manière de ses lointains prédécesseurs ayant vécu lors cette période que nous nommons en Occident le Moyen Âge. Dai Dunbang est connu comme peintre et portraitiste depuis les années 1960 et il a également enseigné à Shanghai. Il s’est distingué surtout comme illustrateur de classiques de la littérature chinoise et dessinateur de lianhuanhuas à partir des années 1980.

Le traducteur, Bertrand Goujard, a dû réaliser un important travail de sélection, d’adaptation, la langue et la poésie ayant des règles spécifiques ardues à transposer. Les poèmes ont été choisis pour offrir un panorama de la dynastie Song puisqu’ils s’étalent du Xe au XIIIe siècle [2]. Ils en reflètent la richesse, la diversité et la finesse. Bertrand Goujard s’est également attelé à la rédaction d’une double introduction - sur la dynastie Song d’une part et sur la poésie chinoise d’autre part - et d’abondantes notes faisant de Quand mon âme vagabonde en ces anciens royaumes à la fois un livre d’art et un ouvrage savant. Il ravira ainsi autant les amateurs des arts orientaux que les sinologues et les linguistes.

Quand mon âme vagabonde en ces anciens royaumes © Dai Dunbang / Les Éditions de la Cerise 2018

La poésie de la dynastie Song est à l’aune de la Chine de l’époque : étonnamment moderne, vivante et subtile. La croissance démographique - l’Empire forme déjà la région la plus peuplée du monde - et l’essor économique contribuent à des évolutions sociales qui n’arrivent que bien plus tard en Europe, telles l’exode rural ou le développement de la proto-industrie. L’avance technique de la Chine - songeons que l’imprimerie à caractères mobiles existe depuis le XIe siècle ! - et le dynamisme de ses explorateurs ainsi que de ses marchands témoignent de l’élan de cette époque. La structuration même de l’État prouve que l’Empire du Milieu est entré dans une forme de modernité que le reste du monde ne connaît alors pas.

L’une des caractéristiques singulières de la dynastie Song est d’avoir favorisé les arts et la culture. La classe gouvernante accordait une valeur prépondérante à l’éducation et à l’érudition et était particulièrement attachée à la musique, à la peinture, au dessin et à la littérature. Ainsi, l’empereur Huizong, qui a régné au début du XIIe siècle, se représentait-il lui-même dans des peintures sur soie et se glorifiait-il de sa maîtrise de la musique et de la calligraphie. Nombre d’œuvres nous sont parvenues, et ce n’est pas le moindre des services que nous rendent Les Éditions de la Cerise en nous permettant d’admirer le raffinement d’une culture millénaire.

Les illustrations de Dai Dunbang s’inspirent directement des œuvres de cette époque. Sa finesse de trait et ses compositions à la fois complexes et lumineuses trouvent leurs racines dans les encres sur soie de Zhang Zeduan (1085-1145) ou les encres sur papier de Zhao Mengfu (1254-1322) notamment. L’utilisation des tons, l’étagement des plans créant l’illusion de profondeur et l’association de la stylisation au souci du détail font de chaque dessin de Dai Dunbang un véritable tableau racontant une histoire en écho au poème qu’il accompagne.

Souvenirs de Hulan He © Xiao Hong / Hou Guoliang / Les Éditions de la Cerise 2019

Les Éditions de la Cerise ont donc réalisé un travail rare et soigné avec cet ouvrage aussi beau qu’érudit. Elles n’en ont pas pour autant terminé avec la civilisation chinoise. Elles ont en effet prévu, pour le début de l’année 2019, la publication des Souvenirs de Hulan He, un roman de la poétesse chinoise Xiao Hong (1911-1942) illustré cette fois par Hou Guoliang. Écrit en exil du fait de la guerre et souvent traduit sous le titre Contes de la rivière Hulan, ce roman redonne vie aux campagnes chinoises, n’hésitant pas au passage à en dénoncer certaines traditions. Une nouvelle occasion de redécouvrir une culture encore trop souvent réduite à quelques stéréotypes, comme Hergé le brocardait déjà en 1935 dans Le Lotus Bleu !

Quand mon âme vagabonde en ces anciens royaumes © Bertrand Goujard / Les Éditions de la Cerise 2018
Quand mon âme vagabonde en ces anciens royaumes © Dai Dunbang / Les Éditions de la Cerise 2018
Quand mon âme vagabonde en ces anciens royaumes © Bertrand Goujard / Les Éditions de la Cerise 2018
Quand mon âme vagabonde en ces anciens royaumes © Dai Dunbang / Les Éditions de la Cerise 2018

(par Frédéric HOJLO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

- Quand mon âme vagabonde en ces anciens royaumes - Par Dai Dunbang (illustrations) - Les Éditions de la Cerise - traduction, notes et annexes de Bertrand Goujard, suivi du projet par Yohan Radomski & relecture d’Antoine Trouillard - édition bilingue - 28,7 x 28,7 cm - 136 pages couleurs - couverture cartonnée avec dorures, dos toilé, tranchefile et signet - parution le 25 octobre 2018.

- Souvenirs de Hulan He - Par Xiao Hong (roman) & Hou Guoliang (illustrations) - traduction de Grégory Mardaga & adaptation d’Antoine Trouillard - 21 x 21 cm - 100 pages couleurs - couverture souple avec rabats et dorures - parution le 7 février 2019.

Lire également sur ActuaBD :
- Les 10 ans des éditions de la Cerise
- "Les Trois Royaumes" ou l’empire des lianhuanhuas
- Guillaume Trouillard ("Aquaviva") : "J’aime l’idée que chaque projet ait ses caractéristiques propres."
- Les Editions de la Cerise lancent une souscription pour un livre de l’illustrateur chinois Dai Dunbang

[1Toute la fabrication a d’ailleurs été locale, les différentes entreprises ayant participé se situant en Nouvelle-Aquitaine.

[2L’ouvrage compte au total 57 poèmes écrits par 39 auteurs différents.

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • Ce livre est magnifique, pour un prix tout à fait raisonnable ! Je l’ai acheté en librairie spécialisée BD , mais question : pourquoi n’est - il pas distribué dans toutes les librairies "normales" ?... Car je doute que la population bédéphile soit le cœur de cible de cet ouvrage ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Frédéric HOJLO le 22 novembre 2018 à  14:49 :

      Les Editions de la Cerise ne réfléchissent pas tellement en terme de "cœur de cible", mais nous allons néanmoins leur poser cette légitime question.
      Cordialement,

      Répondre à ce message

    • Répondu par Frédéric HOJLO le 23 novembre 2018 à  15:46 :

      Les Editions de la Cerise ont pu nous renseigner. Leurs ouvrages sont diffusés par Makassar, qui est un diffuseur spécialisé dans la bande dessinée et touche donc en très grande majorité les librairies spécialisées. Ce fonctionnement est dû à un cloisonnement interne au secteur éditorial, que Les Editions de la Cerise aimeraient pourtant contourner (la preuve avec cet ouvrage !).
      On trouve quelques exemplaires du livre dans des librairies généralistes, en particulier à Bordeaux où est basé l’éditeur.
      Cordialement,

      Répondre à ce message

      • Répondu par patydoc le 24 novembre 2018 à  12:27 :

        Merci pour vos recherches : j’avais bien anticipé cette réponse. D’ailleurs, je crois que l’ouvrage est déjà épuisé… Je pense qu’ils devraient le rééditer et le distribuer dans le reste du réseau des libraires !

        Répondre à ce message