Sacrées Guerres : Histoire dessinée de la France T. 10 - Par Jérémie Foa et Pochep - La Revue dessinée/La Découverte

8 décembre 2020 0
  • Le précédent volume de l’Histoire dessinée de la France nous invitait à découvrir le « beau » XVIe siècle, celui de la Renaissance, qualifié d’Âge florissant. Les tensions religieuses entre protestants et catholiques s’y faisaient déjà jour, dégénérant en une impitoyable guerre civile qui ensanglanta le royaume de France pendant près de quarante ans : voici maintenant les « Sacrées guerres » !

Sur un scénario de Jérémie Foa, maître de conférences en histoire moderne à l’université d’Aix-Marseille, et un dessin de Pochep, cet album s’attaque à un épisode de l’Histoire de France particulièrement complexe et délicat à traiter. Il faut à la fois respecter une chronologie précise, pour rendre compte de l’enchaînement des faits dans un temps saturé d’événements, et identifier les camps en présence, sans perdre de vue le poids des peurs et des incertitudes, dans un contexte de violences exacerbées.

Sacrées Guerres : Histoire dessinée de la France T. 10 - Par Jérémie Foa et Pochep - La Revue dessinée/La Découverte
Pochep et Jérémie Foa (s’essayant au dessin d’après nature)
© Pochep / La Découverte / Revue dessinée

Disons-le d’emblée, les deux auteurs se sont acquittés avec brio de cette redoutable tâche, offrant au lecteur un récit clair, plaisant et très bien structuré. Comme les précédents volumes, cet album ne s’adresse pas à des enfants, mais plutôt à de grands adolescents et à des adultes capables de suivre un récit dense, avec beaucoup de dates et mettant en scène une multiplicité d’acteurs.

© Pochep / La Découverte / Revue dessinée

En ouverture, Jérémie Foa utilise le procédé qui sert de marque de fabrique à la collection : partir d’une représentation « classique » de la période, pour déconstruire les préjugés en s’appuyant sur les travaux historiques les plus récents. Tout commence ici avec le tournage de La Reine Margot, le célèbre film de Patrice Chéreau (1994), avec Isabelle Adjani dans le rôle-titre. Adaptation du roman éponyme d’Alexandre Dumas (1845), ce film est un condensé de toutes les interprétations militantes et de tous les fantasmes qui se sont accumulés au fil des siècles : les guerres de religion seraient le fruit du fanatisme catholique, encouragé par des despotes sanguinaires, au premier rang desquels figure la cruelle Catherine de Médicis.

© Pochep / La Découverte / Revue dessinée

Pour y voir un peu plus clair dans cette affaire et corriger les idées reçues, le scénariste a décidé de faire parler les fantômes qui hantent encore les lieux, en leur demandant de témoigner face à la caméra. Bourreaux, victimes et témoins donnent chacun leur version des faits. Grâce à ces spectres, l’histoire se fait progressivement chair et permet au lecteur de pénétrer au cœur du conflit.

© Pochep / La Découverte / Revue dessinée

Les pages consacrées au massacre de la Saint-Barthélemy (24 août 1572), appuyées sur les propres découvertes de Jérémie Foa dans les archives du Châtelet et dans les fonds des notaires parisiens, sont les plus saisissantes de l’album. Elles donnent à voir un massacre de voisins, une tuerie de proximité, qui n’est pas sans rappeler certains faits plus contemporains. Mais des épisodes moins connus du grand public sont abordés, avec tout autant de force, comme le tour de France royal de 1564-1566 ou le siège de Paris en 1590.

© Pochep / La Découverte / Revue dessinée

L’importance donnée aux témoignages, que ce soit celui de Charlotte Arbaleste, de Thomas Croizier, de Michel de L’Hospital, de François d’O ou de Michel de Montaigne, permet de comprendre les choix des acteurs et leur adaptation aux contraintes environnantes. Il faut ici particulièrement apprécier la présentation des Essais de Montaigne en guide de survie en temps de guerre civile.

© Pochep / La Découverte / Revue dessinée

Le trait de Pochep est efficace. Le style caricatural qu’on lui connaît et qui fait les délices, entre autres, des lecteurs de Fluide Glacial, donne un peu de légèreté à cet univers très sombre. On retrouve notamment avec beaucoup de plaisir la grande expressivité de ses personnages inquiets ou furieux. Il sait injecter une dose d’humour bienvenu (Catherine de Médicis se désolant d’être toujours dépeinte « en vieille », les Valois en adolescents boutonneux, les anciens massacreurs de 1572 hantant, canette de Kronenbourg à la main, un pavillon de banlieue,...), sans commettre de fautes de goût. Le dessinateur et le scénariste ont trouvé un juste équilibre entre rire et gravité, dont on espère qu’il sera au rendez-vous pour traiter d’autres périodes difficiles, comme la Révolution française ou les deux Guerres mondiales.

© Pochep / La Découverte / Revue dessinée

Seul bémol dans une narration globalement très efficace : le traitement chronologique un peu trop condensé du récit dans la 2e partie de l’album, notamment pour le règne d’Henri IV, expédié, pour ne pas dépasser le format imparti, en quelques planches. Le dossier texte en fin de volume donne d’utiles compléments, notamment sur la dimension internationale du conflit, essentielle, et en évoquant longuement les grands oubliés de ces guerres, les paysans, confrontés au même moment à l’entrée du continent européen dans le petit âge glaciaire.

© Pochep / La Découverte / Revue dessinée

Une bibliographie très utile vient clore l’ouvrage. Sur ce plan, il faudrait souhaiter davantage de coordination entre les auteurs des prochains volumes de la collection, afin d’éviter des oublis regrettables. Ni le tome 9, ni le tome 10 ne mentionnent les regrettés Marc Venard et Thierry Wanegffelen, dont les ouvrages ont pourtant largement contribué à changer notre perception des divisions confessionnelles du XVIe siècle. La bibliographie de ce tome 10, très équilibrée entre sources, synthèses, biographies et études locales, pourrait servir de modèle.

Par la qualité de son scénario et de son dessin, ce récit des Guerres de religion s’impose comme l’un des albums les plus réussis de la collection. Les amateurs d’histoire et de BD seront comblés !

Voir en ligne : présentation de l’album sur le site de l’éditeur

(par Paul CHOPELIN)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:

BDFugue FNAC Amazon

  Un commentaire ?