« Quartier Lointain » de Taniguchi adapté au cinéma

13 septembre 2006 0 commentaire
  • C'est le producteur belge "Entre Chien et Loup" qui en assurera la mise en oeuvre, tandis que le scénario serait réalisé par l'écrivain belge Philippe Blasband et la réalisation par l'auteur du film-événement {Le Tango des Rashevski}, Sam Garbaski.
« Quartier Lointain » de Taniguchi adapté au cinéma
Louis Delas, PDG de Casterman venu chercher le prix décerné à Jirô Taniguchi avec Marie-Anne Chazel en avril 2004
Photo : FICL de Monaco

La société de production Entre Chien et Loup ne nous est pas inconnue puisqu’elle produit aussi l’adaptation cinématographique du Tour de Valse de Denis Lapière. Le scénariste belge nous avait confirmé l’état d’avancement de ce projet en juillet dernier.

La maison de production belge, dirigée par Diana Elbaum et Sébastien Delloye, co-financera, avec Archipel 35, l’adaptation cinématographique de Quartier Lointain, l’un des mangas intimistes les plus marquants de ces dernières années, traduit en France par Frédéric Boilet. Cette acquisition constitue une convergence remarquable entre le Japon et l’Europe, une sorte de première.

Sam Garbarski (Le Tango des Rashevski, et Irina Palm [1]) en réalisera l’adaptation probablement dans le courant de l’année prochaine. Le scénariste, Philippe Blasband (La Femme de Gilles, Nathalie), sera chargé de transposer l’univers de Jirô Taniguchi à l’écran.

En 2004, cet album avait été honoré par le prix de la meilleure bande dessinée adaptable au cinéma au Forum International du Cinéma et de la Littérature de Monaco, grâce à un jury présidé par Moebius. Jirô Taniguchi avait confié à Casterman le mandat pour l’adaptation de son oeuvre au cinéma. Très rapidement, trois producteurs différents s’étaient montrés intéressés. C’est finalement Entre Chien et Loup qui avait remporté la palme.

Le jury 2004 du Prix de la Meilleure BD adaptable
Autour de Moebius, au centre, Bernard Werber (écrivain), Didier Van Cauwelaert (écrivain), Gérard Krawczyk (réalisateur) et Didier Bruner (producteur). Photo : Photo : FICL de Monaco.

ActuaBD résumait alors ce manga en ces termes : « L’album primé raconte l’histoire de Hiroshi Nakahara, un homme dans la force de l’âge, qui se retrouve après une nuit de libations à revivre ses 14 ans dans son village natal. Il a l’apparence de l’adolescent qu’il était, il est dans le monde de cet adolescent, mais avec l’esprit et l’expérience de l’homme adulte. Il retrouve sa mère décédée 23 ans plus tôt dans une famille aimante et protégée. Mais avec son regard d’adulte, il repère la fêlure qui détruira ce bonheur d’enfance. Pourra-t-il interférer sur le cours du temps ? »

Cette adaptation apporte une légitimité à ce prix, qui permet d’attirer l’attention des professionnels du cinéma sur des bandes dessinées majeures, prouvant ainsi que cet art peut être une source d’inspiration pour les réalisateurs. Pierre Spengler, le producteur des trois premiers Superman, soulignait récemment dans nos colonnes que la bande dessinée était un vivier idéal pour le cinéma : Il avait racheté les Humanoïdes Associés principalement pour accéder facilement aux droits audiovisuels que lui offrait ce catalogue.

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

[1Le réalisateur termine actuellement ce film, dont l’un des rôles principaux sera tenu par Marianne Faithfull

  Un commentaire ?