Scoop : Tinlot, rédacteur en chef de Fluide Glacial !

31 août 2005 20 commentaires
  • Lundi dernier, {{Louis Delas}} écrivait une lettre aux auteurs du journal {Fluide Glacial} pour leur faire part d'une étonnante nouvelle : {{Albert Algoud}} transmettra la rédaction en chef du journal à {{Thierry Tinlot}} à partir du 1er septembre prochain !

Animateur et humoriste doué, Albert Algoud assumait, depuis le mois d’avril 2003, le poste suprême au mensuel "d’Umour et Bandessinées" créé par Gotlib et Diament. L’homme n’était pas un inconnu dans le monde de la bande dessinée, puisqu’il collabora à différentes aventures éditoriales dont L’Echo des Savanes, Hara Kiri ou encore Circus.
Mais ce sont surtout ses livres sur l’univers de Tintin qui lui ont valu la sympathie des bédéphiles. L’une de ses publications, Le Dupondt Sans Peine, lui a d’ailleurs attiré les foudres de Moulinsart en 1997...

Scoop : Tinlot, rédacteur en chef de Fluide Glacial !
Fluide Glacial n° 351
© Fluide Glacial

Les auteurs de Fluide Glacial exigèrent alors qu’un conseil de rédaction constitué d’auteurs-phares de la maison d’édition [1] soit créé dans la foulée afin de s’assurer que le magazine reste dans la ligne éditoriale initiée par son fondateur, Gotlib. Au fil des mois, le scepticisme des auteurs a diminué, et la confiance en Albert Algoud s’est intensifiée, si bien que Gaudelette fut rapidement le seul à être "l’œil de Moscou" des auteurs au sein du comité éditorial.

En début d’année, nous apprenions que Maëster et Coyote, deux des auteurs "best-sellers" de Fluide Glacial, s’en allaient à la concurrence. Interrogé par notre collaborateur Laurent Boileau, Albert Algoud confiait, dans nos pages, à ce sujet :

Albert Algoud
© Nicolas Anspach

«  La ligne éditoriale ne convient plus à Coyote. Il trouve qu’il y a trop de dessinateurs de presse comme Luz, Charb, Lindingre... il ne comprend pas qu’aujourd’hui le dessin d’humour englobe aussi ce genre. Bien sûr, il nous faut toujours des histoires de cinq, six pages dans le journal mais c’est travailler pour l’avenir que d’accueillir ce type d’auteurs. A cela, se rajoute des histoires d’incompatibilité d’humeur avec certaines personnes (pas moi !).

Il y a deux ans, j’ai dit à Maëster de confronter son personnage de Sœur Marie-Thérèse à des mollahs et des ayatollahs. Il a refusé. Aujourd’hui, je constate que Pétillon le fait. Ce qu’il prépare sur le voile risque de rencontrer le même succès que l’Enquête Corse. Mais je pense qu’ils font une erreur, car leur place naturelle est chez Fluide. Maintenant, ils sont libres de se sentir mieux chez Albin Michel (Maëster) et au Lombard (Coyote). Mais c’est triste car ces ceux auteurs ont énormément apporté au journal  ».

Ces deux départs laissent penser qu’il subsistait un malaise auprès de certains auteurs de la maison.

Après l’acquisition de Fluide Glacial/Audie en 1995, les éditions Flammarion avaient racheté, fin 1999, les éditions Casterman, avant de se retrouver à leur tour englobées par le groupe italien Rizzoli-Corriere-della Sera.

Les auteurs ont sans doute été déboussolés par ces multiples rachats qui ont également fait du grabuge au sein de Casterman. Certains n’ont plus retrouvé le climat "familial et bon enfant" qui existait au sein de la rédaction à leur arrivée, lorsque Marcel Gotlib et Jacques Diament étaient encore aux manettes.

Privée de deux de ses plus imposantes figures de proue (Sœur Marie-Thérèse et Litteul Kevin), la rédaction du journal de Fluide a inévitablement subi ce revers de plein fouet. La nomination, aujourd’hui, de Thierry Tinlot au poste de rédacteur en chef du journal marque la volonté de passer un nouveau cap.

Ce dernier a dirigé le journal Spirou et participé au renouveau éditorial des éditions Dupuis pendant douze ans. Les multiples départs qui se sont succédés après le rachat de l’éditeur de Marcinelle par Media Participations l’ont incité à démissioner. D’autant plus qu’il ne se voyait pas, d’une part, travailler pour son ancien principal concurrent et d’autre part remettre en cause sa toute nouvelle formule (lancée 3 mois plus tôt) du magazine dont il avait la charge [2].

Dans sa lettre adressée aux auteurs, Louis Delas [3] déclare que Thierry Tinlot aura pour mission prioritaire de poursuivre et de développer l’important travail de renouvellement entrepris ces deux dernières années. Le directeur général de Casterman/Fluide Glacial mentionne également qu’Albert Algoud continuera à collaborer au journal et aux hors-séries en "apportant ses talents de communiquant, ses belles idées et sa plume".

L’arrivée de Thierry Tinlot au poste de rédacteur en chef de Fluide Glacial permettra-t-elle à l’éditeur "umoristique et dérisoire" de renforcer son image auprès des auteurs ? L’avenir le dira.

(par Nicolas Anspach)

(par Laurent Boileau)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

En médaillon : (c) Laurent Mélikian, Bandes Dessinées Magazine.

[1Gaudelette, Léandri, Maëster et Solé.

[2Le pressentiment de Thierry Tinlot était juste puisque Dupuis vient d’annoncer l’abandon de l’ancienne formule pour une ambitieuse nouvelle donne.

[3Le directeur général de Casterman/Fluide Glacial.

 
Participez à la discussion
20 Messages :
  • Petite précision ; en fait, le Conseil de Rédaction a été instauré avant l’arrivée d’Algoud et se composait de Gaudelette, Léandri, Ju/cdm et moi-même (et non Solé qui a participé à une formule antérieure). Il a été dissous par Louis Delas six mois après qu’Albert Algoud ait pris ses fonctions. Seul Gaudelette a poursuivi sa mission de "conseiller" à la rédaction, pour ne pas dire de "rédacteur en chef adjoint". Il n’en avait pas le titre mais en a bel et bien assumé la charge.
    Quant à mon départ de Fluide, l’interprétation qu’en a donné Algoud est très certainement une pirouette humoristique.
    Bienvenue et bon courage à Thierry Tinlot.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Lecteur déçu de fluide le 1er septembre 2005 à  00:55 :

      Donc, Maëster, vous avez bien l’intention de confronter Soeur M.T des Batignolles avec un imam ou un ayatollah, comme le suggérait Algoud ? Car il est certain que cet oecuménisme rétablirait un certain équilibre dans la dérision, et des plus salutaires.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 1er septembre 2005 à  14:04 :

        c’est plus risqué de s’attaquer aux ayatollahs ;-)

        Répondre à ce message

    • Répondu par Lothar Moricaine le 1er septembre 2005 à  13:53 :

      J’espère que l’arrivée de Tinlot aidera Fluide à sortir de la médiocrité dans laquelle il s’est plongé jusqu’au cou.
      Certains "nouveaux" perpétuent bien l’ "esprit" de Fluide mais l’ensemble reste plat et décevant.

      Répondre à ce message

      • Répondu par paul le 10 septembre 2005 à  09:23 :

        c’est vrai que fluide a tendance à s’encrouter, mais quand je vois ce que Tinlot a fait de Spirou...
        C’est 1 ou 2 ans après son arrivée que j’ ai résilié mon abonnement. Il ne faut pas se laisser aveugler par la série "le boss" : la série est bonne, Tinlot est néfaste !

        Répondre à ce message

        • Répondu par stéphane le 29 septembre 2005 à  21:39 :

          Bonjour chers amis,
          J’espère que fluide va très vite retrouver la pêche et à mon avis tous est une question de départ et d’arrivée. les dessinateurs de presse n’apportent rien, Charb et luz retournent à charlie, lefred retourne au canard enchaîné, lindingre et meurice retournent aux beaux-arts, gaudelette refait des vraies bds, pareil pour larcenet(son voyage en chine mon dieu ce que c’est désopilant, ça n’a rien à faire là !) et surtout ce serait génial que tinlot parvienne à récupérer maester et coyote. salut

          Répondre à ce message

          • Répondu le 2 octobre 2005 à  00:28 :

            Stéphane :

            >surtout ce serait génial que tinlot parvienne à récupérer >maester et coyote.

            A l’exception de cette dernière phrase, je suis d’accord sur tout le reste.

            Coyote a été le premier symptome de la capilotade beaufisante de Fluide.

            Répondre à ce message

            • Répondu le 5 octobre 2005 à  18:41 :

              >Coyote a été le premier symptome de la capilotade beaufisante de Fluide.

              Oui. Oui. Oui. Oui.

              C’est un vrai plaisir de voir quelqu’un exprimer cette vérité sur un forum. Je craignais d’être le seul allergique au côté hyper-beauf de coyote.

              Répondre à ce message

              • Répondu par stéphane le 6 octobre 2005 à  17:27 :

                c’est vrai que l’univers de coyote est hyper lourdingue, ses histoires ne me font pas rire aux éclats, il n’empêche que dans son genre il est un fabuleux dessinateur virtuose graphiquement proche de cette école franco belge au sens noble du terme et un journal qui perd un talent pareil c’est dommage

                Répondre à ce message

                • Répondu par Futur ex-lecteur le 7 octobre 2005 à  18:28 :

                  Je suis parfaitement d’accord, Stéphane : le coup de crayon de Coyote est talentueux,sympa, voire émoustillant quand il dessine une nana. C’est un excellent dessinateur.

                  Par contre l’esprit de ces planches me paraît délétère : une sorte d’hymmne béat au gros-muscle, velu et bien-pensant. Aucun décalage de l’auteur vis à vis de ses personnages, aucun second degré : du récit autobiographique, quasiment. Rien à voir avec l’esprit traditionnel de Fluide. Ce milieu que Coyote décrit complaisamment, dont il fait l’apologie, aurait été traité dans Fluide sous l’angle d’une satire sociale acerbe il y a peu d’années encore. Aujourd’hui, on nous le met sur un piédestal : sympas, les Bikers. Gentil le petit Kévin. Nullasse la belle-mère. Crétin le voisin qui taille sa haie.

                  Au secouuuurrrrssss.

                  Répondre à ce message

                  • Répondu par stéphane le 9 octobre 2005 à  16:05 :

                    oui oui d’accord, coyote est un excellent dessinateur qui n’a rien à raconter et qui devrait travailler avec un scénariste, je regarde ces planches mais je ne les lis pas, je me suis très vite demandé pourquoi fluide n’était pas plus exigent avec la qualité de ses histoires. allez... fluide ne doit pas être hypocrite, tout éditeur à besoin de locomotives commerciales, et quand débarque un dessinateur avec un graphisme suceptible de plaire à un large public on le laisse faire ce qu’il à envie. Quelques années plus tard coyote est devenu un gros vendeur de bouquins et un artiste qui trouve son public c’est une réussite, non ?
                    A part ça, il n’y a pas grand chose à ajouter sur l’indigence de cet univers de crétins.

                    Répondre à ce message

                    • Répondu par Akenakouye de mes deux thons, chanteur de rap marseillais le 11 octobre 2005 à  18:05 :

                      Gotlib, revient.
                      Ils sont devenus fous.

                      Répondre à ce message

                  • Répondu par Quelqu’un qui sait et qui ne condamne pas le 23 janvier 2006 à  18:59 :

                    Beaucoup d’entre vous ne savent pas ce qui se passe dans ce journal. Beaucoup d’entre eux ont les pieds et poings liés et ils n’ont pas le pouvoir d’agir à leur guise.
                    S’ils le pouvaient, ils vous rendraient votre Fluide d’antan. Soyez patient, le miracle peut encore arriver !

                    Répondre à ce message

                • Répondu par Oliv’ le 21 mars 2006 à  13:36 :

                  Coyote est un dieu du dessin, mais pour les scénarios, il devrait trouver quelqu’un...
                  Il ne sait pas raconter une histoire, et en plus il n’a pas d’idées.

                  Répondre à ce message

                  • Répondu le 6 avril 2006 à  08:59 :

                    Le naufrage de Fluide reflète le naufrage général de ce pays. D’un côté, des générations de jeunes crétins illettrés, qui préfèrent la culture SMS à l’Umour et à la dérision. De l’autre, les vieux lecteurs qui commencent à radoter... Au milieux, une direction du journal en plein désarroi...

                    Répondre à ce message

  • > Scoop : Tinlot, rédacteur en chef de Fluide Glacial !
    1er septembre 2005 13:25, par Pierre

    Lecteur de Fluide depuis le n°1 (Hé oui Madame, ça ne nous rajeunit pas...), je me tâte depuis plusieurs mois (on n’a que le bon temps qu’on s’donne....) : j’arrête ou j’arrête pas ?
    Je n’arrive pas à analyser le malaise ressenti en refermant Fluide depuis quelque temps, mais pour moi, y’a un malaise... (j’ai bien quelques explications, mais bon..)
    Alors j’espère que l’arrivée du Boss me redonnera le sourire quand j’achèterai ce qui fut longtemps ma revue préférée !

    Répondre à ce message

    • Répondu par Bok Grincheux Lecteur déçu de fluide le 1er septembre 2005 à  19:51 :

      - Pas mieux, Pierre.

      Il est bon que l’opinion des lecteurs remonte vers la rédaction.

      Les lecteurs : les grands oubliés, depuis quelques mois.

      Répondre à ce message

  • J’espère qu’avec le nouveau rédac-chef, fluide va cesser ses fines allusions anti-cathos, dans les pages 2 de couverture (Cf. le numéro en kiosque, c’est la deuxième fois cette année).

    Soit on caricature *toutes* les religions, soit on n’en caricature aucune.

    Répondre à ce message

  • > Scoop : Tinlot, rédacteur en chef de Fluide Glacial !
    2 septembre 2005 11:24, par Jean Bedelboc

    Bonjour.

    Est-il exact que l’arrivée de Thierry Tinlot à la tête de la rédaction pourrait entraîner le départ de Manu Larcenet ?

    Répondre à ce message