Ruée vers l’or chez les Trolls de Troy

11 juillet 2016 0 commentaire
  • L'un des best-sellers de Soleil arrive au bon moment pour proposer un nouveau moment de divertissement : que cela soit au premier ou au second degré, impossible de bouder son plaisir en lisant cette nouvelle fantaisie du tandem Mourier-Arleston !

Des chercheurs d’or pataugent dans la rivière proche du village troll, en quête de précieuses pépites... Par le biais d’un odieux chantage, ils exigent du village de les laisser prospecter tranquilles : un contrat est un contrat, même pour les Trolls !

Mais très vite, la fièvre de l’or s’empare de la région et des hordes avides déferlent sur le village, creusant partout… Réfugiés dans la montagne, les Trolls doivent trouver un moyen de récupérer leur village. Et c’est l’or lui-même qui va leur apporter la solution : ils vont en distribuer à profusion, jusqu’à ce qu’il ne vaille plus rien et que l’économie d’Eckmül s’écroule...

Ruée vers l'or chez les Trolls de Troy

Lorsque nous avions demandé à Christophe Arleston s’il ressentait le parallélisme entre son village de Trolls et celui d’Astérix et Obélix, il nous avait répondu qu’ "Il y a une parenté de structure, même si l’esprit est totalement différent d’une série à l’autre. Goscinny serait outré de ces horreurs !" Difficile pourtant de passer outre cette recette aussi simple qu’efficace, qui présente une tribu d’individus irréductibles et presque invincibles vivant au ban d’une société moderne et parfois assez semblable à la nôtre.

Dans ce tome 21, Arleston joue sur le pouvoir de l’or, une thématique que Goscinny avait développée, aussi bien dans Jerry Spring (L’Or du vieux Lender, un rare scénario réaliste de cet auteur que dans Lucky Luke (La Ville fantôme ou La Ballade des Dalton). L’enrichissement personnel et la spéculation ont également été traités dans Astérix (La Serpe d’or ou Obélix & Cie, par exemple). Mais Arleston s’écarte adroitement de la trace laissée par son prédécesseur, pour jouer sur des notions différentes ou plus contemporaines telles que l’importance des contrats et les dangers de l’inflation.

Une fois de plus, l’album est transcendé par le talent de Jean-Louis Mourier : il passe habilement des séquences dialoguées aux scènes d’action, en proposant notamment un dantesque combat avec un dragon. Son apparente facilité à mêler l’humour avec des scènes parfois peu ragoûtantes sinon gore demeure impressionnante. Les grandes actions collectives, telles que la ruée vers l’or, rythment chaque planche avec de superbes mouvements de foule, qu’elle soit humaine ou trolle : quelle maestria !

Si cet Or des Trolls ne regorge pas de réelles surprises, cette nouveauté n’en constitue pas moins une réelle réussite du genre. Petits et grands pourront l’apprécier à des niveaux différents, ou ensemble : riant des stratégies trolles moins fines qu’efficaces, et plus généralement de la folie des hommes.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Trolls de Troy, T. 21 : L’Or des Trolls - Par Mourier & Arleston - Soleil

- Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

A propos de Trolls de Troy sur ActuaBD.com, lire
- la dernière interview de Christophe Arleston : « Je m’adapte au dessinateur avec qui je travaille »
- La rentrée 2015 de Soleil : Sarkozy s’invite dans "Trolls de Troy"
- Un, deux ... Troy : Noël !
- Soleil - L’Heroïc Fantasy et l’humour en étendard
- Lanfeust et Trolls bousculent la librairie en cette fin d’année
- Nos autres chroniques de Trolls de Troy : tomes 7, 9, 10 et 11, 13, 14, 15 & 16, 17, 18, 19, 20 ainsi que Dix ans de Trolls de Troy.

Les visuels sont : © Éditions Soleil, 2016 – Arleston, Mourier

  Un commentaire ?