Newsletter ActuaBD

Renaissance : tout n’est pas perdu...

  • Le troisième volume de la trilogie "Renaissance" clôture avec élégance le premier cycle d'une grande saga conçue par Fred Duval, Emem et Frédéric Blanchard, de même qu'il ouvre la porte à la prochaine phase.

En 2084, les pires scénarios prédisant la funeste destinée de la Terre se sont réalisés. L’humanité a épuisé les ressources naturelles, créant ainsi toute une pléthore de calamités à l’échelle planétaire : guerres, catastrophes, famines, émigrations massives, etc. Dans ce chaos, une nouvelle pandémie frappe notre monde.

Au moment où tout espoir semble futile, apparaît « Renaissance », une mission de sauvetage de l’ONU pilotée par une alliance intergalactique, la Fédération des Intelligences Mammifères.

Renaissance : tout n'est pas perdu...

Dans ce dernier volume, nous voyons le docteur Sätie et Hélène venir à bout de l’intelligence artificielle de la Cité, responsable d’une bonne partie des malheurs qui s’abattent sur l’humanité. Celle-ci leur révèle juste avant de « mourir » l’identité du patient zéro du virus qui ravage la planète.

Au Texas, Swänn et Liz poursuivent les braconniers Skualls, responsables de la mort de la famille Hamilton. La traque de ces intrus fera l’objet d’un différend interplanétaire entre deux des civilisations de l’alliance, permettant aux lecteurs d’apprécier les subtilités de la diplomatie cosmique.

Très inspirée des grands classiques de la SF, Renaissance parvient à renouer avec l’esprit optimiste des romans d’Asimov en imaginant un futur où la technologie et la science sont mis au service du progrès et parviennent à infuser les sociétés de demain avec une bonne dose de sagesse, afin de déjouer des situations qui, dans un autre contexte, auraient tourné au chaos et à la guerre.

La mission « Renaissance », parvient donc à sauver l’humanité d’elle-même grâce à une campagne mondiale de vaccination (qui pour une fois n’a pas à faire face à des complotistes superstitieux) et commence sa deuxième phase de reconstruction, censée durer plusieurs siècles.

Le dernier chapitre de la trilogie parvient ainsi à conclure l’essentiel des conflits de la narration de façon satisfaisante en articulant le dénouement de chaque scénario avec les autres. Comme d’habitude le dessin et les couleurs sont assurés par Emem et Frédéric Blanchard avec dextérité, nous offrant un univers crédible et visuellement saisissant. Le scénario de Fred Duval ferme l’essentiel des trames développées au long de la première trilogie, tout en posant plusieurs points d’interrogation subtils quant à l’avenir de l’humanité sous le protectorat de l’alliance interplanétaire.

La conclusion de cette première partie de la saga délectera sans doute les amateurs de SF, qui trouveront un héritier digne des grandes œuvres du genre telles Fondation ou Dune.

(par Jorge SANCHEZ)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Renaissance T. 3 : Permafrost. Par Fred Duval (scénario), Emem et Frédéric Blanchard (dessin). Dargaud. Sortie le 24 septembre 2020. 23 x 32 cm. 56 pages. 14,50 €.

- La chronique "Renaissance, T. 1" par Charles-Louis Detournay

 
Newsletter ActuaBD