Quino, "frère d’encre" de Sempé

2 juin 2014 6
  • Récompensé, tout comme son personnage fétiche, Mafalda, par une Légion d'Honneur au [récent Salon du Livre de Paris->art16148], [exposé récemment à Aubenas->art16505], Quino est l'un des grands maîtres du neuvième art. Une référence pour des millions de lecteurs auquel ce petit recueil rend hommage en recensant une grosse centaine de ses dessins de presse, l'autre pan important de sa carrière.

Qui ne connaît pas Mafalda ? Mais le reste de l’œuvre de Joaquin Salvador Lavado Tejon dit Quino est moins lu et moins célèbre dans nos contrées. Depuis la fin des aventures de Mafalda en 1973 et après la publication d’un premier recueil paru en 1963 intitulé Mundo Quino, il se consacre au dessin d’humour.

Multi-récompensé, il est l’un des auteurs les plus influents de la seconde moitié du XXe siècle.

Quino, "frère d'encre" de Sempé
La soupe populaire
Quino - Glénat ©



Tous égaux ?
Quino - Glénat ©


Récent invité du salon du livre où l’Argentine était à l’honneur, le maître du dessin d’humour conjugue une vision du monde sarcastique avec une grande sensibilité dans le trait et un immense talent pour mettre en scène les situations les plus dures comme les plus truculentes. Fruit de la collaboration avec différents journaux ou de travaux plus personnels, ce recueil s’avère incontournable pour tout ceux qui ne connaîtraient de l’œuvre d’un des maîtres du neuvième art que la petite fille espiègle. Son dessin riche, poétique et corrosif exprime ses idées sur son époque. L’impact de la plupart n’a pas faibli et ils ont conservé toute leur véracité.

Ce recueil de dessins de presse célébrant les soixante ans de carrière de Quino permet d’approfondir la lecture que l’on peut avoir de son œuvre dans sa globalité. Critique sociale et humaniste, l’humour de Quino est au service de sa condamnation satirique des travers d’un monde où les plus riches écrasent les plus faibles, où l’industrie mutile la planète sur laquelle elle prospère, ...

Quino - 60 ans d’humour
Quino - Glénat ©


C’est sur le terreau des inégalités sociales que Quino puise la majorité de son inspiration. Exceptionnel d’inventivité, il montre une nature humaine sur laquelle il ne se fait aucune illusion, et fait de son œuvre une dénonciation virulente de l’égoïsme et de la bêtise.

C’est réellement un hommage que Glénat rend à Quino en publiant ce choix de dessins. Ce petit volume met en scène des personnages anonymes qui portent les réflexions corrosives de l’auteur sur l’actualité de son temps et dont l’atemporalité frappe par la subtilité et la profondeur des registres sur lesquels il joue pour susciter le gag, jamais gratuitement.

Alliant finesse graphique et maîtrise narrative, on comprend vite que le talent de Quino s’applique dans toutes les circonstances par une exceptionnelle capacité d’invention et de variation dans le traitement des situations. Certains dessins sont de réels passages d’anthologie.

Ça coûte de plus en plus cher d’être riche !
Quino - Glénat ©


En feuilletant ce recueil, on ne peut pas ne pas constater la parenté avec Sempé. Les deux auteurs se sont rencontrés pour la première fois en 1968 et Quino dira : « Nous nous voulions des résistants de l’humour absurde. Nous sommes nés le même jour de la même année et nous avons publié notre premier ouvrage en même temps. En fait, je le considère un peu comme un “frère d’encre”. »

Cette proximité se repère dans le style et dans la fonction du dessinateur. Une vision à la fois désenchantée d’un monde qui semble courir tout droit à la catastrophe et en même temps cet amour presque sans limite, baroque et excentrique, de l’humanité.

Un indispensable qui ravira tous les amoureux de l’œuvre du génie argentin, dans l’espoir que d’autres recueils un peu plus volumineux suivront.

Quino avec son éditrice Kuki Miler des Ediciones de la Flor, lors de la remise de Légion d’Honneur en mars 2014.
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

(par Vincent GAUTHIER)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Quino - 60 ans d’humour - Glénat

Commander cet ouvrage sur Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
6 Messages :
  • On ne voit rien des illustrations à ce format timbre-poste ! À quand un ActuaBd 2.0 ?

    Répondre à ce message

  • Quino, "frère d’encre" de Sempé
    2 juin 2014 10:40, par Oncle Francois

    Je dois reconnaitre que j’ai un peu de mal avec la chevelure épaisse de Mafalda, et de ses copains inspirés au début par Charlie Brown et ses copains. En revanche, aucun problème avec les dessins d’humour de Monsieur Quino. Agréables à regarder (car sérieusement dessinés, avec des détails, rien à voir avec la rapidité d’exécution des "blogers blagueurs" d’aujourd’hui), drôles, mais aussi avec de la profondeur qui incite à y reflechir par deux fois... bien supérieur à ce que fait Plantu depuis des années. Ceci dit, Glénat avait édité des livres thématiques de Quino par le passé : ce livre est il un best-of ou propose t’il des inédits ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Vincent GAUTHIER le 2 juin 2014 à  13:00 :

      L’absence d’appareil critique ne permet pas de répondre avec certitude quand à des publications précédentes de ces dessins en albums. C’est le gros point noir de ce recueil que de ne pas offrir de références que ce soit par rapport aux dates de parution dans les journaux ou des notes concernant, par exemple, la situation politique ou sociale au moment de l’écriture : "dessin en réaction à..." ou même d’une introduction minimale à l’œuvre. C’est une anthologie, on peut donc penser que cet hommage regroupe des dessins déjà parus en albums ou sous diverses formes et regroupés ici principalement à l’usage des néophytes.

      Répondre à ce message

  • Est-ce que 60 ans de "dénonciation virulente de l’égoïsme et de la bêtise" servent concrètement à quelque chose, à part prêcher les convaincus que la guerre c’est mal, et que les inégalités sont injustes ? Le dessin sur le riche qui se plaint est divertissant, mais le sempiternel cartoon allégorique sur la misère du Sud vs le cynisme du Nord, ça n’arrive pas à la cheville d’un Sempé.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Oncle Francois le 3 juin 2014 à  10:46 :

      arf arf ! allez donc demander à Plantu, Cabu et Willem ce qu’ils en pensent, eux-aussi en ont fait leur fonds de commerce, car ce sujet dans le domaine public est libre de droit.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Charlie le 3 juin 2014 à  14:53 :

        Fonds de commerce. exactement. faut remplir son frigidaire

        Répondre à ce message