Ronces - T1 : Racines électriques - Morvan & Nesmo - Les Humanoïdes Associés

28 octobre 2005 1 commentaire
  • Vous reprendrez bien une petite série de Jean-David Morvan? Le scénariste, qui ne chôme décidément pas, s'associe avec un petit nouveau pour une histoire à ne pas mettre entre les mains des personnes sensibles.

Un mystérieux personnage à l’allure imposante quitte son village pour la ville, et laisse vite derrière lui des cadavres pas bien jolis à voir. L’étranger ne parle pas, mais tous les indices pointent dans sa direction. C’est ce qui semble au premier abord à l’inspecteur Mornières, limier aussi effacé qu’efficace. Mais les choses sont plus compliquées qu’elles n’en ont l’air...

Dans ce polar qui vire petit à petit au fantastique, Jean-David Morvan met en place une ambiance bien oppressante - le tueur est assailli de visions dérangeantes qui le poussent à mettre en pièces ses victimes, la ville est un mélange de réalisme et de décalage rétro-futuriste. Le dessinateur Nesmo, qui signe ici son premier album, est d’ailleurs manifestement en phase avec l’histoire, son dessin passant semble-t-il sans effort de la peinture des machineries de la cité aux visions dantesques qui s’imposent à l’assassin.

On peut regretter que les auteurs ne semblent pas chercher à développer la psychologie de leurs personnages principaux (en dehors de la vie privée de Mornières qui est une catastrophe totale), mais cela viendra peut-être avec le prochain tome.

Les début de Ronces sont plutôt prometteurs, puisque le lecteur que les meurtres gores ne rebutent pas ne pourra qu’être séduit par les mystères que dissimule l’intrigue. Reste aux auteurs à enrichir leurs personnages pour nous convaincre complètement.

(par François Peneaud)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Un bien beau et excellent travail qui nous plonge dans un univers "intemporel" où se mèle le passé, le présent et un futur fantastique. La symbiose entre un graphisme extrèmement soigné (merci Nesmo, pour un premier album c’est remarquable) et le scénario très précis (on retrouve là l’excellent Morvan) est un régal pour les yeux et l’imaginaire dans lequel on se plait à se laisser emporter. J’ai hate de connaitre la suite.

    Répondre à ce message