Rai T. 2 - Par Matt Kindt et Clayton Crain (Trad. Makma / Ben KG) - Panini Comics

6 octobre 2015 0 commentaire
  • Dernier survivant du catalogue Valiant Comics à être encore publié chez Panini, le protecteur du Japon est de retour pour de nouvelles péripéties et un résultat toujours aussi efficace, aussi bien d'un point de vue narratif que graphique.

Neo-Tokyo, 3000 ans dans le futur, une immense mégalopole érigée dans les cieux et qui symbolise l’apogée de la civilisation en offrant un cadre de vie utopique à ce qu’il reste de l’Humanité. Bien sûr, personne n’est dupe et nous nous doutons bien du déclenchement imminent d’un élément perturbateur et d’un lever de rideau qui allait nous faire découvrir les coulisses d’un monde moins idyllique qu’escompté...

Le problème en question survenait dès les premières planches du tome précédent lorsque le premier meurtre survenu depuis des siècles allait déclencher une série d’événements qui nous ont conduit vers un démêlé de plus en plus chaotique et violent entre les différents représentants qui composent la population de Neo-Tokyo, qu’ils soient humains, robotiques, ou les deux en même temps, et entre l’être omnipotent et omniscient qui gouverne le Japon, l’intelligence artificielle Père.

La rébellion gronde plus fort que jamais dans ce nouveau volume alors que le fils et bras armé de Père, la légende urbaine mi-homme mi-machine connue sous le nom de Rai retourne son sabre contre son créateur après avoir découvert le secret de ses origines en cherchant à unir les différentes factions s’opposant à l’ordre établi.

Rai T. 2 - Par Matt Kindt et Clayton Crain (Trad. Makma / Ben KG) - Panini Comics
© Panini Comics

Au scénario de cette histoire, Matt Kindt déclenche alors un véritable jeu de piste entre les différents leaders de l’opposition, chacun représentant une idéologie parfaitement distincte et une forme d’évolution singulière qui entrent dans des codes et des thématiques assez communes au genre SF mais qui demeurent terriblement efficaces.

Nous retrouvons à titre d’exemple des sujets aussi banalisés tels que l’opposition entre l’Homme et la machine, la question du niveau de sensibilité que pourrait acquérir une intelligence artificielle ou bien encore la notion de transhumanisme à travers les implants technologiques et les drogues. Tant de sujets qui vont être personnalisés au fil des pages par des individualités fortes et charismatiques et qui vont se heurter entre elles au lieu de s’unir face à un ennemi commun qui semble hors de portée.

Dans un tel contexte, Rai parviendra-t-il à unir ces armées qui se dévorent les unes les autres sous une seule bannière et faire chuter la suprématie de l’être qui les manipule ?

Déjà très emballé par la partie graphique du premier tome, la suite place la barre encore plus haut. Clayton Crain produit ici sans nul doute l’un des meilleurs travaux de sa carrière. Nous connaissons surtout l’artiste pour avoir œuvré ces dernières années sur les mini-séries Ghost Rider et Carnage chez Marvel, avec un style utilisant des techniques de peinture numérique et des ambiances assez sombres et torturées.

Avec des illustrations bien moins obscures qu’à l’accoutumée, Crain nous livre ici de superbes planches qui fourmillent de détails et qui s’accompagnent de couleurs et d’effets lumineux métallisés et translucides du plus bel effet. Nous regretterons juste une définition des visages parfois trop brouillonnes et qui manque d’expressivité.

© Panini Comics

Rappelons également un dernier point, Rai est un titre qui s’inscrit dans le nouvel univers partagé de l’éditeur Valiant Comics, mais prenant place dans le lointain futur du monde dans lequel prennent place les aventures de personnages tels que Archer et Armstrong et X-O Manowar.

Si le volume précédent ne faisait pas forcément le lien avec le reste de l’univers éditorial, cette fois-ci, nous apercevons ça-et-là quelques références bienvenues qui sauront ravir les mordus de continuité, sachant que le phénomène va aller en s’accentuant dès le prochain arc ainsi qu’au sein de séries encore inédites en France, sans pour autant gâcher le plaisir de lecture et la compréhension de l’intrigue pour qui ne suivrait que ce comic-book.

Un dernier constat qui rend d’autant plus dommageable le coup d’arrêt qui frappe les publications Valiant chez Panini Comics et la décision de cet éditeur de ne pas reconduire les droits à l’issue de l’année 2015. Quoi qu’il en soit, ne boudons pas notre plaisir et satisfaisons-nous de ce très sympathique récit de SF qui ne trouvera sa conclusion qu’en passant le cap de la VO !

(par Marco ZANINI)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?