Radisson – T2 : « Mission à Onondaga » – Par Jean-Sébastien Bérubé – Glénat Québec

15 février 2011 0
  • Après avoir séjourné chez les Iroquois et regagné ensuite la France (tome 1), Pierre-Esprit Radisson est de retour à Trois-Rivières depuis trois ans. Nous sommes désormais en juin 1657. Une paix fragile règne entre les Iroquois, les colons français et leurs alliés hurons. Afin de faciliter le commerce des fourrures, les jésuites désirent entretenir une mission au fort Sainte-Marie-de-Gannentaha, en pays iroquois. Pierre-Esprit se joint alors aux quelques colons et serviteurs hurons qui accompagnent les jésuites à Onondaga.

Le voyage sera particulièrement éprouvant. Les Iroquois tolèrent difficilement les Hurons, qu’ils méprisent. Ils se méfient également des Français qui transmettent la grippe et qui font preuve d’arrogance ; le zèle religieux des ecclésiastiques risquera d’ailleurs de causer leur perte.

Radisson – T2 : « Mission à Onondaga » – Par Jean-Sébastien Bérubé – Glénat Québec
Radisson – T2 : « Mission à Onondaga »
© Jean-Sébastien Bérubé et Glénat Québec

C’est dans ce contexte que Radisson se trouve mêlé à différentes histoires de trahison, de vengeance et de meurtre. Celui qui connaît aussi bien les mœurs des autochtones que des Européens cherche alors à ménager les différentes parties. Peine perdue : les Iroquois ont décidé de les éliminer. Pierre-Esprit et ses camarades finiront-ils comme les missionnaires de Sainte-Marie-au-pays-des-Hurons [1] ?

C’est avec brio que Jean-Sébastien Bérubé poursuit son adaptation des Extraordinaires aventures d’un coureur des bois (1668-1669), mémoires du célèbre aventurier. Avec Mission à Onondaga, l’artiste nous livre un second tome aussi captivant que Fils d’Iroquois, album qui lui avait valu le prix Réal-Fillion de l’auteur québécois « s’étant le plus illustré avec son premier album professionnel » (Festival de la BD francophone de Québec, 2010).

Radisson – T2 : « Mission à Onondaga »
© Jean-Sébastien Bérubé et Glénat Québec

Bien que ce récit soit beaucoup plus violent que le précédent (alors que Fils d’Iroquois se concentrait sur l’intégration culturelle d’un jeune homme blanc, Mission à Onondaga nous propose un véritable choc des cultures entre Européens et autochtones), l’auteur semble avoir trouvé l’équilibre entre scènes d’action et présentation historique. Il en résulte une lecture fluide et fascinante, aidée par un traitement graphique efficace.

Après deux tomes, Radisson reste donc l’une des séries québécoises les plus prometteuses dans le domaine du récit d’aventures. Cet album tend également à confirmer la stratégie de Glénat Québec, qui ne manque pas de cultiver le talent des lauréats de son concours annuel de bande dessinée. (Rappelons que Bérubé avait remporté le premier prix de ce concours en 2008).

(par Marianne St-Jacques)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Lire notre critique Radisson t. 1 : « Fils d’Iroquois » et notre entretien avec Jean-Sébastien Bérubé

Commander ce livre chez Amazon
Commander ce livre à la FNAC

[1De 1642 à 1649, huit missionnaires de Sainte-Marie-aux-Pays-des-Hurons (sur les bords du lac Huron, en Ontario) sont morts au cours des guerres franco-iroquoises. Jean de Brébeuf, Noël Chabanel, Antoine Daniel, Charles Garnier, René Goupil, Isaac Jogues Jean de Lalande et Gabriel Lallemant ont été canonisés par l’Église au titre de « Martyrs canadiens ».

  Un commentaire ?