Room Paradise T1 - Par Aya Oda - Soleil Manga

19 août 2013 2 commentaires
  • Somei Saya, jeune architecte de 26 ans, s'achète un appartement pour y vivre seule suite à une déception amoureuse. Elle aspire au calme dans l'immeuble neuf où elle emménage. Mais celui-ci est l’œuvre -et la propriété, roublardise du garçon- d'un de ses collègues, Kujo Aoi.

Dans Room Paradise, Aya Oda, auteure-phare du catalogue Soleil Manga, installe donc son intrigue dans deux lieux dévolus à l’architecture : d’une part le cabinet dans lequel les deux héros évoluent ; d’autre part, l’immeuble conçu par Kujo Aoi et dans lequel Somei Saya vient d’emménager. L’un public, professionnel, l’autre privé, intime.

Même si le premier s’apparente davantage à un simple bureau, le jeu entre ces deux espaces se révèle particulièrement pertinent dans la mesure où le second, de manière inattendue, propose lui aussi un lieu de rencontre : un espace commun partagé par les différents habitants de la résidence. Les chemins s’y croisent, les destins s’ y nouent, les échanges s’y multiplient et l’on découvre déjà une ambiance qui rappelle, lointainement, La Maison Ikkoku.

Room Paradise T1 - Par Aya Oda - Soleil Manga
Un salon au milieu du hall d’entrée de l’immeuble : l’occasion de rencontrer régulièrement ses voisins.
© 2013 Aya ODA / SHOGAKUKAN / Soleil Manga

On retrouve dans cette nouvelle série les ingrédients qui font le succès d’Aya Oda : romance au départ asymétrique, jeune femme désirant s’assumer mais courtisée par un beau jeune homme, quiproquos sentimentaux jetant de légers troubles sur le devenir des personnages, dessin au trait d’une rare lisibilité.

S’y ajoute un humour léger propre à désamorcer les tensions qui émergent de loin en loin, à dédramatiser certaines situations plus sombres qu’il n’y paraît (les circonstances qui ont amené le chagrin amoureux de l’héroïne sont banales, certes, mais tristement et médiocrement banales surtout).

Les fans de la mangaka peuvent légitimement foncer les yeux fermés, les jeunes filles et jeunes femmes en quête d’un shojo rafraichissant et bien mené peuvent également s’orienter vers ce titre. Si Room Paradise ne propose rien de particulièrement original, jouant plutôt autour de certains codes et clichés de la romance, l’efficacité de sa narration en fait déjà une série convaincante.

Mais la romance se déploie aussi au bureau
© 2013 Aya ODA / SHOGAKUKAN / Soleil Manga

(par Aurélien Pigeat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
2 Messages :