Résistances T2 : Le Vent mauvais – Par C. Plumail & J-C. Derrien – Le Lombard

24 juillet 2011 4
  • La France sous l’Occupation est au menu de cette bande dessinée qui détaille le courage de ceux qui ont su organiser une résistance en dépit de l’esprit de résignation instillé par Vichy. Une approche didactique qui ne s’écarte pas des clichés.

Nous sommes sous l’Occupation. Le pouvoir nazi étend sa domination sur la moitié de la France tandis qu’un gouvernement fantoche installé dans l’autre moitié tente de la « reconstruire » sur le mode de l’ordre nouveau, prétendant « protéger » la France contre les troubles du monde.

Sonia et Louis sont le couple qui incarne la Résistance. La première est juive communiste et est infiltrée auprès d’un commandant nazi. Ce point de vue permet de détailler la mise en place par l’occupant de sa politique de discrimination des Juifs, prélude à la « Solution finale » ; le second est infiltré quant à lui en « Zone libre » en mission de renseignement auprès du gouvernement de Vichy.

Didactique, cette bande dessinée l’est par la qualité des faits historiques énoncés, de même que par la précision des dessins soutenus par une documentation sans faille. Le dessin de Plumail est impeccable et très bien incarné par les couleurs de Scarlett.

Mais cet album a les défauts de ses qualités : par son attachement par trop servile au corpus historique, il ne se dégage pas de chromos et de thèmes cent fois rebattus que l’on a pu voir, avec parfois plus d’authenticité, dans Opération Vent printanier de Wachs & Richelle (Casterman) ou dans Un Sac de billes de Joffo, Kris & Bailly (Futuropolis).

Malgré l’indéniable talent de ses auteurs, écrasé par son sujet, ce double album n’a ni l’empathie séduisante du Vol du corbeau de Gibrat (Dupuis), ni l’ambiguïté critique mais ô combien fertile d’Il était une fois en France de Vallée & Nury (Glénat).

Résistances T2 : Le Vent mauvais – Par C. Plumail & J-C. Derrien – Le Lombard
Résistances T2 : Le Vent mauvais – Par C. Plumail & J-C. Derrien
(c) Le Lombard

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet ouvrage sur Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • Ils ont la tête vachement large les personnages, vous êtes sûrs de la taille de la page ? On dirait une image 3/4 dans une TV 19/9...

    Répondre à ce message

    • Répondu par carlito le 24 juillet 2011 à  17:31 :

      Je suppose qu’encore une fois, comme trop souvent, on ne va pas beaucoup parler du génocide tsigane... génocide non reconnu par beaucoup d’état encore aujourd’hui, hélas...

      Je n’ai pas lu l’album, et je souhaite me tromper.

      Répondre à ce message

    • Répondu par Erik A. le 24 juillet 2011 à  18:34 :

      J’aime bien le dessin de Claude, croisé il y a des années, très Juillard évidemment... Il semble que ce soit la ruée sur des séries se passant pendant la seconde guerre mondiale, je le crains (d’ailleurs, moi-même... enfin bref) pour suivre le bon exemple de Vallée et Nury. Mais comme ce fut le cas pour le XVIIIeme siècle des séries Vécu d’antan, pas de place pour tout le monde.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Jean Christophe DERRIEN le 26 juillet 2011 à  10:17 :

        C’est pareil pour les séries sur le poker, mon cher Erik. Et j’ai signé RESISTANCES quelques mois avant la sortie du premier tome d’IL ETAIT UNE FOIS EN FRANCE. Si je peux citer une de mes influences, c’est bien plutôt AMOURS FRAGILES dont le premier tome est sorti il y a des années.

        Répondre à ce message