Quelques nouvelles estivales d’Alan Moore

  • À 57 ans, le scénariste anglais Alan Moore (« V for Vendetta », « From Hell », « Watchmen »,…) a marqué l’histoire de la bande dessinée. S’il se fait rare ces derniers temps, il ne continue pas moins de fasciner. À l’occasion de la publication chez Soleil de quelques-uns de ses « incunables », petit tour d’horizon de son actualité estivale.
Quelques nouvelles estivales d'Alan Moore
Un troisième volume des "incunables" d’Alan Moore vient de paraître chez Soleil US Comics

« Écrivain, artiste, historien, critique, anarchiste, autodidacte, chanteur, chansonnier, scénariste, performeur, magicien, charmeur de serpents, célébrité de la bourgade de Northampton, personnalité culte... », tels sont les qualificatifs qui semblent manquer, selon Paul Gravett au titre de la biographie du « mage de Northampton » publiée par The Ilex Press au printemps dernier : « Alan Moore, storyteller » (Alan Moore, raconteur d’histoires) de Gary Spencer Millidge.

Difficile en effet d’enfermer dans un seul vocable le destin d’un garçon issu d’une famille défavorisée du centre de l’Angleterre, embringué dans sa prime jeunesse dans le trafic de drogue avant de devenir le scénariste le plus adulé de sa génération et la coqueluche des producteurs d’Hollywood qu’il a d’ailleurs fini par répudier.

Inédits d’Alan Moore
Soleil US Comics

Cette biographie, que nous espérons voir publiée en français bientôt (avis aux amateurs...), viendra à point pour situer les « incunables » que publie ces jours-ci Soleil US Comics, à savoir La Ballade de Halo Jones (dessins : Ian Gibson, coll. Les Trésors d’Alan Moore), une BD parue dans la revue AD Comics en 1984, un curieux récit de « science-fiction féministe ».

Le graphisme de ces histoires est, comme souvent chez Moore, l’objet de dessinateurs tous très différents, pas forcément spectaculaires, mais qui recèlent tous une singularité qui s’accorde parfaitement avec le scénario. Il y a dans cette approche une logique toute "moorienne" : le fantastique est dans le quotidien, le merveilleux est tapi dans l’ordinaire. Dès lors, chacun de ces récits, même s’ils ne sont pas graphiquement engageants, soulignent la primauté de la narration dans la bande dessinée (et Dieu sait si les indications de Moore, lui-même dessinateur à ses débuts, sont d’une méticulosité maniaque). On constatera chez ce scénariste alors débutant une maitrise déjà surprenante.

D.R. & Quinch
Soleil US Comics

Cette publication fait suite aux Inédits d’Alan Moore publiés chez le même éditeur en 2010 et qui contiennent quelques perles narratives d’une saveur rare et D.R. & Quinch, délinquants cosmiques (Dessins : Jamie Delano & Alan Davis). Publié en février dernier, cet album nous conte un « space movie » de deux aliens insupportables ravis de provoquer des guerres dans la galaxie, surtout quand elles sont nucléaires…

Aujourd’hui, fatigué par la pauvreté des adaptations tirées de son œuvre par Hollywood et leurs affligeantes concessions commerciales, Moore leur a tourné le dos pour s’investir dans des productions plus Underground comme Dodgem Logic et se produire sur scène comme récemment au Barbican de Londres le 28 juillet dernier où il a lu ses textes de V For Vendetta lors de projections de dessins animés expérimentaux de Harry Smith. Il est des moments où l’on regrette de ne pas être londonien...

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander « Halo Jones » sur Amazon ou à la FNAC

Commander « Inédits d’Alan Moore » sur Amazon ou à la FNAC

Commander « D.R. & Quinch, délinquants cosmiques » sur Amazon ou à la FNAC

En médaillon, la couverture du livre de Gary Spencer Millidge. La photo "christique" d’Alan Moore est due au talent de Jose Villarubia.

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • Alan Moore : une biographie illustrée
    10 août 2011 14:39, par Edmond Tourriol

    Cher Didier,

    La biographie "Alan Moore : Storyteller" est effectivement passionnante (mais il ne s’agit pas d’une BD). Elle paraîtra en français dans quelques semaines chez Huginn & Muninn avec une couverture inédite signée Frank Quitely.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 13 août 2011 à  23:20 :

      Esperons juste qu elle sera correctement traduite. Il ne suffit pas de se debrouiller en anglais pour s improviser traducteur

      Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 15 août 2011 à  17:59 :

      Pardon pour ma réponse tardive, j’étais... en Grande-Bretagne.

      Oui, ma plume a fourché. J’avais dans la tête la courte biographie de quelques pages de GSM avait faite sur le maître.

      Répondre à ce message