"Salade César" : une merveille d’humour anachronique et iconoclaste

28 octobre 2020 2 commentaires
  • Sans avoir été empereur, César reste certainement le romain le plus connu, voire l'une des personnalités phares de notre civilisation. Mais quand Karibou et Duparcmeur le transforment en benêt de première, il prend directement une autre allure !

48 avant J.-C. Érigé dictateur, César règne sur Rome, mais reste en conflit avec Pompée, alors Cléopâtre vient lui rendre de petites visites. Bref, la routine. Mais le problème est que notre César est un peu bas du front, autocentré, autosatisfait et à l’imagination trop fertile. En un mot : ingérable.

Parmi d’autres, Brutus n’en pleut plus de César. Marre qu’il le prenne pour son fils, et qu’il s’arroge le statut d’un monarque et surtout qu’il se foute de la politique comme de sa dernière sandale. Brutus décide alors de fomenter un complot pour se débarrasser du "tyran". Mission apparemment assez simple, mais la bêtise crasse n’est pas que du côté de César...

"Salade César" : une merveille d'humour anachronique et iconoclaste

Les deux premiers gags de l’ouvrage donnent le ton
Salade César - par Karibou & Josselin Duparcmeur - Delcourt

Quelques dessins valant mieux qu’un long discours, nous vous invitons à lire les gags ci-dessus (si ce n’est pas déjà fait) afin de vous faire une bonne idée du concept quelque peu "allumé" de cet ouvrage de 64 pages. L’idée de transformer Jules César en benêt tout-puissant, qui a mille idées idiotes à la minute, génère un incroyable pouvoir comique.

Un élément dont le scénariste Karibou avait déjà décelé depuis quelques temps, car voici une planche tirée de Dialogues, son précédent album de bande dessinée parue en 2017 également chez Delcourt, où il dessinait également, et qui utilisait entre autres déjà le principe d’un Jules César un peu à côté de la plaque :

Dialogues - par Karibou - Tapas :-* (Delcourt)

Karibou a nettement amélioré le concept en choisissant de se focaliser sur ce personnage, et en amplifiant sa bêtise. L’album suit donc chronologiquement les dernières années vécues par Jules César (la guerre contre Pompée, Cléopâtre et l’assassinat) ainsi que les diverses réunions de comploteurs. Rien de tout cela n’est sérieux, on s’en doute bien, mais le paradoxe de présenter un homme avec des idées débiles au faîte du pouvoir génère de savoureuses situations (le parallèle avec un autre dirigeant plus contemporain sera laissé à l’appréciation du lecteur).

Pour réussir ce coup d’éclat, Karibou s’est associé à Josselin Duparcmeur, au dessin réaliste et aux visages volontairement inexpressifs, de quoi ressembler aux statues de marbre qui sont parvenues jusqu’à nous. Ce gaufrier (presque immuable) associé au plan fixe de la caméra, permet paradoxalement d’accentuer le dynamisme des mouvements des personnages, accélérant la lecture et l’immédiateté de l’effet comique.

César n’a pas le monopole de la bêtise
Salade César - par Karibou & Josselin Duparcmeur - Delcourt

Car Salade César est vraiment un album extrêmement drôle ! L’on n’avait plus ri ainsi depuis Zaï zaï zaï zaï, c’est vous dire ! Mais là où Fabcaro s’appuyait sur l’absurde et la critique de notre société, Karibou et Duparcmeur jouent plus sur l’anachronisme de situation, mais également beaucoup sur la puissance comique de leur César génialement à côté de la plaque, amplifié par les prises de conscience de Brutus.

Le revers de la médaille est que le niveau des gags baisse alors sensiblement dès que César n’est plus en lice. Si les deux premiers tiers de l’album sont juste magnifiques d’audace et de réussite, la fin de l’album redescend progressivement, notamment avec l’assassinat qui tire vraiment en longueur. Il aurait sans doute mieux valu enlever une dizaine de gags pour n’en garder que la quintessence...

Des généraux aux secrétaires, tout le monde est informé des idées biscornues de César, mais le problème est qu’ils doivent passer par lui pour obtenir son autorisation
Salade César - par Karibou & Josselin Duparcmeur - Delcourt

Ce petite baisse de régime n’empêche pas Salade César de briguer le top des albums humoristiques de l’année. À ne surtout pas rater, surtout en cette période où quelques bons éclats de rire nous permettent de prendre du recul face à la période que nous traversons.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Salade César - par Karibou & Josselin Duparcmeur - Delcourt

Toutes les illustrations sont : © Éditions Delcourt, 2020 – Karibou, Duparcmeur

 
Participez à la discussion
2 Messages :