Québec remet des Bedeis Causa

26 avril 2004 0 commentaire
  • Quatre prix, attribués dans le cadre de cette XVIIe édition du Festival de la BD francophone de Québec, soulignent à leur façon quatre auteurs de BD.

Le XVIIe Festival de la BD francophone de Québec prenait son envol jeudi 22 avril avec un Jean-Pierre Talbot qui se disait gêné d’assurer la présidence d’honneur car « les festivals fêtent les auteurs et qu’il n’est pas auteur ». Rappelons qu’il demeure le seul acteur à avoir incarné Tintin au cinéma il y a de ça 42 ans. L’hommage a tout de même été rendu à Hergé en ce 75e anniversaire des premières aventures du célèbre reporter. Comme le veut la tradition, le festival a débuté par la remise des Prix Bedeis causa

Cette année, c’est Jean Roba qui reçoit le Prix Albert-Chartier, prix qui rend hommage à un maître de la BD. Visiblement heureux d’être reconnu parmi les plus grands, Roba, un habitué de Festival de Québec, s’est empressé de remercier la foule d’aimer autant Boule et Bill et termina sur un « Vive Boule et Bill libres » (Clin d’œil à l’impair d’un célèbre général français de passage à Montréal en 1967).

Le Prix Réal-Fillion, qui met en lumière un auteur prometteur du Québec, a été attribué à François Miville-Deschênes. Ce jeune auteur Gaspésien est le dessinateur de la série « Millénaires » (chez Humanoïdes Associés) dont le scénario est assuré par Richard D. Nolane, un scénariste français établi depuis peu à Montréal.

Le Grand Prix de la Ville de Québec « pour l’ensemble de son œuvre » a été remis à Félix Meynet. Ému, l’auteur de Double M, Tatiana K et Les éternels rappela qu’à son dernier passage au Festival de Québec en 1997, il n’était « pratiquement qu’un débutant ».

Enfin, le Prix de la BD attribué à la meilleure BD québécoise en langue française parue depuis le dernier festival, a été attribué cette année à Jean-Paul Eid, dessinateur de la série « Le naufragé de Mémoria » dont le tome 2, « L’Abîme » vient de paraître chez 400 coups.

Côté ambiance, le moral était bon dans les files d’attente pour les dédicaces malgré le fait que beaucoup d’auteurs présents étaient déjà bien connus des amateurs et qu’aucun nouvel album n’était lancé au cours de l’événement. Sans doute à cause d’un petit problème de communication, le distributeur d’Amok au Québec n’a été prévenu que très tardivement de la présence de l’auteur espagnol Raül, et n’avait que trois exemplaires de son album en stock. Soulignons tout de même une intéressante initiative pour intéresser les jeunes lecteurs à la BD : deux des séances de dédicaces - une avec J-P Talbot l’autre avec Roba - étaient strictement réservées aux enfants.

(par Le Bédénaute)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?