Rencontres Chaland 2020 : Floc’h en majesté

3 octobre 2020 1 commentaire
  • Hier soir ont été inaugurées les 13e Rencontres Chaland de Nérac, une sorte de rendez-vous des amoureux de la Ligne claire dans les terres d’origine d’Yves Chaland. Covid oblige, cela s’est fait en petit comité dans la Médiathèque Yves Chaland avec une assemblée masquée. La manifestation elle-même, dispersée en ville dans une zone verte, préserve toutes les possibilités de distanciation sociale.

Que Floc’h soit l’invité d’honneur des Rencontres Chaland, cela n’étonnera personne. Avec Swarte, Ted Benoît, Ever Meulen, Serge Clerc et Yves Chaland, il est l’une des figures fondatrices du mouvement de la Ligne claire initiée à la fin des années 1970. Mieux : il en incarne, avec Tardi sans doute, la branche jacobsienne. Avec ce petit truc en plus : il instille dans la bande dessinée les codes du Nouveau Roman alors même que le Roman Graphique est en train de naître. Sa démarche esthétique enfin, où l’on retrouve les reflets de l’art moderne de son siècle, de Matisse à Yves Klein, de Liechtenstein à Calder.

Rencontres Chaland 2020 : Floc'h en majesté
Isabelle Chaland-Beaumenay. Depuis 13 ans, elle conduit les Rencontres Chaland de Nérac.
Photo : Cédric Munsch

Entre le dessinateur de Bob Fish et celui du Rendez-vous de Sevenoaks, une véritable complicité s’était installée en même temps qu’une estime réciproque. Mieux : un dialogue sur le travail déconstructif de ces deux figures de la Ligne claire, entre le « populaire » que cultivait le Néracais et la démarche « Pop Art » du second. Au point qu’ils ont réalisé des œuvres à quatre mains, comme une section de l’expo Floc’h à la Galerie des Tanneries ne manque pas de le rappeler.

Nicolas Lacombe, maire de Nérac, hier soir.
Photo : Cédric Munsch

La vraie question était : pourquoi Floc’h maintenant, pourquoi si tard ? Ce n’est pas faute de l’avoir sollicité, ce qu’Isabelle Beaumenay-Chaland, l’âme de ces Rencontres, n’avait jamais manqué de faire. Il a fallu que Floc’h vienne s’établir à Biarritz, à deux heures en voiture de Nérac en longeant les Landes, pour qu’il se décide, lui qui d’ordinaire fuit les festivals. L’amitié pour Yves Chaland a fait le reste. Reçu par le maire Nicolas Lacombe, l’invité d’honneur de l’édition 2020, le dessinateur a ironisé sur la rareté de sa production : « En près de 40 ans, le paresseux que je suis a produit une trentaine de livres disait-il hier soir. Combien Chaland en aurait-il fait, lui qui était étonnamment productif, s’il avait vécu jusqu’à aujourd’hui ?  » Décédé en 1990 à l’âge de 33 ans, Yves Chaland avait une puissance de travail hors du commun dont la qualité nous parle encore de nos jours.

Aujourd’hui à 10h30, Floc’h inaugure son expo à la Galerie des Tanneries, tandis que Laureline Mattiussi sera au centre d’un spectacle musical sur Jean Cocteau dont elle vient de réaliser le biopic en bande dessinée chez Casterman. Nous y serons et nous ne manquerons pas de vous raconter la chose.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :