Rétrospective : 2019 à Néo-Tokyo

11 janvier 2020 0 commentaire
  • Comme chaque année, au gré des sorties, expositions et autres actualités, des franchises s’essoufflent tandis que d’autres prennent le relais. Des nouveautés tentent d’exister alors même que certaines œuvres majeures assoient leurs dominations culturelles mondiales. Dans ce contexte, qui est encore en mesure de douter, à l’orée 2020, de l’appartenance d’Akira à ces dernières ?

2019 fut une année éminemment importante pour l’univers post-apocalyptique de Katsuhiro Ōtomo. D’un point de vue fictionnel, l’an 2019 marque le départ des aventures de Kaneda, Tetsuo et leur gang de motards dans les bas-fonds de Néo-Tokyo. Dans notre réalité, un vent d’air frais a soufflé sur Akira. Entre rééditions, parutions hommages, annonces, ou plus récemment exhumation vidéoludique, les fans ont de quoi se sentir déboussolés. Profitons de ce début d’année pour remettre tout en ordre, c’est parti !

Rétrospective : 2019 à Néo-Tokyo
Couverture Rockyrama hors-série dédié à Akira

Alors que nous nous languissions de l’arrivée du 5e tome de la réédition originale en noir et blanc et sens de lecture japonais de Glénat, Rockyrama nous gratifiait d’un superbe hors-série consacré au chef-d’œuvre de Katsuhiro Ōtomo. Des origines du manga, aux influences de son auteur, en passant par le contexte de parution et la critique portée, la série de manga est décortiquée au fil d’articles éclairés, rudement bien illustrés. Ces papiers sont entrecoupés d’interviews captivantes de Yann West Lawrence, rédacteur en chef historique du magazine AnimeLand et Sylvain Despretz, storyboarder des plus grands réalisateurs hollywoodiens et co-disciple de Moebius.

Au printemps, les parutions des tome 5 et 6 ont clôturé l’entreprise patrimoniale menée par Glénat, récompensée par le Daruma du Patrimoine à la Japan Expo 2019. Au lancement de cette réédition en 2016, nous n’hésitions pas à vous parler de version "Ultime" ! Si Jacques Glénat n’a pas réellement ramené Akira de son premier voyage au Japon, il aura toutefois offert l‘écrin mérité au chef-d’œuvre du 42e Grand Prix d’Angoulême. Le public français avait jusque-là dû se contenter de fascicules couleurs réalisés à partir de matériaux américains colorisés par Steve Oliff.

L’automne fut synonyme du retour des éditions Ynnis, éditrice des magazines Rockyrama et Animeland. L’organe d’édition commanda à la journaliste et passionnée de science-fiction Stéphanie Chaptal un nouveau mook. Bien que sentant le réchauffé sous certains aspects, Hommage à Akira, héritage de l’apocalypse a la vertu de compléter le hors-série Rockyrama paru plus tôt dans l’année avec l’interview de Steve Oliff, coloriste de Akira pour Marvel et véritable pionnier de la discipline. On y apprend notamment la façon dont le travail éditorial s’est articulé entre l’artiste états-uniens et son homologue japonais.

Couverture de "Hommage à Akira" par Stéphanie Chaptal

Les éditions Ynnis ne sont toutefois pas les seules à s’être saisie du filon puisque durant la même période, les éditions Third, spécialisées dans l’édition de livres ayant trait à la pop culture, présentaient Le Choc Akira par Rémi Lopez, journaliste-auteur spécialiste du jeu vidéo et de la culture nippone. La couverture de l’ouvrage a été réalisée par l’un des membres du Label 619, Guillaume Singelin ! Ce dernier avait auparavant contribué à l’ouvrage Tribute to Otomo, paru en 2017 qui réunissait, à l’occasion du Festival d’Angoulême, près de 80 hommages illustrés.

"Le Choc Akira" par Rémi Lopez - Couverture par Guillaume Singelin

Les parutions entourant l’univers d’Akira ont donc rythmé une année 2019 qui ne fut pas non plus avare en annonces - pour certaines plus agréables que d’autres - avec notamment la résurgence d’un fantôme que beaucoup préféreraient oublier : le projet d’adaptation hollywoodien en live-action de l’œuvre culte !

Un temps tombé aux oubliettes, ce projet auquel personne n’ose plus donner d’âge a été relancé en avril avec l’annonce de la reprise de la production par Léonardo Di Caprio et la présence à la réalisation du désormais consacré Taika Waititi. C’était malheureusement sans compter sur la confirmation du réalisateur néo-zélandais à la tête du prochain opus de Thor, Thor : Love & Thunder. Ainsi, comme nous l’écrivions en décembre dernier : "Annoncé pour mai 2021, le film a purement et simplement disparu du planning de Warner Bros., remplacé par le quatrième volet de la saga Matrix.", entraînant donc le report du projet d’adaptation à une date indéfinie. OUF !

Alors que le feuilleton hollywoodien battait son plein, l’ami du regretté Moebius s’est fendu d’une apparition détonante à l’Anime Expo de Los Angeles, faisant part de ses projets futurs. Si le long-métrage d’animation Orbital Era, introduit par un trailer envoûtant en a fait baver plus d’un, l’orfèvre du cyberpunk nous réservait bien d’autres surprises : remastering en 4K du film d’animation de 1988 (printemps 2020), production d’une série adaptant l’entièreté du manga avec Ōtomo lui-même aux commandes, et enfin la publication d’une anthologie regroupant chronologiquement tous les travaux du maître depuis 1971. Si les dates de parution de ces différents projets n’ont pas encore été communiquées, nous vous invitons à rester attentifs, des précisions devraient voir le jour en ce début de décennie.

Extrait du prototype Akira pour Mega Drive

La dernière news de l’année tient quant à elle du domaine de l’archéologie vidéoludique. À l’occasion de Noël dernier, le site Hidden Palace [1] a fait une surprise de taille à sa communauté : un prototype de jeu vidéo Akira conçu pour la Mega Drive de Sega. Initié en 1993, le projet prévoyait différents type de gameplay, du platformer classique au brutal beat them all en passant par le tout jeune FPS, popularisé l’année précédente par la sortie de Wolfenstein, et sur différents types de plateformes.

Le jeu a malheureusement fait les frais de décisions d’entreprises : fusion, orientation du développement vers d’autres projets, etc. Nous vous invitons à retrouver l’histoire chaotique du développement du jeu Akira dans le superbe article accompagnant le cadeau de Hidden Palace. Hidden Palace offre également aux amateurs de retrogaming et fans les plus curieux une plongée au cœur du Néo-Tokyo imaginé par les développeurs en téléchargeant (légalement) le prototype du jeu !

Pour conclure cette rétrospective 2019 consacrée à Akira et Katsuhiro Ōtomo, nous vous proposons de découvrir une vidéo présentant les différentes phases de gameplay qu’aurait pu proposer le jeu de Black Pearl software et THQ Inc.

(par Thomas FIGUERES)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

[1Une communauté réunie autour d’un soucis commun de préservation de l’Histoire du jeu vidéo.

  Un commentaire ?