Quoi de neuf en cette fin d’année ? Gotlib !

15 décembre 2018 5 commentaires
  • Deux ouvrages viennent nous rappeler Gotlib à notre bon souvenir en cette fin d’année à l’occasion du deuxième anniversaire du décès de « l’inventeur de la bande dessinée adulte » : la nouvelle édition des « Entretiens » de Gotlib avec Numa Sadoul (Ed. Dargaud) et « Gotlib, un abécédaire » de Thierry Groensteen (Ed. Les Impressions nouvelles).
Quoi de neuf en cette fin d'année ? Gotlib !
Entretiens avec Gotlib – Par Numa Sadoul (Dargaud)

Il nous a quittés le 4 décembre 2016 après un feu d’artifice d’hommages (Exposition au Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme et plusieurs essais attenants en 2014, à la suite de quoi ActuaBD l’avait désigné « personnalité BD de l’année », un numéro spécial de L’Express en 2016, etc.)

Mais son actualité ne faiblit pas cette année : en octobre 2018, la bibliothèque du Vésinet prenait le nom du créateur de Gai Luron, en présence du réalisateur Patrice Leconte, des chanteurs Richard Gotainer et Maxime Le Forestier et de l’animateur télé Philippe Vandel, non sans quelques protestations de culs-bénits de l’opposition qui s’inquiètent de ce que leur enfant leur demande « - Qui est Pervers Pépère ? »

"Pervers Pépère" par Gotlib
© Fluide Glacial

L’inventeur de la BD adulte

Outre le fait que c’est une bonne question qui ne peut, si l’on se donne la peine de bien y répondre, que d’informer l’enfant sur les dangers qui l’attendent dans ce vaste monde, c’est oublier que le créateur de Gai-Luron, des Dingodossiers, de la Rubrique-à-brac, d’Hamster Jovial ou de SuperDupont, il avait déjà été honoré par les plus grandes instances de la République : officier de l’ordre des Arts et des Lettres en 1990 et chevalier de la Légion d’honneur en 2000.

De plus, il n’est pas inutile de remettre dans les mains des nouvelles générations les œuvres de ce roi de l’humour, co-fondateur de L’Écho des Savanes et de Fluide Glacial alors que la société se raidit à nouveau dans l’intolérance morale, religieuse et sexuelle.

Sur ce point, s’adressant à Numa Sadoul, Gotlib est sans ambages : « …Tout ce qui est patronage, scoutisme, catéchisme, c’est tout simplement effroyable ; c’est vraiment le sabre et le goupillon pour les gosses !  » Et de créer le personnage du scout Hamster Jovial qui montre sa bite -la première de Gotlib !- dans Rock & Folk en février 1972, signant le début d’une libération sexuelle de la bande dessinée qui se concrétisera notamment dans L’Écho des Savanes le mois suivant avec l’estampille « Réservé aux adultes ».

"God’s Club" en 1972 dans "L’Echo des Savanes".
© Fluide Glacial
Gotlib – Un Abécédaire – Par Thierry Groensteen (Impressions Nouvelles)

Il est amusant de lire dans « Gotlib – Un abécédaire  » de Thierry Groensteen, précisément sous l’entrée du mot « Adulte », cette confidence de l’essayiste qui évoque ses quinze ans en Belgique en 1972 : « Dans ma famille, on ne parlait pas de ces choses-là. Mes mains n’avaient jamais tenu un seul numéro d’Hara Kiri ni d’Actuel. La gauloiserie, l’anarchisme, la contre-culture, ne faisaient pas partie de mon horizon… […] Mes parents pensaient que la bande dessinée était un divertissement innocent, une lubie qui me passerait puisque, en tout état de cause, elle s’adressait n’est-ce pas, exclusivement aux enfants. Qu’auraient-ils dit s’ils avaient découvert L’Écho des Savanes, dont la couverture annonçait expressément qu’il s’agissait d’une publication « pour adultes » ? Je savais qu’ils auraient été horrifiés que je puisse avoir de telles lectures (pourtant les numéros allaient bientôt s’accumuler dans ma chambre) et ce fut pour moi, des années durant, un cauchemar de trouver des cachettes où dissimuler à leur vue des journaux honteux… »

Pour moi, c’est ce côté « libérateur » que l’on retiendra de Gotlib après toutes ces années. Il a libéré l’humour de la bande dessinée française en lui conférant un ton plus adulte, un sens du slapstick qui lui venait directement du Mad Magazine d’Harvey Kurtzman, de Wally Wood et de Don Martin.

Cet humour qu’un vent mauvais d’intégristes, d’extrémistes et de pères-la-pudeur essaie de faire taire, quand ils ne le gestapotent pas pour faire passer leurs idées nauséabondes...

Lisez et relisez Gotlib ! En matière d’humour, c’est une excellente boussole !

Gotlib. Autoportrait.
© Dargaud

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Commander Entretiens avec Gotlib – Par Numa Sadoul (Dargaud) – chez Amazon ou à la FNAC (Paru en novembre 2018)

Commander Gotlib – Un Abécédaire – Par Thierry Groensteen (Impressions Nouvelles) – chez Amazon ou à la FNAC (Parution le 3 janvier 2019)

 
Participez à la discussion
5 Messages :
  • Quoi de neuf en cette fin d’année ? Gotlib !
    15 décembre 2018 19:34, par Michel Grant

    … deuxième anniversaire de « l’inventeur de la bande dessinée adulte »

    Plutôt : deuxième anniversaire du décès de « l’inventeur de la bande dessinée adulte »

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 16 décembre 2018 à  00:06 :

      Eh oui, le mot "décès" est resté dans le clavier. C’est corrigé. Merci.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Frenchoïd le 16 décembre 2018 à  18:44 :

        Manifestement un "s" attendu à la fin de "quittés" y est resté coincé également !

        Répondre à ce message

        • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 16 décembre 2018 à  18:47 :

          Le "nous" n’étant pas majestatif. Vous avez impitoyablement raison. C’est corrigé. Merci.

          Répondre à ce message

          • Répondu par Frenchoïd le 16 décembre 2018 à  20:46 :

            Le "nous" peut être majestatif, mais encore faut-il l’assumer ! ;-)
            Quant au reste, c’est très souvent un plaisir de vous lire, donc je contribue avec sympathie.

            Répondre à ce message