Riad Sattouf, adoubé par le cinéma !

28 février 2010 2 commentaires
  • C’est sans nul doute une première dans la bande dessinée et dans le cinéma, dans cette période où les passerelles entre les deux genres se font de plus en plus récurrentes, {{Riad Sattouf}} a reçu à quelques semaines d'intervalle le [Fauve d’Or (Prix du meilleur album 2009 à Angoulême)->http://www.actuabd.com/Angouleme-2010-Le-palmares-scelle] pour [le troisième tome de {Pascal Brutal}->http://www.actuabd.com/Pascal-Brutal-le-futur-sera-muscle] et se retrouve aujourd’hui « couronné » par le cinéma en recevant le César du premier film pour « {Les Beaux Gosses} ».

Les Beaux Gosses du cinéma français étaient sur la scène du Théâtre du Chatelet hier soir. Le film de Riad Sattouf était nominé trois fois. Certes Le Prophète d’Audiard est reparti avec neufs compressions de César et Gérard Depardieu et Isabelle Adjani ont fait chavirer la salle sous l’émotion, mais le film de Riad, un ingénu qui il y a un an encore n’était qu’un auteur de bandes dessinées peu connu du grand public, était pressenti pour trois César, dont celui de Meilleur premier film.

C’est finalement le réalisateur qui a été récompensé et non les acteurs, le talentueux Vincent Lacoste, l’un des deux « Beaux Gosses » de la comédie qui frise le million d’entrées et Noémie Lvovsky, la charismatique maman de l’un des deux ados.

Riad, recevant le prix, regardait d’un air fier et étonné la compression de César pendant que Anne-Dominique Toussaint, la productrice du film, tenait le crachoir.

Il a ensuite pris la parole en n’hésitant pas une seule seconde à dire que son « premier métier était la BD » et il raconta qu’il avait rencontré pour le film des producteurs qui lui ont fait peur. La seule qui ne lui a pas fait cette impression était la productrice du film.

Visiblement ému mais pas au point d’épancher ses larmes comme Isabelle Adjani, sacrée meilleure actrice de cette année, il a remercié tous les jeunes acteurs du film dont Vincent Lacoste et, d’une manière très délicate, Noémie Lvovsky qu’il classait dans la même catégorie. La nomination de ces deux acteurs ayant été déçue, Riad Sattouf avait voulu partager son prix avec eux.

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Photo : (c) N. Anspach

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • Riad Sattouf, adoubé par le cinéma !
    28 février 2010 12:11, par joel

    pour ceux qui suivent Kaamelott, adoubé ça veut rien dire ! faudrait dire : chevalierisa !tion

    Répondre à ce message

    • Répondu par la plume occulte le 1er mars 2010 à  12:13 :

      Non non adoubé veut bien dire ça:J’ai su m’introduire dans les bons réseaux ce qui me donne le droit à ma part du gâteau, parce que sans ça...!!Vu que l’argument nouveau ne tient pas une seconde dans l’expression nouvelle bd,c’est là qu’il faut voir la véritable innovation de ces grands artistes là.

      Répondre à ce message