Qui veut sa couverture animée en 3D ?

22 mars 2015 0 commentaire
  • L'éditeur DC Comics avait fait parler de lui lors de la manifestation Comics PRO d'Atlanta de 2014 : il proposait pour sa série de comics New 52 Futures End, programmée pour septembre 2014, un saut de cinq ans dans le futur de toutes les histoires des titres concernés et, pour fêter l'événement, les avait publiés sous des couvertures 3-D avec images en mouvement, rien moins que ça ! Le procédé fait depuis florès, sauf en France...
Qui veut sa couverture animée en 3D ?
Batman, plus remuant que jamais !
(c) DC Comics

Triomphal comme on sait l’être dans le monde des comics quand il s’agit de jouer la carte de la promotion, où le credo est d’innover -ou en tout cas de le faire croire- pour se distinguer, l’éditeur de Batman, Superman et Wonder Woman annonçait fièrement ce jour-là : " Faisant suite à l’immense succès qui a couronné l’ événement précédent de septembre 2013 qui voyait la promotion en une des titres de la firme des "super-vilains du mois", avec des couvertures lenticulaires à effet 3-D assorties de mouvements : DC Comics confirme que cette technologie sera de retour en septembre prochain ! Mais il faut s’ attendre maintenant à des couvertures avec encore plus de profondeur et de mouvement que l’autre fois !" Une allégation tonitruante et pleine de promesses, digne d’industrie des comics qui n’est pas, on le sait, le domaine de la retenue...

Car, comme cela a été son habitude depuis quelques années, l’éditeur DC a marqué chaque anniversaire de son grand événement éditorial de 2011, le New 52, qui remettait les compteurs de la continuité de ses personnages à zéro en redémarrant toutes les séries au N°1, par un coup éditorial.

En Septembre 2012, c’était avec des numéros renumérotés à zéro, initiative destinée à raconter de nouvelles histoires visant les origines des héros ou pour combler certaines lacunes induites par ces redémarrages au 1 qu’il n’était pas toujours possible de rectifier dans les séries principales en cours. En Septembre 2013, c’était l’apparition des fameuses couvertures 3-D qui mettaient en vedette les "Super-Vilains du mois ". Mais là, on nous promettait mieux encore...

Le co-éditeur-en-chef de DC Entertainment Dan DiDio, toujours tout entier dans la promotion de son groupe, avait sans complexe comparé l’événement de 2014 avec ce saut de cinq ans dans le futur de toutes les histoires, à l’effort fait en 2011 avec le fameux événement New 52.

Ces gesticulations sont là, il faut bien le dire, pour faire oublier la pénurie provoquée par le succès des couvertures 3-D en 2013, provoquant une déception des fans qui avait été très médiatisée. Et pas vraiment appréciée... À la décharge de l’éditeur, ces couvertures utilisant cette technologie lenticulaire spécifique étaient en plastique et elles avaient dû être imprimées bien à l’ avance, à cause d’un processus de fabrication relativement long. Une incompréhension entre DC et les vendeurs de comics qui n’avaient pas fait les précommandes assez tôt avait créé des tensions.

Les "Variant Covers" se mettent à bouger !
(c) DC Comics

Mais là, DiDio le rassembleur, rassurait son monde en déclarant au site spécialisé Newsarama que les couvertures de septembre 2014 seraient "encore plus belles et plus complexes, parce que les personnages seront en train de se transformer sous nos yeux. Ces nouvelles couvertures 3-D auront également la possibilité de proposer des effets de "scintillement", qui signifient que les images changent, montrant ainsi la transformation des personnages en cours." Mais, précisait DiDio, une version 2-D standard moins chère (de un dollar) serait également disponible. Il en faut pour tout les goûts et pour toutes les bourses...

Le célèbre dessinateur Jim Lee, l’autre co-éditeur du groupe DC Entertainment, concluait dans la foulée avec le même entrain : "C’est très excitant de voir comment tout ça déclenche avec autant d’intérêt. Ces couvertures 3-D sont la plus récente incarnation d’une longue lignée d’innovations de DC Entertainment, comme l’affiche dépliable pour Superman Unchained # 1 et tant d’autres choses qui ont marqué les mémoires. Notre objectif, chaque mois de Septembre depuis 2011, a été de créer de grands événements, de nouvelles façons d’attirer l’attention sur toute la gamme de l’univers DC ! "

La réception de ces couvertures provoque des avis plutôt partagés. Une partie du lectorat les adore, les collectionneurs surtout, qui se les arrachent avec peut être derrière la tête la petite idée d’en tirer un profit spéculatif -on a d’ailleurs accusé DC d’avoir prémédité la pénurie de 2013 dans ce but précis- quand d’autres les trouvent affreuses voire insupportables. Et vous, quel est le vôtre, d’avis ?

Si vous aimez ces couvertures et que vous êtes insensible au tournis, on peut en voir d’autres du même acabit ici. Ce sont quelques-unes des couvertures fêtant les super-vilains du mois en septembre 2013. Pour les plus récentes de septembre 2014, elles sont représentées ici sur Comicsbeat, avec certaines couvertures pas encore finalisées dont on peut voir les versions 2-D.

La "rainy" cover du New Yorker signée Christoph Niemann
(c) The New Yorker

Une presse qui "bouge"

Ces effets de couvertures animées ne sont pas seulement réservés à l’univers tapageur des comics. Le très vénérable The New Yorker, temple de l’esthétisme et du bon goût et néanmoins référence incontournable dans le genre, s’y est aussi essayé pour son numéro du 6 octobre dernier, mais seulement pour sa version numérique, en GIF. Ouf !

Ce qui n’empêcha pas certains indécrottables puristes du tout-graphisme et de l’innovation à tout prix, pour le coup bien conservateurs, de sauter au plafond devant cette "dépravation" soudaine, d’autant que l’artiste Christoph Niemann qui en était l’auteur commentait son illustration par un peu flatteur "Quand je suis arrivé à New-York pour la première fois, le temps était pourri..."

Françoise Mouly, la directrice artistique du magazine The New Yorker, à la ville l’épouse d’un certain Art Spiegelman, s’en était expliquée au site web d’actualité Mashable : "Nous ne l’aurions pas fait si ce n’était juste qu’un truc technique. Ce devait être d’abord une belle image. La pluie a une qualité graphique et une qualité esthétique qui signifiaient qu’elle est une version moderne d’une très ancienne couverture du New Yorker. Cette image animée utilisant la conception dynamique du GIF aidera cette image à s’imprimer dans l’esprit du lecteur." Et de préciser : " Ce qui est merveilleux au sujet des couvertures, c’est qu’elles sont imprévisibles. Je ne veux pas mettre en place une attente à partir du fait que désormais il va toujours y avoir une sorte de version web ajoutée à la couverture classique. Le plus souvent, elle restera telle qu’elle est. Je pense que c’est ce qui est le plus puissant. Mais l’expérience pourra être renouvelée à l’occasion." Art Spiegelman abonde dans son sens : il ne regrette pas ces progrès technologiques qui permettent "de réaliser les plus beaux livres possible depuis le Moyen-âge."

Le procédé inspire aussi l’inoxydable Tex de l’éditeur italien Sergio Bonelli (voir le portfolio ci-dessous) : la couverture signée Claudio Villa du numéro 539 de septembre 2005, a eu également droit à une version ultérieure animée en GIF pleine d’atmosphère.

Le progrès avance, c’est dans la logique des choses, les esprits doivent parfois s’accrocher pour le suivre, Et ça, ce n’est pas nouveau.

Documents
The Joker Superman Two Face Superman Action Comics Les Villains bougent dans tous les sens Une couverture signée Christoph Niemann pour le site web du New Yorker, été (...) Le procédé inspire Claudio Villa pour l'inoxydable Tex Willer de l'éditeur (...)

(par Pascal AGGABI)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?