Redemption – T1 : « Oiseau Noir » - Par Bec & Mottura - Dupuis

12 avril 2009 0 commentaire
  • {{Christophe Bec}} signe un scénario étrange et interpelant ! Imaginez-vous débarquer dans une bourgade de 424 âmes perdues au beau milieu du désert du Nouveau Mexique. Et que vous n’arriviez plus à en sortir !

Chogan roule sur une route désertique du sud des USA, sans objectif apparent. Il voit, dans un ravin, des rapaces carnassiers, s’affairant sur un cadavre, près d’une voiture accidentée. L’homme s’arrête et prend le temps d’offrir une sépulture décente au défunt. Il reprend sa voiture pour s’éloigner de ce sinistre endroit. Quelques kilomètres plus loin, il voit une jeune femme sur le bas-côté. Elle demande de l’assistance car sa voiture est en panne. Britanny souhaite qu’on la conduise dans le village le plus proche. Chogan l’embarque et roule jusqu’à « Death or Redemption ». Il est loin de se douter qu’il ne ressortira pas aussi facilement de ce bled de 424 habitants ! Très vite, Chogan remarque que le comportement des habitants de cette ville est anormal. Sont-ils victimes d’expériences de l’armée ?

Redemption – T1 : « Oiseau Noir » - Par Bec & Mottura - Dupuis
Extrait de l’album
(c) Bec, Mottura et Dupuis

Difficile d’avoir un avis tranché sur ce premier album qui semble faire office d’introduction. Les albums suivants devraient permettre au lecteur de mieux appréhender cette histoire irrationnelle, étrange et décalée. Christophe Bec a un imaginaire fertile et sait surprendre. Certaines séries, telles Pandemonium, Sarah ou Carthago démontrent son talent de conteur. Le scénariste cherche, avec ce récit, à offrir au lecteur une nouvelle surprise. Laissons lui le temps de l’imposer.

Son duo avec Paolo Mottura n’est pas nouveau. Ils ont déjà signé ensemble Carême et Deus aux Humanoïdes Associés. L’univers mis en place par le dessinateur est crédible et renforce, par petites touches, les atmosphères singulières du récit. On notera le soin qu’il apporte aux cadrages de ce récit troublant.

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Lire une interview de Christophe Bec, réalisée par Charles-Louis Detournay : "Pour éviter de m’ennuyer, je change souvent d’univers" (décembre 2008)

Commander l’album sur Internet

  Un commentaire ?