Rick & Morty T. 7 - Par C. J. Cannon, Kyle Starks et Marc Ellerby - HiComics

5 mars 2020 0 commentaire
  • Des dinosaures, des aliens pervers obsédés par les anus, un tueur psychopathe... Encore une fois, le quotidien de la famille Smith n'est pas de tout repos dans ce septième volume qui en profite pour faire la part belle à Summer, petite-fille de Rick et grande sœur de Morty, qui connait ici des développements plutôt intéressants.

À l’image du tome précédent, ce septième volume de Rick & Morty opte pour une suite d’épisodes indépendants, chacun permettant d’explorer un concept différent. Le scénariste Kyle Starks, fidèle au poste depuis le quatrième album de la série, continue sur sa lancée et maîtrise de mieux en mieux les personnages créés par Dan Harmon et Justin Roiland, nous offrant quelques savoureux dialogues entre les membres de la famille Smith, à la fois cruels et cyniques.

L’un des épisodes les plus marquants de ce tome est « Mésozorick Park » pastiche d’un célèbre film de Steven Spielberg datant de 1993. Il y a une vingtaine d’années, Rick, grand-père de Morty et Summer, a construit un parc d’attraction peuplé de dinosaures. Mais les choses n’avaient - logiquement - pas très bien tourné et le parc est aujourd’hui une ruine à la merci des terribles lézards.

Rick & Morty T. 7 - Par C. J. Cannon, Kyle Starks et Marc Ellerby - HiComics
"Vous un avec un Tyrannosaure ?"

Alors qu’il fait aujourd’hui visiter le parc à ses petits-enfants, Rick découvre que la plus terrible menace qui rôde dans les allées du parc ne prend pas la forme des créatures préhistoriques, mais de trois membres du personnel qu’il a abandonnés il y a plusieurs années : un scientifique d’origine asiatique, un informaticien afro-américain et un chasseur caucasien, toute ressemblance avec les personnages d’un film culte des années 1990 n’étant bien évidemment pas du tout fortuite.

Un épisode sympathique qui se permet de détourner quelques scènes du film de Spielberg et de rétablir quelques vérités scientifiques à propos des libertés prises par le long-métrage.

Nous retrouvons ensuite dans cet ouvrage les pérégrinations d’un tueur psychopathe qui ne vit que pour le meurtre, tandis que sur le retour des vacances la famille Smith se dispute encore une fois avant d’être obligée de s’unir pour affronter des aliens obsédés par les rectums. Enfin, Rick s’amuse à échanger les corps des membres de sa famille entre-eux.

Summer en force !

Mais nous retiendrons surtout deux épisodes centrés sur Summer. Dans le premier, elle tombe amoureuse d’une voiture programmée pour la flatter et satisfaire tous ses désirs, l’enfermant ainsi dans une illusion narcissique qui rappelle à bien des égards certaines technologies actuelles. Dans une seconde aventure, la jeune adolescente découvre un univers alternatif où elle est une jeune femme populaire et épanouie qui s’assume et se révèle être homosexuelle. Cette sorte de révélation fait se poser de nombreuses questions à notre Summer sur son existence, ses aspirations et son bien-être : s’assume-t-elle vraiment ou est-elle formatée par son environnement et les normes sociales ?

Un tome réussi qui vous apportera votre dose d’introspection, de cynisme et de nihilisme en attendant les prochaines aventures de cette famille dysfonctionnelle.

"Welcome to Mesozorick Park"

(par Vincent SAVI)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Rick & Morty T.7 - Kyle Starks, Tini Howard, Pamela Ribon & Magdalene Visaggio (scénario) - CJ Cannon, Marc Ellerby, Kyle Starks & Erica Hayes (dessin) - Katy Farina, Allison Strejlau, Marc Ellerby & Sarah Stern (couleurs) - KGBEN (traduction) - cartonné - 128 pages - HiComics - 15,90 € - sortie 19 février 2020

Contenu vo : Rick & Morty, volume seven publié aux U.S.A. par Oni Press

Illustrations : © Adult Swim

  Un commentaire ?