René Goscinny : le corpus critique s’étend

  • Ce mois-ci, et ce n’est pas un hasard (une expo « René Goscinny : scénariste, quel métier ! » était programmée fin janvier au FIBD), deux études très documentées signées Clément Lemoine paraissent aux éditions La Déviation. Elles s’intéressent au scénariste d’Astérix, de Lucky Luke, du Petit Nicolas et d’Iznogoud : une nouvelle édition de « Versions originales – Interprètes et traducteurs dans l’œuvre de René Goscinny » qui se penche sur l’image de l’interprète dans l’œuvre de celui qui, parlant couramment le français, l’anglais et l’espagnol et ayant vécu en Argentine, puis à New York et enfin en France était un véritable « citoyen du monde ». Le deuxième ouvrage s’intéresse précisément à la présence de René Goscinny à New York City. Deux travaux érudits et remarquables. Constatons-le : il n’est pas désormais une saison qui se passe sans que le grand scénariste soit mis en avant avec, à chaque fois, des trésors de découvertes.

Qu’est-ce qui fait la « fortune critique » d’un auteur ? Le plus souvent, il faut bien en convenir, la facilité. Longtemps, la fortune critique de Tintin et de l’œuvre d’Hergé était due au fait que c’était la seule BD connue de tous. Si l’on voulait soutenir une thèse sur la bande dessinée dans les domaines, par exemple, de la sémiologie ou de la sociologie (deux champs qui ont longtemps tenu le haut du pavé), il valait mieux -surtout dans les milieux universitaires- ne s’intéresser qu’à Tintin car c’était le seul héros connu des examinateurs.

Même effet en librairie : un ouvrage sur Tintin recueille jusqu’à aujourd’hui (on vous en reparlera dans quelques jours) le minimum requis de fidèles collectionneurs qui permet que la publication d’un livre atteigne son seuil de rentabilité. Une étude sur Macherot, sur Vaughn Bodé, sur JC Menu ou sur Mandryka, au hasard, aurait moins de chances d’atteindre rapidement ce que les éditeurs appellent « le point mort ». D’où un corpus pour Hergé de plusieurs centaines de publications de référence, bien loin devant les Uderzo, Goscinny, Franquin, Peyo, Morris, Jacobs ou Moebius dont les noms ont durablement marqué l’histoire du 9e art.

L’intérêt ravivé pour Goscinny a été initié depuis les années 2000 par des passionnés comme l’éditeur de La Déviation, Michel Lebailly. Aujourd’hui, il doit beaucoup à l’activisme d’Anne Goscinny, la fille du scénariste, et de l’Institut René Goscinny, fondé en 2015, qui en détient les archives.

Car tout travail d’histoire s’appuie d’abord sur des documents, puis sur une analyse du contexte, enfin sur la thèse du chercheur. Le reproche que j’ai longtemps fait aux premiers « historiens » de la bande dessinée était -réflexe de collectionneur- de ne s’intéresser à l’objet bande dessinée qu’avec une nostalgie par trop exagérée, ce qui a fait que les premières études sur la bande dessinée des années 1960 ne s’intéressaient qu’aux publications d’avant-guerre, soit au travers du prisme d’une discipline étriquée et quelquefois mal digérée, comme la sémiologie par exemple.

Heureusement, quelques personnalités, comme l’historien (et désormais académicien) Pascal Ory, ont fait un travail d’ « histoire culturelle », ont permis de replacer la bande dessinée dans son contexte historique global et de rechercher des archives plus élargies que le simple corpus de l’auteur.

Désormais, on ne peut plus évoquer Caran d’Ache sans son antisémitisme militant, ni Hugo Pratt sans ses passés éthiopien et argentin. Il n’est donc pas un hasard que Pascal Ory soit l’auteur de la meilleure biographie de référence sur le scénariste, et de la préface qui introduit Goscinny à New York. Avec toujours la même intelligence : il souligne ainsi l’ironie de l’apport de Goscinny à la bande dessinée française, celle d’administrer une « leçon américaine » à la jeune génération issue de l’hebdomadaire Pilote, non sans remarquer que c’est par un certain anti-américanisme que cette nouvelle vague s’émancipera de la « tutelle du père  »…

Goscinny l’Américain

Clément Lemoine a retenu la leçon de Pascal Ory et ce sont sur les documents que s’appuie son ouvrage. Quoi donc qui soit inédit ? Eh bien, jusqu’à présent on s’était penché sur le judaïsme de René Goscinny, mais que savait-on exactement des sept années qu’il avait passées à New-York, où il rencontra Jijé et Morris dont il devint le scénariste, mais aussi la bande à Harvey Kurtzman, les créateurs de Mad Magazine qui influencèrent directement l’équipe du Journal de Pilote dans les années 1970 ? À part les petites anecdotes rebattues d’interview en interview, pas grand-chose.

Clément Lemoine s’est intéressé sur son activité à New York, semaine après semaine, à partir du moment où le 17 octobre 1945, à la suite du décès de son père à la Noël de 1943, sa famille est jetée dans le chaos de l’existence sans savoir ce que l’avenir leur réserverait. Il s’appuie sur les nombreux allers-retours que Goscinny fait entre la France et l’Amérique et qui laissent de très précieux renseignements dans les fichiers -jusqu’ici inexplorés- de l’immigration américaine. Il suffisait d’y penser : ces documents sont désormais en ligne.

René Goscinny : le corpus critique s'étend

On y suit pas à pas sa tentative de publier des dessins dans le New Yorker, son intégration dans le studio de Charles William Harvey où il rencontre Harvey Kurtzman, sa rencontre avec Jijé et Morris en 1949, ses premières publications pour enfants aux USA, enfin son arrivée à Paris en 1951 à la World’s Press où il rencontre Jean-Michel Charlier et Albert Uderzo et ses allers-retours en mission pour la World’s dans la Grosse Pomme, où il réside 18 mois sur les 50 qu’il passera à travailler pour l’agence de Georges Troisfontaines.

« …d’Amérique, écrit Clément Lemoine, il ramène l’ironie de Benchley, les héros dérisoires de Thurber, le goût de la chute d’O. Henry, l’absurdité de Tex Avery, la parodie rythmée de Kurtzman » ouvrant la voie à un humour nouveau. Ajoutons à cela que si l’arrivée de Goscinny au métier de la bande dessinée en Europe passe par la Belgique, c’est parce que ce pays est ouvert, davantage que la France, à la culture américaine dans l’immédiat après-guerre.

« Traduttore, traditore »

Cette célèbre paronomase s’applique au deuxième ouvrage de Clément Lemoine paru ce mois-ci chez le même éditeur. Il part d’un constat : Goscinny jouait avec les langues : « D’un bout à l’autre de sa carrière, fait-il remarquer, il n’a cessé de mettre en scène des différences de langue, de langage, des traductions impossibles, ce que Thierry Bazillon a appelé l’esthétique de l’incompréhension… »

Lemoine a repéré dans l’œuvre de Goscinny 83 de ces «  traducteurs, interprètes en titre, interprètes espérés, intermédiaires linguistiques. » On se souvient des nationalités dans la scène du recrutement d’Astérix légionnaire, d’Hubert de la Pâte feuilletée dans Oumpah-Pah, de l’interprète du Grand Duc dans Lucky Luke, de Proscuitto dans Spaghetti à Paris ou de Lazlo Zoltz dans les Dingodossiers

Chez Goscinny, l’image de l’étranger n’est jamais offensante.
Astérix Légionnaire - Dessin : Albert Uderzo, scénario :René Goscinny - © Éditions Albert-René

Et effectivement, chez Goscinny l’humour est toujours teinté d’autodérision. Lui qui avait une grande affection pour les imbéciles heureux, savait très bien que lorsque l’on se trouve en terre étrangère, a fortiori quand on est un immigré, on a la sensation de tomber immanquablement dans cette catégorie. N’écrivait-il pas lui-même en évoquant les nombreuses années où il a vécu hors de France : « J’aime beaucoup les étrangers : j’ai longtemps été étranger moi-même !  » ? Autodérision, toujours.

(par Didier Pasamonik (L'Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

- Acheter "Goscinny à New York" chez Cultura - Ed. La Déviation - 248 pp. 20€ - Parution le 20 janvier 2022.

- Acheter "Versions originales - Interprètes et traducteurs dans l’œuvre de René Goscinny" chez Cultura Ed. La Déviation - 126 pp. 12 €. Parution le 20 janvier 2022.

LIRE AUSSI SUR ACTUABD.COM :

- Angoulême 2022 : Les scénaristes contre-attaquent

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • René Goscinny : le corpus critique s’étend
    4 janvier 17:05, par Lebailly

    Merci Didier d’avoir signalé ces deux beaux ouvrages de Clément Lemoine.
    Je voulais juste préciser que la date de sortie était certes liée au festival d’Angoulême mais surtout aux délais de réponse du CNL qui a bien voulu soutenir l’ouvrage et aux contraintes de notre diffuseur mais en aucune façon à l’expo "Scénariste, quel métier !" dont je n’ai appris l’existence que tardivement, bien après la programmation de "Goscinny à New York".
    (Et par ailleurs mon nom c’est Lebailly et non Bailly…)
    Tous mes voeux pour 2022 !

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 4 janvier à  17:20 :

      Disons alors que le hasard fait bien les choses. (Et oui, pardon, c’est corrigé, on ne se relit jamais assez).

      Répondre à ce message

  • René Goscinny : le corpus critique s’étend
    5 janvier 16:45, par bearboz

    C’est vraiment une piste intéressante, le rapport in between de René Goscinny (matin, quel génie). Et je me souviens que David Bellos, traducteur et biographe de Perec, dans un ouvrage théorique sur la traduction, notait que de toutes les traductions, celle de bande dessinée était la plus compliquée. Son seul exemple dans le livre : Astérix chez les Bretons, et l’utilisation décalée des anglicismes par René Goscinny...

    Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD