Rock & Stone T2/2 - Par Nicolas Jean & Yann Valeani - Delcourt

15 septembre 2016 0 commentaire
  • La fin de ce périple entre humain et robot nous emmène vers une thématique messianique. Un scénario moins vaillant mais un graphisme toujours aussi étincelant.

La guerre en 2215, c’est une armée de robots face aux survivants du genre humain. Stan, ado débrouillard et téméraire, résiste dans son coin, jusqu’à l’arrivée de Rocky, un robot solidement équipé, qui s’avère commandé par un proche, voire un très proche.. Tous deux font chemin commun, et leur ambition grandit : sauver les hommes...

Le deuxième opus du diptyque de Nicolas Jean met en scène un retournement des forces : le jeune Stan prend les commandes, tel un pygmalion menant le combat. Durant ce passage de témoin, les difficultés s’amoncellent, et l’adversaire - toujours contrôlé par une intelligence artificielle [1] avance avec toujours plus de moyens. Une situation périlleuse, d’autant plus que les rares êtres humains valides ne se précipitent pas pour rejoindre Stan et son valeureux Rocky.

Rock & Stone T2/2 - Par Nicolas Jean & Yann Valeani - Delcourt
© Delcourt 2016

Suite et fin de Rock & Stone, avec une trame plutôt classique où la solidité des liens familiaux mène à la résistance la plus acharnée, jusqu’à un espoir de monde nouveau, tel un arche de Noé qui aurait trouvé ses fondateurs. Les auteurs ont choisi un certain nombre de flash-back pour enrichir le personnage de Daniel, donnant plus de variété aux scènes, mais aussi moins de rythme. Les décors cohérents de Yann Valeani et les nombreuses machines qui défilent au long des planches emportent tout de même le morceau, avec un beau final généreux, hommage à la vie.

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander l’album sur Amazon.fr ou sur FNAC.com

lire la chronique du tome 1

[1du nom de Iahvé, référence biblique s’il en est, d’autant plus épicée que le vétéran de notre histoire porte le nom plutôt typé lui aussi de Daniel Gelbstein...

  Un commentaire ?