Rock Strips : Come Back - Collectif (Dir : Vincent Brunner) - Flammarion

22 octobre 2011 4
  • Deux ans après, le retour ! Avec encore plus de liberté que dans le premier volume, Vincent Brunner propose un florilège de courtes BD autour de quelques mythes du Rock d'hier et d'aujourd'hui, tout en s'autorisant des écarts vers les genres proches...

Le sommaire de ce Come Back pourrait figurer dans un dico du rock, une anthologie des créateurs de musique populaire, ou encore un inventaire libre de l’esprit Rock au vingtième siècle.

Comme un voyage dans l’histoire de la musique binaire, les histoires courtes de ce recueil vont de Johnny Cash, Jerry Lee Lewis et Bob Dylan à Queens of the Stone Age et The Libertines.

Le rock nerveux a droit à sa part avec des récits consacrés aux Smashing Pumpkins, à Motley Crue, Sonic Youth, The Dead Kennedys... Un loser sublime comme Alex Chilton côtoie Funkadelic, The Doors et le Suicide d’Alan Vega.

Au milieu des strips se faufilent les portraits aux noirs subtilement dégradés de Loustal : Roy Orbison, Alice Cooper, les Cramps, Tom Waits, Roxy Music. Pas de scénario, juste un court texte pour ceux-là.

Évidemment, les présences de Bashung, Areski & Fontaine, Gainsbourg ou même Marianne Faithfull amèneront critiques et reproches de hors sujet. Mais, en France, depuis la nuit des temps, les frontières sont comme partout une cause d’affrontement sévère.

On retiendra de ce recueil -organisé comme le volume 1, et toujours en noir et blanc- une grande versatilité. Sans oublier le bel enthousiasme de Brunner qui se fend de conseils et de repères discographiques pour chaque artiste.

Mention spéciale au King Crimson de Frederik Peeters, tout à fait dans l’esprit exigeant et élitiste de Robert Fripp, à la charge sauvage de Charb contre les Hair métalleux de Motley Crue et à l’étonnante allégorie de Debeurme autour de Queens of the Stone Age.

Plusieurs auteurs évoquent des souvenirs personnels liés au groupe choisi. Menu, pour (The Who) évidemment, mais aussi Duchazeau pour (Mano Negra) et Paringaux pour (Gainsbourg)...

Au bout du compte, encore et toujours une belle déclaration d’amour au Rock’n’roll, son esprit, ses génies et ses caricatures...

Sommaire :
Roy Orbison Loustal

Jerry Lee Lewis Blexbolex

Johnny Cash Winshluss

Serge Gainsbourg Catel & Paringaux

Bob Dylan Drangiag & Brunner

Marianne Faithfull Anne Simon

The Who Jean-Christophe Menu

Alice Cooper Loustal

The Doors Prosperi Buri

Curtis Mayfield Bertoyas

The Velvet Underground Nine Antico

Funkadelic Luz

Areski & Fontaine Charles Berberian & Benoît Mouchart

Roxy Music Loustal

Bob Marley Mathieu Sapin

Alex Chilton Killoffer

Bashung Philippe Dupuy

Suicide Loustal

King Crimson Frederik Peeters

Kraftwerk Chaumaz

Sonic Youth Frédéric Rébéna

Dead Kennedys Sébastien Lumineau

Mötley Crüe Charb

The Cramps Loustal

Mano Negra Frantz Duchazeau

The Smashing Pumpkins Florence Dupré la Tour

Björk Singeon

The Libertines Ruppert & Mulot

Queens of the Stone Age Ludovic Debeurme

Tom Waits Loustal

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • en dehors des choix de Loustal et Killoffer le reste est hyper convenu non ?

    Répondre à ce message

    • Répondu le 22 octobre 2011 à  15:22 :

      C’est surtout le choix des dessinateurs qui est très convenu : le middle-branchouille années 90/2000 dans le milieu alternatif... Rien de super excitant, ni innovant.
      On pourrait appeler ce genre "le collectif catalogue".
      On prend les mêmes et on recommence. Et on recommence.
      Et on recommence...

      Répondre à ce message

      • Répondu par Oncle Francois le 22 octobre 2011 à  21:17 :

        Bien d’accord avec vous sur le style des "hauteurs" retenus, assez peu élevé en somme. Mais ce livre porte sur un courant musical mythique au cours des années soixante et après, donc il peut éveiller l’intèret des nostalgiques d’une époque où il était bon de porter chemise blanche et cravate noire, tout en pratiquant une danse sexuée, rythmée et propice aux rencontres. Vous preferez peut-être le rap ou la techno, ou les chanteurs issus de la Star’Ac ? Pas moi, et j’apprécie cette tentative de ré-habilitation d’auteurs compositeurs showmen méritoires !

        Répondre à ce message

        • Répondu le 23 octobre 2011 à  00:36 :

          Il y a autre chose à faire sur le rock, avec un peu d’imagination et de pertinence éditoriale.
          Et puis faire illustrer tout ça par les "Dick Rivers" de la bd francophone, c’est un peu ridicule.

          Répondre à ce message