Rohan au Louvre – Par Hirohiko Araki – Futuropolis / Musée du Louvre Editions

17 mai 2010 1 commentaire
  • Le Musée du Louvre a donné carte blanche à un mangaka pour réaliser une histoire originale. Le résultat ne dépasse pas la carte postale cyber punk, sans grand intérêt.
Rohan au Louvre – Par Hirohiko Araki – Futuropolis / Musée du Louvre Editions
Un extrait de "Rohan au Louvre"
© Araki - Shueisha - Futuropolis - Musée du Louvre Editions

Hirohiko Araki est le créateur de la série shonen Jojo’s Bizarre Adventure qui lui vaut la célébrité en Asie. En Europe, Jojo’s n’a jamais suscité qu’un enthousiasme modéré. Toutefois, l’auteur japonais a eu l’honneur d’intégrer la prestigieuse collection des bandes dessinées du Louvre. Celle qui a vu paraître quelques merveilles comme Période Glaciaire de Nicolas de Crécy, ou Les Sous-sols du révolu de Marc-Antoine Mathieu.

L’idée de proposer à un mangaka de se pencher sur le musée était séduisante. Hélas, Rohan au Louvre est une énorme déception. L’intrigue d’Araki est cousue de fil blanc. Le thriller fantastique qu’il entendait proposer manque de densité, et apparaît terriblement naïf. Des attributs grotesques du héros (un mangaka en pèlerinage au Louvre), aux scènes de violence gratuites, Rohan au Louvre cristallise tous les clichés qui ont longtemps tenus la bande dessinée japonaise éloignée des lecteurs européens. Un ouvrage qui ne rend service ni au Musée, ni aux manga.

(par Morgan Di Salvia)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre sur Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
1 Message :