Sale blague mon amour - Miss n°4 - Thirault, Rioux et Vigouroux - Les Humanoïdes Associés

27 novembre 2002 0 commentaire
  • Un polar noir de noir. Des morts à la pelle. Mais un mourant sauvé par sa belle ... grâce à un crime ultime. C'est le dernier épisode sanglant de Miss.

Le jeudi noir d’octobre 1929 a d’abord fait des victimes dans les milieux d’affaires. Mais l’onde de choc s’est vite répandue à l’ensemble des Etats-Unis : fermiers ruinés, ouvriers au chômage et autres éclopés du grand krach traînent leurs guêtres dans un pays sinistré par la crise et même Slim et Nola ont du mal à joindre les deux bouts. Pat Horral, leur principal client, n’a plus les moyens de fournir de scontrats grassement rémunérés et le moral n’est aps au beau fixe.

L’affaire se corse après que Byron, médecin et frère de Slim découvre que celui-ci est atteint d’une grave maladie pulmonaire. Il faudrait que le tueur professionnel suive une longue et coûteuse cure pour avoir une chance de s’en sortir. Mais en période de disette, comment réunir la somme nécessaire quand les clients ont les poches trouées et que la santé ne suit pas ?

C’est la belle Nola qui va se coller à l’ouvrage et tenter l’impossible pour sauver son partenaire de crime. Et il va lui falloir agir vite si elle veut sauver Slim ! Dans un tourbillon de violence et de meurtres, le dernier tome de cette série au goût de polar sanglant verra peut-être jaillir une étincelle qui a pour nom l’amour...

(par JLM)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Les deux premiers tiers de cet album n’apportent pas grand chose à la trame du récit, si ce n’est une mise en condition du lecteur par l’ambiance glauque qui y règne. Ce qui pourrait devenir lassant -des crimes en série- est heureusement rehaussé de temps en temps par un peu d’humour (noir, évidemment) par exemple lorsque Slim doit aller tuer quelqu’un … qui vient de se suicider. Le dernier tiers devient plus prenant : le héros va mourir, il a besoin d’argent, mais ne peut plus travailler. Alors voilà, Nola doit tuer une fois de plus. Il y a quelques scènes bien menées, comme celle où Slim s’écroule, une infirmière affirme qu’il ne respire plus, et la case suivante montre un enterrement … Je n’en dirai pas plus au lecteur pour ne pas casser le suspens. Voici donc un polar honnête, à mille lieues de Ric Hochet dont nous vous parlions récemment, mais qui laisse un goût de trop peu lorsque la dernière page est tournée.

Lire un extrait

  Un commentaire ?