Newsletter ActuaBD

Romain Renard : « Il fallait installer la lenteur, case après case. »

  • Romain Renard adapte un polar glacé de Daniel Woodrell, ancré dans l’Amérique profonde. Pour préparer la réalisation d’« Un Hiver de glace », il a sillonné les montagnes Ozark et revient pour nous sur cette expérience.

L’album « Un Hiver de glace » était annoncé pour le printemps 2010, pourquoi arrive-t-il avec un an de retard ?

Et bien, c’est parce que nous avons eu un petit soucis avec l’agent de Daniel Woodrell. Il a fait une volte-face assez frileuse concernant les droits d’adaptation, alors que mon travail était déjà largement entamé. Le fait qu’il y avait une adaptation cinématographique en cours (A Winter’s Bone réalisé par Debra Granik en 2010), a dû peser dans la balance. Heureusement, Casterman a été comme un pitbull sur une jambe d’enfant : ils n’ont rien lâché ! À juste titre, puisque que nous avions un accord, le livre était achevé,… Finalement, l’agent a donné son feu vert, à la condition d’attendre la sortie du film dans les salles françaises. C’est cela qui explique le retard.

Cette attente n’a pas été trop dure pour vous ?

Terrible ! J’ai dû ronger mon frein. Et répéter inlassablement à qui me le demandait : «  L’album est fini et il sort bientôt ».

Romain Renard : « Il fallait installer la lenteur, case après case. »
"Un Hiver de glace"
© Renard - Woodrell - Rivages - Casterman

D’où vient votre envie d’adapter ce roman ?

Nadia Gibert, éditrice chez Casterman, m’a contacté pour me proposer de dessiner un Rivages / Casterman / Noir. À la base, je ne suis pas un grand lecteur de polars. Les lectures dans la filiation de Dashiell Hammet, l’inspecteur, la bouteille de bourbon, les stores,… Ça n’est pas mon univers. Puis, en discutant, Matz, le directeur de la collection, m’a conseillé plusieurs auteurs. J’en connaissais certains comme James Lee Burke, que j’aimais beaucoup. Mais la lecture du roman de Daniel Woodrell a été un coup de foudre total. Chaque pages, chaque situations m’inspiraient des images. C’est essentiel quand tu te lances dans une adaptation… J’ajouterais que le bouquin n’était pas trop volumineux. Pour rester concis, pour rendre l’atmosphère d’un roman, il faut se payer le luxe d’avoir trop d’espace, ou à tout le moins pouvoir gérer cet espace de manière personnelle. Avec « Un Hiver de glace », il y avait cette possibilité. Mais par-dessus tout, j’ai découvert un grand romancier, un grand roman avec une écriture qui me plaisait.

Et puis l’Amérique profonde est quelque chose qui vous attire, non ?

Le roman original
paru dans la collection Rivages

Oui, clairement. En plus, ce projet est arrivé à un moment où j’écoutais énormément Karen Dalton, qui est originaire de cette région-là. Tout me poussait à réaliser cette adaptation.

Vous avez passé un mois dans les Ozark pour repérer les lieux. Qu’avez-vous retiré de cette expérience de vie là-bas ?

J’ai logé dans des motels ou chez l’habitant. La route est longue, il n’y a pas d’aéroport dans le coin. C’est à cheval entre l’Arkansas et le Missouri. Il faut vraiment chercher pour trouver des voisins ! En conduisant, je voyais sur le bord des routes des amoncellements de dix-huit boîtes aux lettres. On sent que des maisons sont planquées quelque part, mais on ne les voit pas. Parfois, je comptais quinze ou vingt kilomètres qui séparaient deux maisons ! Ton premier voisin est à vingt bornes ! Si tu as la main coupée, tu as le temps d’avoir mal ! En séjournant là-bas, j’ai vu une sorte de solitude et j’ai mieux compris cette solidarité dont parle Woodrell dans son roman. En fait, tu n’as pas le choix. Qu’ils soient ennemis ou parents, le fait est que puisqu’ils vivent là depuis le premier pionnier qui a eu la bonne idée de s’y installer, ils sont obligés de s’entraider. Sinon, il n’y aurait plus rien sur ces terres…

Malgré les inimités qui peuvent exister, le rapport humain reste présent ?

Exact. Les gens ne parlent pas beaucoup. Ils sont soit très accueillants, soit pas du tout. J’ai eu affaire à deux ou trois gars qui auraient très bien pu faire partie du casting de Delivrance [1]… J’ai aussi rencontré des gens adorables. Une vieille hippie m’a logé chez elle. Elle avait des champs cachés dans la montagne. Depuis son chalet, on avait une vue incroyable sur les monts Ozark. Toutes les dernières pages du bouquin sont d’ailleurs inspirées de photos et de dessins faits là-bas.

Un extrait de "Un Hiver de glace"
© Renard - Woodrell - Rivages - Casterman

Quand vous vous baladiez dans la région, vous vous présentiez comme un dessinateur en plein repérage pour une bande dessinée ?

Oui. Les gens me regardaient avec des yeux ronds, comme si j’étais un extraterrestre. Pour eux, les comic books c’étaient Thor et Captain America. Je leur ai expliqué ma démarche : partir d’un roman noir, l’idée d’un graphic novel… C’était loin d’être évident pour eux. D’ailleurs, personne ne connaissait Daniel Woodrell, alors que j’étais à quelques kilomètres de chez lui. Mais ça, je m’en suis rendu compte par après. Je lui ai envoyé quelques planches, et j’ai vu son adresse postale sur l’enveloppe. On a sûrement fait nos courses dans le même supermarché Target ! Nos pick-up se sont probablement croisés. Donc, dans les Ozark, personne ne connaît Woodrell, parce que je crois que tout le monde s’occupe d’abord de ses affaires. C’est seulement en cas de gros problèmes, ou d’hiver très rigoureux qu’on s’entraide.

Outre le fait de humer l’ambiance de la région, est-ce que vous avez profité du séjour pour faire des croquis, des photos ?

Des photos essentiellement, parce que je devais beaucoup bouger. Les routes sont très longues, le voyage était très étalé. J’ai atterri à Chicago, mais il a fallu rouler jusqu’à ma destination. Je devais gérer le temps. Pour ça, la photo était la meilleure technique de repérage possible.

Vu le sujet, vous avez choisi une gamme de couleurs très sombre, assez angoissante. Quels sont les défis d’un tel traitement ?

Je voulais réduire la palette. Il y a essentiellement du sépia et du vert. J’avais comme principe de départ : tous les extérieurs en sépia, tous les intérieurs dans les verts. Mais intérieur veut dire aussi intérieur mental : rêves de Ree, légendes, flash-back… J’avais envie d’aller vers ce que m’inspirait le roman : un western moderne.

Crayonné préparatoire
© Romain Renard

C’est vrai que le sang-froid de cette jeune héroïne rappelle le récent film True Grit des frères Coen...

En faisant cet album, il y a pas mal de films qui résonnaient en moi : There Will Be Blood, Fargo, No Country For Old Men, L’Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford,…

Tous les excellents westerns récents en fait…

Oui. Ce qui me plaisait c’était d’imposer une lenteur. On n’est pas à New York : dans une région où tu dois faire 20 km pour aller dire bonjour à des voisins, tout est long. Il fallait installer cette lenteur case après case. Ça imposait également des dialogues lents. La couleur participe à tout cela. Selon moi, l’histoire d’« Un Hiver de glace » aurait pu être écrite il y a 100 ans. Il suffit de remplacer la coke et les 4x4 ! L’histoire d’une fille qui cherche son père qui a déconné et l’affrontement de deux clans depuis des lustres, c’est vieux comme le monde.

Vous avez publié trois albums en cinq ans. D’un album à l’autre, j’ai l’impression que votre style varie beaucoup. Avez-vous l’impression de moduler votre dessin selon les projets ?

Mon premier album (American Seasons) était très inspiré par Miles Hyman. Pour moi, c’est un maître comme illustrateur. Dans le deuxième (The End : Jim Morisson), j’étais encore un peu enfermé, par rapport au travail de mon père. Pour celui-ci, j’espère et je pense avoir lâché beaucoup de choses.

Une page en cours de réalisation
© Romain Renard

Graphiquement, c’est en tout cas le plus abouti des trois…

Tant mieux. Je crois que je devais me rassurer avec mes deux premiers albums. Je voulais soigner mes dessins. Pour « Un Hiver de glace », j’ai beaucoup plus travaillé sur la narration, sur le découpage. Il y a un rapport entre les personnages et le décor. Je voulais d’un décor figé et des personnages très mobiles. Ça explique aussi que les personnages sont toujours très encrés, alors que les décors sont volontairement un peu flous. J’ai cherché à être le plus fluide et le plus lisible possible. J’ai tiré comme leçon de mes deux premiers albums qu’un beau dessin ou une belle case freine la narration. La bande dessinée, ça n’est pas seize tableaux sur deux pages, c’est une narration.

Les personnages sont assez petits et ramassés, alors que les décors sont très grands. C’est ce que vous avez vécu en visitant l’Arkansas et le Missouri ?

Oui, c’est une sensation clairement ressentie dans les montagnes Ozark.

Est-ce que vous avez réalisé que vous les dessiniez comme ça ?

Non. C’est peut-être inconscient, mais il y a un poids de l’environnement. Maintenant que vous me faites penser à ça, il y a une case de la page 79, où on voit que la salle de bains est beaucoup plus grande que la réalité. C’est voulu, car c’est une ombre qui pèse sur l’histoire. Mais, vous avez raison, on voit rarement mes personnages en contre-plongée.

Un extrait de "Un Hiver de glace"
© Renard - Woodrell - Rivages - Casterman

Vous travaillez comme conseiller artistique et illustrateur sur les spectacles de Franco Dragone. Que retirez-vous de ces expériences, très éloignées de la bande dessinée ?

Tout d’abord, c’est un travail où je me mets au service de quelqu’un d’autre. C’est donc quelque chose que je ne signe pas. C’est un metteur en scène qui a besoin d’imaginaire, de décors et d’histoires. Donc, je dois mettre mon expérience de narrateur au service d’un spectacle. Ensuite, dans le sens inverse, le regard de Franco Dragone [2] sur mes images est très important. Il s’arrête parfois sur un très petit détail d’une image très grande. Il est très perspicace, il voit les petits décalages qui peuvent donner quelque chose.

Comment vit-on le fait d’être au service du projet d’un autre ?

Ce que je ressens est entre de la fierté et de la frustration. Il y a la fierté de participer à des spectacles vivants parmi les plus vus au monde. Mais c’est un peu frustrant de se dire que ça reste principalement un travail de l’ombre. Il y a deux ans, j’ai travaillé sur un projet qui finalement n’a pas eu lieu. Ça, c’est très dur à avaler !

Romain Renard à Bruxelles
en avril 2011

Vous êtes également musicien. J’entends souvent des dessinateurs dire qu’ils trouvent que la musique est complémentaire au dessin. Quel est votre avis là dessus ?

La musique est un peu ce qui manque à la bande dessinée. On a chacun une musique intérieure quand on dessine. C’est comme quand, enfant, tu joues avec des Action Man, tu t’inventes une musique et des bruitages,… Il y a ça aussi en dessinant. Maintenant, entre dessin et musique, il y a un rapport totalement différent dans le retour. Quand tu enregistres de la musique ou que tu joues en concert, tu as une réaction en direct. Soit tu reçois des tomates, soit on t’applaudit, mais c’est direct. En faisant un livre, tu passes un an ou deux dans ton coin, avant de rencontrer des gens (lecteurs ou journalistes) avec qui tu pourras échanger sur ton travail. La musique permet de sortir de sa bulle.

Quel serait votre soundtrack idéal pour « Un Hiver de glace » ?

Oh, chouette perspective… Je dirais : Alela Diane, dont le premier disque est magnifique. Elle a fait un clip dans les tons sépia qui m’a beaucoup impressionné. Karen Dalton, une vieille folkeuse édentée dont j’ai parlé plus tôt. Mariee Sioux. Great Lake Swimmers. Bon Iver. Timber Timbre. Le Bruce Springsteen de l’album Nebraska. Ca aurait fière allure !

© Götting - Futuropolis

Une dernière question avant de se quitter : quel est l’album qui vous a donné envie de faire de la bande dessinée ?

Au départ, je ne voulais pas faire de bande dessinée, par rapport à ma filiation, c’était difficile. Je voulais faire du cinéma. Alors on m’a conseillé de faire une année à Saint-Luc pour préparer l’examen d’entrée à l’INSAS [3]. Finalement, comme je dessinais depuis l’âge de 10 ans, je me suis pris au jeu. Mais sans me dire qu’un jour, je ferais de la bande dessinée. Un beau matin, on m’a mis l’album Futuropolis 30x40 « L’Option Stravinsky » de Götting entre les mains. Quelle découverte !

(par Morgan Di Salvia)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre sur Amazon ou à la FNAC

A propos de Romain Renard, sur ActuaBD :

> American Seasons

> The End : Jim Morisson

> Un Hiver de glace

[1Film américain réalisé par John Boorman en 1970

[2Metteur en scène Italo-belge, célèbre pour ses collaborations avec le Cirque du Soleil, ainsi que ses shows à Las Vegas.

[3Institut National Supérieur des Arts du Spectacle et des techniques de diffusion : célèbre école de cinéma à Bruxelles

 
Participez à la discussion
15 Messages :
  • En BD aussi il y a de plus en plus de "fils de" (de Claude Renard là), comme au cinéma et dans la chanson, la vie est plus facile pour eux que pour ceux qui n’ont aucun contact dans le milieu de la BD.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 14 avril 2011 à  17:08 :

      Pour comprendre les ficelles du métier sans aucun doute, mais sans le talent, il n’aurait pas été très loin. Pourquoi s’offusquer d’une chose qui est commune aux rois comme aux paysans ? Même le Messie doit à sa lignée...

      Répondre à ce message

      • Répondu par Gemini le 14 avril 2011 à  23:44 :

        Sans s’offusquer c’est simplement un constat et effectivement il faut le talent pour suivre et dans le cas de Romain faut reconnaitre qu’il assure bien .

        Seulement il est vrai que c’est frustrant de voir les " lignées " s’imposer ? N’ y a t il pas quelque chose d’un peu injuste ? On n’est plus en monarchie , encore que ??

        Après il ne faut pas s’étonner que certains piratent les films sur le net .Les vases clos , les sphères privées , hermétiques socialement , participent de la colère et du désintérêt pour certaines expressions culturelles et artistiques .Un peu comme la politique , on y voit les mêmes têtes , aucun changement , des scandales en masse , et au final de l’absentéisme dans les urnes .

        Pourquoi payer et enrichir des nantis ? mais finalement ce n’est pas plus mal de pirater , ça permet aussi de voir en masse beaucoup de choses et que beaucoup de ces choses sont redondantes et parlent de ceux qui occupent les espaces créatifs : les bourgeois , les lignées.
        Au final ,après quelques piratage , on n’a plus envie de rien pirater .Comme ça ça simplifie l’intérêt culturel .

        Et heureusement la bd n’est pas encore trop gangrénée par le virus.
        la bd est d’ailleurs certainement peut être moins touchée par ce phénomène , puisque qu’apparemment on y touche pas des sommes folles ( sauf pour les gros vendeurs , Bilal , etc ) et puis parce qu’elle offre un champ créatif plus vaste que le cinéma ( français en l’occurence) .

        On ne s’offusque pas .On explique juste qu’au bout de la chaine "alimentaire " c’est notre argent qui remplit les caisses et que parfois on n’a plus envie de payer pour un clivage immuable .( je caricature un peu mais c’est en gros l’idée ).

        Répondre à ce message

        • Répondu par Guerlain le 15 avril 2011 à  10:17 :

          woua, donc pirater des films sur le net, c’est en réaction au fait que Michel Sardou est le fils de Jackie et Fernand Sardou. On ne soulignera assez son influence néfaste sur notre belle jeunesse.

          Répondre à ce message

    • Répondu par Herve le 14 avril 2011 à  23:19 :

      pour le coup, vous avez mal choisi votre cible. Ce "Renard" là est épatant et il faudrait être aveugle pour ne pas voir son grand talent.

      Répondre à ce message

    • Répondu le 15 avril 2011 à  02:40 :

      Les"fils de" ont juste l’avantage d’avoir un enseignement transmis par leur parent. Après c’est à leur talent de parler. Il suffit aux non-fils de d’aller voir des professionels pour avoir leur enseignement. C’est facile, ilfaut juste aller les rencontrer dans un des nombreux festivals et leur montrer votre travail. Après, sils estiment que ça en vaut la peine, ils vous proposeront de les recontacter. C’est là un enseignement autrement plus riche que celui, formaté, qui est souvent dispensé dans les "écoles". Je connais peu de pefessionels qui vous refuseront ce regard. En tout cas dans la génération des plus de 40 ans qui sont pour beaucoup des autodidactes ayant profité des conseils de leurs aînés.Le phénomène n’est pas nouveau, le père de Dupa était auteur de bd si je ne m’abuse ; mais moins connu. C’est un exemple entre autres. On peut citer aussi Eric Maltaite, fils de Will, ou Simon Leturgie, fils de Jean. Sans parler de ceux dont le parent était peintre ou illustrateur auquel cas la filiation est plus discrète.

      Répondre à ce message

    • Répondu le 15 avril 2011 à  02:51 :

      Contairement au milieu des comédiens dans lequel quand l’un d’entre eux obtient un rôle, c’est un engagement de moins pour ses copains, ce n’est pas le cas dans le monde de l’édition. Il n’y a qu’a voir la surproduction actuelle. pas de jalousie à avoir, donc.

      Répondre à ce message

    • Répondu par Pauline le 17 avril 2011 à  23:52 :

      Il y a aussi les "fils de" qui ont l’audace – et le courage – de se mesurer au père (puisqu’il s’agit ici du père) ; et pour cela, il faut en avoir, de sacrées tripes.

      La BD n’est pas le showbiz, l’argent est loin de remédier à tout – dont le manque de talent. Et s’engager dans le domaine du père, c’est aussi risquer de lui être éternellement comparé, parfois au détriment d’un talent original certain.

      Dommage qu’un excellent ouvrage puisse susciter une telle psychologie de bas étage. Que je sache, La Dame aux camélias de Dumas fils n’avait rien à envier aux Trois Mousquetaires de Dumas père...

      Répondre à ce message

  • Dans la case4 du premier exemple proposé, poursoi avoir fait tourner la camera ? Il me semble qu’en gardant un plan fixe comme en case 3, la claque aurait été plus violente. Alors qu’ici, comme le personnage qui reçoit la claque est dessinée de profil comme en case 3, la claque perd de son importance. Celle-ci est plutôt portée sur la femme qui la donne. Je n’ai pas lu l’histoire, peut-être est-ce celà qui est voulu ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par cadreur le 16 avril 2011 à  19:54 :

      cette remarque est tout à fait judicieuse. Changer d’angle de vue (laissons la caméra aux cinéastes) n’était pas pertinent à ce moment. C’est aussi et surtout à cause de sa phrase qu’elle n’a pas le temps de finir, suggérant ainsi la rapidité de la gifle (qui ne laisse pas non plus le temps au lecteur d’aller voir la suite de la scène depuis un autre endroit).
      Bon, va falloir aller lire la suite pour trancher.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Alex le 16 avril 2011 à  21:25 :

        Non, car on change de page en même temps. Votre choix de cadrage aurait entrainé un contre-mouvement : l’action se serait terminée de droite à gauche alors que l’oeil aurait suivit la continuité d’un sens de lecture occidental sur la page suivante. Conflit. Changer de cadrage et faire tomber le personnage vers le lecteur est une ellipse très intelligente pour passer à la page suivante... Bon sang, ce qu’on peut être talentueux sur Actua Bd ;)

        Répondre à ce message

    • Répondu par cadreur-bis le 16 avril 2011 à  19:57 :

      d’un autre côté, l’auteur dit (et c’est répété en exergue) : Il fallait installer la lenteur, case après case...

      Répondre à ce message

    • Répondu par Gill le 17 avril 2011 à  00:29 :

      Pas trop d’accord ! Le changement de vue augmente au contraire l’impression de force de la... (on "gifle", avec une tasse ?)...du coup.

      - La tasse qui est à droite de la grosse dame passe à sa gauche en un demi tour + le quart de tour du changement de plan, soit trois quarts de tour. Violent !

      - La jeune femme, de son côté, est située à gauche de la bande, puis se retrouve projetée à l’extrême droite : elle traverse donc toute la largeur de la page, tellement le coup est important.

      - La seule chose qui me trouble, c’est le manque d’élan de la tasse. Rattrapé en partie par l’arc de cercle. Mais il permet quand même d’insister sur la surprise (on n’a même pas vu l’élan, comme la jeune femme n’a même pas vu le coup partir).

      Répondre à ce message

      • Répondu par cadreur-tris le 18 avril 2011 à  13:43 :

        Pour rester dans votre logique à vous, c’est à la case trois qu’il était inutile de bouger l’angle de vue.

        Répondre à ce message

  • Moi ce que je trouve genialissime , ce sont les remarques anonymes de fils d anonymes , vous aussi vous faites perdurer le talent familial !

    Ce qui est aussi genial , comme dans beaucoup de domaines artistiques , c est que ceux qui ne font rien ont vraiment plus le temps que les autres pour critiquer, analyser , decortiquer ..

    Si seulement vous aviez quelquechose d important a faire messieurs , allez y , ne mettez pas votre jalousie et votre aigreur comme moteur de votre carriere , sinon vous n y arriverez jamais ..

    Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD