Reiser au Centre Georges Pompidou !

19 novembre 2003 0 commentaire
  • 2003 marque le 20ème anniversaire de la disparition de Reiser, l'un des créateurs les plus incisifs de la mouvance {Hara-Kiri}. C'est l'occasion rêvée pour contempler les originaux de ce génie du dessin. Leur exposition, précisément à Beaubourg, ne manque pas de sel.
Reiser au Centre Georges Pompidou !
Cabu et Cavanna
Présents à l’inauguration, ils ont pu apprécier toute l’ironie d’une exposition Reiser au Centre Georges Pompidou.

Lors de la soirée d’inauguration, le spectacle valait son pesant de noix de pécan : on pouvait y voir les membres historiques l’équipe de Charlie Hebdo se presser autour du buffet à boire le champagne, Wolinski faisant la bise à Michèle Reiser, Cabu rigolant avec Cavanna. Ceci avait quelque chose de surréaliste pour ceux qui ont un peu de mémoire. Car enfin, Georges Pompidou, dont le lieu célèbre la mémoire, était une des cibles favorites de l’équipe de la rue des Trois Portes. Lorsqu’il est mort en 1972, Reiser justement titrait en couverture : « Pompidou : Il est mort debout… car il avait des hémorroïdes ». Cabu eut les pires ennuis avec la veuve parce qu’il avait osé raconter « Les Aventures de Madame Pompidou », un album interdit.

Une exposition passionnante
Les dessins, parfois franchement pornographiques, qui sont exposés, ajoutent de la drôlerie au plaisir de la (re-)découverte.

Le rédacteur en chef de Bang !, Vincent Bernière (co-commissaire de l’exposition) a au moins réussi ce coup-là : faire s’esclaffer les bourgeoises devant les jouissifs dessins pornographiques de Reiser offerts au public comme des œuvres d’art. Reiser à Beaubourg, c’est Gros Dégueulasse mettant son costume du dimanche !

Reste l’étonnant travail de cet homme, décédé le 5 novembre 1983 à l’âge de 42 ans, que Jean-Marc Parisis, le biographe de l’artiste, a raison de comparer à Rimbaud : « Vingt ans après, écrit-il, Reiser bouge encore. Il nous souffle. Cette exposition ne l’attrape pas, elle court après ses semelles de vent. Reiser ! ou Reiser dans tous les sens - Sociologue, voyant, moraliste, voyeur, visionnaire… »
Graphiquement, il a décomplexé le dessin, jusque là dévolu, dans le domaine du cartoon, à une sclérosante ligne claire. Thématiquement, avec ses amis d’Hara-kiri, il a porté le dessin d’humour à des sommets inégalés dans l’agression contre l’ordre établi. Il restera sans doute le corpus créatif le plus cohérent, le plus pérenne et le plus efficace que l’utopie anarchique ait jamais produit.

Photos : (c) D.P.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Bibliothèque du Centre Pompidou - Mezzanine 1er étage - du 18 novembre 2003 au 19 janvier 2004. Entrée gratuite.
Un album d’hommage à Reiser vient de paraître chez Denoël Graphic. Nous vous en reparlerons.

  Un commentaire ?