Newsletter ActuaBD

Se souvenir de quelques comics de 2015 pour préparer Noël

  • À l'occasion de fêtes de fin d'année, et des courses de noël échevelées, ActuaBD.com vous propose une sélection de titres qui ont fait, selon nous, l'événement en 2015. En espérant vous donner des idées de cadeaux à poser au pied du sapin.

Il est difficile de revenir sur l’ensemble des productions nous arrivant d’outre-atlantique et le panorama qui suit se concentre sur les deux gros éditeurs du marché, à savoir Panini et Urban Comics, en distinguant chez ce dernier les titres "indépendants" de ceux reliés à l’univers super-héroïque de DC comics.

Chez Urban Comics, versant indépendant

Du côté d’Urban Comics, 2015 aura été l’occasion de nourrir un catalogue riche de productions indépendantes, souvent pilotées par des personnalités en train de prendre le pouvoir sur la scène des comics.. Petite sélection des titres qui, dans ce cadre, nous ont particulièrement séduits.

Se souvenir de quelques comics de 2015 pour préparer NoëlIl y a tout d’abord eu The Wake, de Scott Snyder et Sean Murphy. Les deux auteurs nous offrent un récit, en un seul volume, revisitant le mythe des sirènes structuré en deux histoires successives et distinctes par les enjeux, le cadre, la tonalité et l’atmosphère. Après une première partie très réussie empruntant tout autant à Abyss qu’à Alien, la seconde se présentent comme une véritable aventure mouvementée où les vastes étendues parcourues répondent aux espaces confinés de la première. Graphiquement abouti et proprement captivant, The Wake fut l’une des bonnes surprises du début d’année.

Lui répond Wytches, son pendant de fin d’année, que nous venons de vous présenter. Toujours de Scott Snyder, accompagné du même coloriste, Matt Hollingsworth, cette série réinvestit la figure cette fois de la sorcière. L’épouvante y trouve une véritable incarnation et il nous tarde déjà de découvrir dans quelle direction l’intrigue va à présent se diriger. Ce seul premier tome nous avait déjà fait forte impression.

Autre auteur qui a le vent en poupe en ce moment : Jason Aaron. Nous retrouvons plusieurs de ses titres cette année dans la collection "Indies" de l’éditeur. À côté d’un Men of Wrath sans concession mais un peu limité, c’est bien la série Southern Bastards - tome 1 ici et tome 2 là - qui emporte le morceau. Sordide retour dans un Sud crasseux, violent et dégénéré, ce récit nous plonge dans un univers où la médiocrité fait les rois et la vengeance la loi. Superbe autant que désespérant, Southern Bastards nous avait estomaqués.

Tournons-nous à présent du côté de Rick Remender, dont nous avons pu découvrir deux nouvelles séries cette année. Tout d’abord Deadly class, - tome 1 ici et tome 2 là. La série nous offre le portrait d’une adolescence des années 1980 aux États-Unis qui se livre autant à la frénésie en mode sex, drugs and rock’n’roll qu’à la folie meurtrière. Métaphorisant la violence au lycée, Deadly Class repose en plus sur un découpage nerveux et des personnages franchement déjantés.

On doit également à Rick Remender Black Science, deux volumes parus cette année et un troisième attendu pour janvier. Voilà un vrai récit de science-fiction déployant le motif des mondes parallèles, particulièrement échevelé, mais qui nous a au final moins convaincu, semblant parfois inutilement embrouiller l’intrigue et multiplier les rebondissements.

Toujours dans le genre de la science-fiction, n’oublions pas l’excellent Trees de Warren Ellis. L’auteur de Transmetropolitan nous revient avec un récit choral dispersé aux quatre coins du globe. Sur diverses villes ou régions de la planète planent désormais les ombres d’arbres titanesques venus des confins de l’espace et demeurant à présent immobiles. Et si leur seule présence a déjà bouleversé les sociétés du monde entier, qu’en sera-t-il lorsque leurs occupants passeront à l’action...

Évoquer Warren Ellis nous donne d’ailleurs l’occasion de rappeler de nouvelles éditions de récits fondateurs de la gamme Vertigo : non seulement le passage de l’auteur sur Hellblazer, mais aussi celui de Garth Ennis, cette publication étant soutenue par une belle intégrale de Preacher. Et du coup côté nouvelle édition de classique, signalons Preacher, tome 1 et tome 2.

Enfin, c’est aussi cette année qu’Urban Comics a initié une nouvelle collection, "Urban Graphic", faisant la part belle au graphisme et à l’exotisme grâce à un format plus majestueux. Dans Deux frères, les frères Gabriel Bà et Fabio Moon adaptent un roman de Milton Hatoum contant la rivalité tragique de deux jumeaux... comme le sont eux-mêmes les deux auteurs ! Étonnante coïncidence qui donne une portée supplémentaire à cette belle chronique familiale magnifiquement ancrée dans un contexte brésilien du début du XXe siècle.

Urban Comics, versant super-héroïque

Du côté des titres de super-héros DC Comics, plusieurs très belles séries se sont achevées cette année, dont le long run -période de travail- de Geoff Johns sur Green Lantern (de dix ans !) qui a trouvé sa conclusion lors d’une dernière guerre de lumière... dans laquelle il ne manqua pas de mettre en scène une dernière fois la relation complexe de son héros, Hal Jordan, avec son meilleur ennemi de toujours, Sinestro. Un moment fort quel nous n’avions pas manqué d’évoquer.

Revenons un court instant en décembre 2014 avec la reprise d’Animal Man par Jeff Lemire qui s’est terminée au quatrième tome, nous proposant un très beau récit complet autour de l’impact des aventures de super-héros sur la vie de famille. Le récit a été couplé au développement d’une tout nouvelle mythologie fort réussie, construite autour de trois concepts : la Sève, le Sang et la Nécrose.

Bien qu’en quatre tomes, il vous faudra néanmoins faire un détour par le tome trois de Swamp Thing, pour profiter de l’intégralité des aventures de ce super-héros qui gagne à être davantage connu, et qui ont su allier avec brio univers baroque et drame familial.

Puis ce fut au tour des aventures de Batwoman sous la direction de J. H. Williams III et W. Haden Blackman de s’achever. Quatre tomes, plus un tome zéro, d’un travail graphique exceptionnel qui a donné naissance à une nouvelle figure féminine forte et désormais incontournable de l’univers du Chevalier noir. Un titre un peu à part dans le bon sens du terme.

Signalons également un autre titre de Geoff Johns arrivé à terme, cette fois-ci consacré à Superman, avec un dernier tome dédié à une histoire des origines. Un album qui nous a impressionnés par sa justesse de ton et son évidence scénaristique, sans donner l’impression de lire une « énième fois » la même chose.

Les flics ordinaires de Gotham Central ont également tiré leur révérence, au bout de quatre tomes qui ne les aura pas épargnés. Une série signée Ed Brubaker et Greg Rucka, qui nous ont proposé un point de vue poignant et inédit sur les héros ordinaires de Gotham, confrontés à une criminalité hors-norme qu’on imagine traditionnellement réservé aux héros masqués.

Enfin Brian Azzarello et Cliff Chiang ont eux aussi achevé leur cycle d’aventures de Wonder Woman, le tout en six tomes. Une version ré-imaginée qui a opté pour un récit entièrement dédié à l’univers des Dieux Grecs, absolument formidable avec notre princesse amazone mise à la tête d’une étonnante nouvelle famille. Un final sur lequel nous reviendrons prochainement.

Du côté des nouveautés, si la publication du premier tome du Quatrième Monde de Jack Kirby nous a réjouis, ainsi que le lancement d’une nouvelle collection proposant la Ligue de Justice de la fin des années 1990 et la publication de l’excellente série Earth 2, l’année fut indéniablement marquée par la publication d’une volée de titres du Batverse, fortement orientés « héroïne ».

Tout d’abord avec la série hebdomadaire Batman Eternal, servant de point de référence à un faisceau d’intrigues qui débute par l’arrestation du commissaire Gordon pour avoir accidentellement tué 123 personnes dans le métro de la ville !

Dans Catwoman Eternal la célèbre cambrioleuse féline épouse une nouvelle carrière : chef de famille mafieuse, avec comme objectif d’unifier l’ensemble des « familles » de Gotham ! Tout un programme !

Avec Gotham Academy, nous suivons les péripéties d’une bande d’adolescents explorant les secrets de leur école… et évidemment lorsqu’on vit à Gotham City, les murs ont toujours des secrets. Un titre rafraîchissant par son univers simple et accrocheur, et ses héroïnes sympathiques et attachantes, et forcément un peu étranges.

Au titre des nouveaux départs, celui de Batgirl a été pour le moins déstabilisant : déménagement dans le quartier hipster de Burnside, nouveau cercle d’amis, nouveau costume, style graphique très coloré, tendance Indie, et ambiance résolument Girly. Une toute nouvelle Batgirl, ayant pour mission de capter un public plus jeune et féminin, qui nous a bien plu pour l’énergie et le renouveau qu’elle apporte... mais qui ne sera pas au goût de tous !

Et n’oublions pas non plus Grayson, alliant ambiance à la James Bond et décontraction, dans lequel Dick Grayson, qui porta le premier le costume de Robin, abandonne son identité de Nightwing pour embrasser une carrière d’espion international au service de l’agence Spirale. Un changement de genre réussi et dont nous avons hâte de découvrir la suite.

Enfin, dans cette longue liste de nouveautés du Batverse, celle qui nous a le plus enthousiasmé et follement conquis sont les nouvelles aventures d’Harley Quinn d’Amanda Conner, Jimmy Palmiotti et Chad Hardin. Une ambiance « cartoon » attachante et sanglante qui brosse le portrait d’héroïne décomplexée et jubilatoire. Une petite merveille d’inventivité et de fun, où la vie presque ordinaire d’Harley, propriétaire d’un immeuble à Coney Island, Brooklyn, finit toujours par déraper dans un joyeux chaos destructeur !

Enfin, chez Panini Comics

Si votre sapin répète à l’envie « Je s’appelle Groot » en ce moment, il se peut qu’il réclame pour vous et vos proches des références made in Marvel sur la liste adressée au Père Noël. Voici nos quelques chocolats fins issu du catalogue de fin d’année de l’éditeur Panini Comics afin de satisfaire toutes les envies.

Débutons avec Uncanny Avengers : Pour venger la Terre, quatrième tome d’une série récente et incontournable pour n’importe quel fan de l’univers Marvel ! Le scénariste Rick Remender s’y révèle une nouvelle fois en forme olympique pour jeter dans un périple titanesque une équipe composée d’Avengers et d’X-Men sur les dents ; les surprises de taille étant par ailleurs au rendez-vous.

Nous continuerons avec Daredevil : Épiés de toute part, où Mark Waid continue de croquer avec efficacité les plus grandes figures des grandes maisons du monde des Comics. Ici, c’est « l’Homme sans peur » qui continue de bénéficier de son expertise pour le mettre en valeur. Un troisième tome d’une série actuelle on ne peut plus sympathique.

S’il devait y avoir un plat de résistance dans notre menu, ce serait très probablement le quatrième tome de la série éponyme, Hawkeye : Rio Bravo. Matt Fraction termine ici une saga géniale où le plus humain des Avengers rencontre bien des hauts et des bas dans sa vie quotidienne, pour le plaisir des lecteurs. Une série récompensée aux Eisner Awards qui mérite sa distinction : ce sont quatre albums à récupérer de toute urgence !

Délaissons momentanément l’univers Marvel pour porter notre regard vers les étoiles et le premier tome de la nouvelle série Star Wars. Le fabuleux Jason Aaron a quitté pour l’occasion le giron des X-Men et y redonne vie aux Comics estampillés Star Wars. Le résultat est très convaincant et nous rend impatient de découvrir la suite ; de quoi accompagner le nouveau film de la saga.

Après les étoiles, retour sur une aventure plus terre à terre : une jeune Américaine musulmane d’origine pakistanaise se révèle être une Inhumaine cumulant bien des pouvoirs extravagants dans le New Jersey... Le cadeau rêvé pour une fan des super-héros ! Le deuxième tome de la nouvelle série Ms. Marvel confirme que nous tenons une série actuelle très touchante, au message générationnel bien senti et écrite par une auteure qui a le vent en poupe, G. Willow Wilson. Un album qui ne serait probablement pas recommandé par Donald Trump, mais qui l’est par nos soins !

Quoique, les étoiles, c’est peut-être bien tout compte fait... Si nous devons retenir un Event Marvel pour cette année, nous retiendrons Infinity, où Jonathan Hickman commence son entreprise de transformation de tout l’univers Marvel qui aboutira à Secret Wars en 2016 par chez nous. Une aventure cosmique savoureuse où Thanos ne manque pas de briller pour le malheur des Avengers.

Les fans des X-Men ne sont pas très gâtés ces derniers temps, raison de plus pour replonger dans une mythique série créée dans les années 2000 qui a permis au réalisateur Joss Whedon de faire preuve de sa maîtrise avec le genre héroïque : Astonishing X-Men ! Une série où Kitty Pryde est au zénith comme pouvait le souhaiter à l’époque Chris Claremont, comment refuser pour les aficionados ? Le premier tome consacré à l’intégrale de cette série est à retrouver en librairie.

Et si en cette période de paix et de félicité liée aux fêtes de fin d’année, les X-Men se révélaient expéditifs et violents avec leurs pires ennemis ? Le premier tome de Uncanny X-Men nous propose une plongée dans une période trouble de l’histoire récente des X-Men, rythmée avec brio par les retournements permanents de situation proposés par Rick Remender, qui débutait alors réellement à marquer de sa présence l’univers Marvel.

Nous terminerons notre tour d’horizon du catalogue Marvel avec un nouveau et dernier album de Rick Remender : La Rage d’Ultron. Un album très intéressant car il peut se lire sans avoir à connaître une quelconque autre série et parce qu’il propose une intrigue de haute volée dans la lignée de ce que peut proposer cet efficace auteur. Si le mécanique ennemi des Avengers vous intrigue, l’album est fait pour vous !

Nous voilà donc au bout de ce panorama, évidemment partiel. Et si nous n’avons pas pris le temps de revenir en détail sur le déploiement du catalogue Glénat Comics, ou sur la parution remarquée du Sculpteur de Scott McCloud, nous voulions dire un mot de l’objet le plus étonnant qui nous soit parvenu des États-Unis cette année : Ici de Richard McGuire. Dans ce volume, l’auteur part d’un postulat très simple, mais d’une richesse époustouflante : un cadre, toujours le même, d’une pièce d’une maison ; et la bascule, de ce cadre, à travers les âges, d’une planche à l’autre ou par inserts de sortes de fenêtres temporelles à l’intérieur de la planche. Assez incroyable, et tour à tour drôle et poétique. En voilà une vraie belle idée de cadeau de noël, non ?

(par Aurélien Pigeat)

(par Romuald LEFEBVRE)

(par Guillaume Boutet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

En médaillon : Superman par Sean Hogan (c) DC Comics

 
Newsletter ActuaBD